Recherche avancée       Liste groupes



      
AVANT BLACK   |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


JUTE GYTE - Perdurance (2016)
Par POSITRON le 13 Février 2018          Consultée 649 fois

"Plusieurs des pistes de cet album comprennent plusieurs tempi simultanés (*), ce que je n'avais pas eu l'occasion d'explorer en dehors des triolets (un ratio de 3:2) et des hémioles (un ratio de 2:3). La coda de la première piste comprend un ratio de 7:8, avec sept temps par mesure pour les guitares et le 808 et huit temps par mesure pour la basse, la batterie et les percussions programmées. Le ratio 7:8 génère une sorte d'interférence rythmique ou "dissonance" rythmique – l'oreille s'attend à la résolution de cette dissonance par l'accélération ou le ralentissement de l'un des tempi et l’établissement d'une pulsation commune. D'autres pistes utilisent des ratios plus complexes comme par exemple le ratio 4:5:6:7 au point le plus complexe de "I Am In Athens...". Ainsi, contrairement à ce qui se produit avec deux tempi simultanés, la nécessité de résolution s'évanouit probablement à cause du trop grand nombre de résolutions possibles : l'agrégat rythmique s'en trouve stabilisé.

"Palimpsest" n'utilise pas de tempi multiples mais est structuré autour d'une hyper-mesure de 33 temps, quelque chose que je n'ai jamais encore utilisé dans mes travaux dans le Metal. Cela fait si longtemps que j'écris de la musique en mesures variables (**) qu'avoir une seule hyper-mesure gouvernant une piste entière c'est presque de la triche. Mais avoir cette forme de 33-régularité tout au long de la piste m'a permis de relier de façon plus profonde les différentes sections. Ces stratégies rythmiques sont au cœur d'un processus dont le but à long terme est d'unir les aspects de mon travail électronique, qui utilise des "structures à gradients générées procéduralement" (***) travail principalement dirigé vers le timbre et le rythme, et mon travail Black Metal qui est orienté vers la mélodie et l'harmonie (****) et structuré en sections discrètes traditionnelles (*****).

L'ouverture de "...Woodcutter..." est une extension microtonale du thème d'introduction du premier quartet pour piano de BRAHMS quoiqu'il ne soit pas aisé (ni nécessaire) de reconnaître la source dans l'arrangement final. Les guitares jouent des transformations du matériel original générées pars des opérations sérielles ou par enroulement/déroulement à travers un tableau (***), une technique d'Ursula Mamlok décrite dans le "Twelve-Tone Music In America" de STRAUSS. L'ouverture de "...Consciousness..." est une suite d'accords de neuvième qui progressivement s'étendent microtonalement depuis le plus sombre/compact vers le plus brillant/large. Quelques-uns des riffs de cet album sont des collages sonores inspirés par l'Inquisition, qui alternent souvent brillamment entre plusieurs techniques de jeu dans un seul riff de deux à quatre mesures. J'ai enregistré des improvisations dans plusieurs styles de jeu et que j'ai découpé en samples et ai collés pour former des riffs. Le riff qui ouvre "I Am In Athens..." est inspiré par GRIEF et EYEHATEGOD et leurs riffs ponctués de larsens.
[…]"

Adam Kalmbach - https://jutegyte.bandcamp.com/album/perdurance – Traduction merdique par moi.


Derrière les notes explicatives d'Adam Kalmbach alias JUTE GYTE à propos de son vingt-cinquième album se cache ma porte d'entrée dans une discographie difficile que j'ai plusieurs fois échoué à pénétrer ("Discontinuities", "Young Eagle"). En fusionnant comme mentionné ses travaux électroniques avec sa longue carrière de Black Metal microtonal, Adam offre une diversité plus immédiate à l'oreille et facilite l'accès à une musique complexe, ardue et comme vous avez pu le constater, très intellectualisée.

Le lecteur et demi survivant à la mauvaise traduction de ce redoutable commentaire pourrait craindre le caractère rigide et artificiel de pistes qui semblent être gouvernées par la méthode plutôt que l'inspiration : il n'en est rien. D'une part car Adam mentionne volontiers la part laissée à l'improvisation dans l'élaboration de ses albums dans diverses interviews que je vous invite à lire. D'autre part car, s'il ne faut pas s'attendre en écoutant "Perdurance" à ressentir la sueur des musiciens et le roque n rolle comme sur un bon vieux BATHORY, le climat esthétique de JUTE GYTE s’accommode très bien de cette supposée absence de spontanéité. Derrières les empilements sonores, les couches d'arrangements et les dissonances aussi bien rythmiques qu'harmoniques, l'atmosphère est bien plus à l'inhumain psychédélique, évoquant de loin les plus aventureux moments d'un BLUT AUS NORD sur "The Work Which Transforms God" ou "MoRT" ou les parties les plus suffocantes d'un DEATHSPELL OMEGA sur "Fas".

Cette impression de déshumanisation est due à la totale incompréhension de notre oreille (en tout cas la mienne) face à qui semble être un langage mais n'est pas encore reconnu comme tel. Il faut comme pour l'apprentissage d'une langue étrangère travailler, écoute après écoute, ce long pavé d'une heure rédigé dans un dialecte biscornu, pour apprendre son vocabulaire et sa grammaire, en extraire des informations et comprendre ses idées. Découvrir derrière cette masse compacte de sons une expressivité, un mystère, parfois une certaine contemplation et parfois une véritable émotion. Rarement il aura été aussi approprié de parler d'univers pour décrire une immersion progressive comparable toutes proportions gardées à celles proposées par AUTECHRE ou BLUT AUS NORD (again), références dont l'infini prestige devrait suffire à tenir lieu de notation.
_ _ _ _

* (des polyrythmes quoi)
** Il existe un terme précis pour désigner shifting meter mais c'est ballot je l'ai complètement oublié.
*** Je n'ai aucune idée de comment traduire cette merde. Si mes recherches sont correctes Adam parle de musique générée algorithmiquement, possiblement avec des réseaux de neurones – ou alors je me suis complètement planté et il veut parler de gradient de tempos, c'est-à-dire de tempo variable suivant une fonction dérivable. Quant à la seconde occurrence de ces trois étoiles, écoutez je suis pas un expert en dodécaphonisme, désolé, c'est la vie.
**** "pitch-oriented" dans le texte, soit "dirigé vers les hauteurs"
***** Comprendre : des riffs (au sens large du terme)

A lire aussi en BLACK METAL par POSITRON :


FORTERESSE
Thèmes Pour La Rébellion (2016)
"Et là ce s'ra un peu la terreur qui va s'répandr"




GNAW THEIR TONGUES
Eschatological Scatology (2012)
Le goût de la merde.


Marquez et partagez




 
   POSITRON

 
  N/A



- Adam Kalmbach (tout, sauf)
- Adam Kalmbach (le reste)


1. At The Limit Of Fertile Land
2. The Harvesting Of Ruins
3. Like The Woodcutter Sawing His Hands
4. Palimpsest
5. Consciousness Is Nature's Nightmare
6. I Am In Athens And Pericles Is Young



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod