Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Metalhit
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : MartrÖÐ [martrÖd], Sinmara, Carpe Noctem, Schammasch

DEATHSPELL OMEGA - The Synarchy Of Molten Bones (2016)
Par POSITRON le 15 Janvier 2017          Consultée 905 fois

Mon premier contact avec "La Synarchie Des Os Fondus" aura été très mauvais : je n'en ai rien compris, et pas dans le bon sens du terme. J'en ai retiré une saine défiance quant à écouter un album pour la première fois dans les agréables transports parisiens sur la prise jack d'un téléphone. Ami lecteur, toi aussi soigne et protège tes oreilles, et offre-leur toujours les meilleures conditions dont tu peux disposer.

On s'en balek ?
Allons-y.

Plus que de "Paracletus", "The Synarchy Of Molten Bones" est l'héritier direct de "Fas - Ite, Maledicti, In Ignem Aeternum". Il présente un DEATHSPELL OMEGA campé sur ses acquis, presque en vitesse de croisière, qui ne propose que très peu de nouveau. Autant dire que selon leur coutume, le disque n'est seulement que difficilement pénétrable.

Le champ lexical de la faim est très souvent utilisé par DEATHSPELL OMEGA dans sa démarche de corruption théologique : c'est certainement in eternal hunger qu'a été pensé ce disque tant il irradie le besoin, la douleur lancinante puis l'assault, la prise, la conquête de sa subistance quotidienne. C'est une faim insatisfaite qui anime la densité de "Synarchy" qui supplante son légateur "Fas" en tant que disque longue-durée du groupe le plus direct, compact : presque suffocant. Une "longue durée" de 30 minutes qu'il faudra relativiser, car Kenôse malgré ses 36 minutes n'était qu'EP... C'est que les voies du Seigneur sont impénétrables...

La trinité conceptuelle de DEATHSPELL OMEGA s'était achevée sur "Paracletus" était "Drought" n'était que l'épilogue, le sillage de celle-ci : il est évident que pour continuer à créer, DEATHSPELL OMEGA devait périr ou renouveler peut-être sa musique, mais surtout son mystérieux concept, sa guerre éternelle dont on sait qu'elle sous-tend l'énergie créatrice du groupe.

Il est doublement intelligent d'avoir su rester sobre et concis. D'une part pour éviter d'écraser son auditeur par la masse de son disque (longueur fois densité bien sur) comme cela a pu être le cas sur le brumeux "Si Monumentum". D'autre part, car sans ce fameux tuteur conceptuel dépassant les limites de l'album il eut été facile pour DEATHSPELL OMEGA de se perdre : d'enclencher un peu trop fort le pilote automatique et d'empiler les dissonances mémétiques de la scène orthodoxe, de pomper ses suiveurs et de faire tourner les moulinettes à diableries apocryphes.

Contemplant cette constance, le Vrai Sataniste Orthdoxe louerait sans doute l'inspiration Diabolique, la révélation Luciférienne de la Vérité, je me contenterais en bon observateur, de consigner un élément supplémentaire tendant à confirmer que le Mal est bien – disait ce sacré Fred – la meilleure force de l'Homme.

A lire aussi en BLACK METAL par POSITRON :


VOLAHN
El Tigre Del Sur (2019)
En nombre de la patria ! Viva Zapata !




ARNAUT PAVLE
Arnaut Pavle (2019)
Non seulement argh mais en plus ough


Marquez et partagez





Par ISAACRUDER, DARK BEAGLE




 
   ISAACRUDER

 
   POSITRON

 
   (2 chroniques)



- Hasjarl (guitares)
- Khaos (basse)
- Mikko Aspa (chant)


1. The Synarchy Of Molten Bones
2. Famished For Breath
3. Onward Where Most With Ravin I May Meet
4. Internecine Iatrogenesis



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod