Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK TIRAILLÉ  |  STUDIO

Commentaires (6)
Metalhit
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


2015 2 M
2017 1 Mareridt
2016 Mausoleum

MYRKUR - M (2015)
Par DARK BEAGLE le 12 Novembre 2017          Consultée 172 fois

Amalie Bruun est connue pour avoir chanté de la Pop plutôt sympathique, lumineuse. Elle a également fait une pub dirigée par ce bon vieux Marty Scorsese. Avec MYRKUR, la belle Danoise va changer son fusil d’épaule, radicalement, en pratiquant un Black Metal Atmosphérique aux ambiances hantées. Jusque là, pas de problèmes, chacun fait ce qu’il veut, nous vivons dans un monde li… Non, oubliez ce que je viens d’écrire, c’est une connerie.

Donc Amalie Bruun s’ouvre au côté obscur de la force, sans passer par la case départ ni toucher les 200 euros. Houlala… Faut que je me remette à l’alcool moi… Bref ! "M" n’est pas un album inintéressant, il reprend là où l’EP s’était arrêté. On retrouve ce Black éthéré qui s’étend comme une nappe de brouillard. Nul ne sait ce qui se cache derrière, quelle créature y est tapie, prête à bondir sur l’auditeur perdu. Si les cris ne sont pas l’attrait principal de cet album, ils sont présents, épars, pas toujours très esthétiques, très réussis. Amalie se déchire les cordes vocales un peu en vain ; les passages les plus abrasifs ne sont malheureusement pas les plus réussis.

En revanche, quand elle y va de sa voix claire, elle se montre bien plus convaincante. MYRKUR dégage alors une espèce de sérénité résignée, comme Jeanne d’Arc allant sur le bûcher en se disant que l’important, c’est d’être crue (ok, je me la ferme bientôt, je me fatigue moi-même). La belle s’avère douée sur les ambiances les plus délétères, les plus contemplatives, voire introspectives, quand sa voix douce se détache des instrumentations plus dures, plus obscures. Et de ce fait, on est toujours entre deux mondes, deux univers qui ne fonctionnent pas toujours ensemble. Entre les parties planantes et les autres plus virulentes, le mariage est instable, constamment au bord de la rupture, mais sans cette tension qui rendrait le truc imparable (oui, contrairement à un couple qui se sépare, la tension entre deux parties musicales qui ne sont pas faites pour s’entendre est primordiale pour que cela fonctionne. Oui, c’est paradoxal. Oui, je raconte peut-être n’importe quoi).

Donc ce disque rate le coche. Bon, ça arrive. Ce n’est pas la première fois qu’un truc annoncé comme un tsunami s’avère être une petite vaguelette indigne d’un surfeur débutant. Reste un disque qui se laisse écouter sans vraiment être passionnant, parce qu’il y a quelque chose qui ne fonctionne pas, qui n’est pas bien géré et qui fait que l’ensemble ne décolle jamais vraiment. Dommage, il y avait moyen de faire mieux.

Note réelle : 2,5/5, baissé à 2.

A lire aussi en BLACK METAL :


DIE APOKALYPTISCHEN REITER
Soft And Stronger (1997)
Black tiraillÉ




The ONE
I, Master (2008)
Black metal occulte grec. Une nouvelle référence.


Marquez et partagez






Par VOLTHORD




 
   MEFISTO

 
   DARK BEAGLE
   VOLTHORD

 
   (3 chroniques)



- Amalie Bruun, Alias Myrkur (chant, piano, guitare, basse)
- Teloch (guitare)
- Øyvind Myrvoll (batterie)


1. Skøgen Skulle Dø
2. Hævnen
3. Onde Børn
4. Vølvens Spådom
5. Jeg Er Guden, I Er Tjenerne
6. Nordlys
7. Mordet
8. Byssan Lull
9. Dybt I Skoven
10. Skaði
11. Norn



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod