Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Judas Priest, Saxon, Steve Vai , Ted Nugent , Tigertailz, Tipton, Entwistle & Powell, Toto, Yngwie Malmsteen , Warrant, Zeno, Kelly Keeling , Snakecharmer, Red Zone Rider, Richie Kotzen , Racer X, Paul Gilbert, Black Sabbath, Scorpions, Ufo, Dio, Fastway, Foreigner, G3, Derek Sherinian , Michael Lee Firkins , Meat Loaf, Kingdom Come, Joe Satriani , Impellitteri
- Style + Membre : Michael Schenker , Ozzy Osbourne , Praying Mantis, Rainbow, Thin Lizzy, Whitesnake, Wami, Wild Horses, John Norum , Alcatrazz, Badlands, Baton Rouge, Contraband, Deep Purple, Dokken, Gary Moore , George Lynch , Helix, Jagged Edge, King Kobra
 

 Site Officiel De Michael Schenker (880)
 Myspace (277)

MSG - The Michael Schenker Group (1980)
Par JEFF KANJI le 22 Octobre 2012          Consultée 5376 fois

Michael Schenker est un sacré spécimen de Rock star. Précoce, il démontre son talent dès 1972 sur le "Lonesome Crow" de SCORPIONS, le groupe de son illustre frère Rudolf. Recruté en cours de tournée alors qu’il n’a que dix-huit ans, il intègre à plein temps UFO, dont il va écrire les plus belles heures, culminant avec un Live dantesque ("Strangers In The Night"). Déjà réputé à l’époque pour son caractère furtif alternant immenses élans d’inspiration et déchéance la plus totale, le tout lié à une consommation abusive d’alcool et de drogue, est connu de tous. Il quitte ses camarades anglais début 1979 juste avant la sortie de "Strangers In The Night" et réintègre brièvement SCORPIONS auquel il apporte sa patte si caractéristique. "Lovedrive" reste pour beaucoup l’un des chefs d’œuvre du groupe, avec des perles comme "Another Piece Of Meat", "Coast To Coast" ou "Holiday", illuminées par le talent du jeune prodige. Ainsi Michael Schenker ne perd pas de temps. Mais en proie à une instabilité chronique, il disparaît à Lyon en pleine tournée des Allemands, signant ainsi l’officialisation de Matthias Jabs au poste de guitariste soliste.

Loin de s’inquiéter et de se laisser abattre, Michael Schenker va monter sa propre formation, le MICHAEL SCHENKER GROUP (MSG), et composer un album en accord avec sa vision de la musique. Épaulé par Gary Barden, qui après des allers retours incessants (à l’image de ceux du guitariste avec UFO) s’imposera sur l’ensemble de la carrière du Blond Germain comme le chanteur emblématique de la formation, MSG s’entoure d’une horde de mercenaires aguerris que l’on retrouvera sur les plus grands albums du Hard Rock des années 80 (1).

Et inutile de vous dire que le MSG frappe fort dès son premier opus. Michael Schenker est toujours aussi inspiré et cela s’entend. La Flying V (2) associée à une wah-wah, et un ampli Marshall, caractérisent le son de Michael Schenker. En cela, les amateurs du "Lights Out" d’UFO ne seront pas surpris. "Armed And Ready" qui ouvre la danse est un classique du Hard Rock. Le riff, simple et efficace, sert de tremplin à la voix de Gary Barden. Il ne possède pas l’once de la classe de Phil Mogg, mais il se montre efficace et si ses accès parfois excessifs dans les aigus peuvent faire sourire aujourd’hui, ils sont représentatifs du style et Gary Barden est en cela l’archétype du chanteur de Hard des années 80. Quant au solo, c’est un festival pyrotechnique ! Michael Schenker nous éblouit et il continuera d’ailleurs tout au long de l’album comme sur le question-réponse final de "Cry For The Nations", deuxième titre et deuxième classique issu de cet opus, où les voix semblent utilisées comme un clavier, répondant à la guitare du maître. Ce titre ressemble assez dans son ambiance au "Rainbow In The Dark" que sortira DIO plus tard (en particulier l’introduction au clavier de Don Airey). Michael sait également se montrer subtil sur "Bijou Pleasurette" où le son clair apporte une respiration de 2minutes 16s bienvenue. Ce titre est tout à fait mystique et prenant et Mo Foster s’y montre virtuose. Pas facile pourtant de succéder à "Victim Of Illusion" aux parties de guitares évolutives et où Gary Barden se montre fort à son aise.

Et que dire du mythique "Into The Arena", qui fait écho au "Coast To Coast" des Scorps ! L’instrumental est une pratique à la mode en ce début des années 80 (DEF LEPPARD dégaine son "Switch 625" la même année). Avec ce brûlot incendiaire, la réputation du guitariste n’est désormais plus à faire ; il entre au panthéon des guitar-heroes par la grande porte avec cette pièce devenue un incontournable de son répertoire Live. Il n’y a bien que "Feels Like A Good Thing", surprenante par sa teinte plus FM qui dénote dans ce gourmand dessert que nous livre Michael Schenker en cette rentrée 1980. Pourtant là aussi on s’éclate. Simon Phillips développe des trésors d’inventivité et fait sonner ce titre presque Funk. La ligne de chant des couplets m’a toujours évoqué le "Long Train Running" des DOOBIE BROTHERS. Et c’est la double grosse caisse qui vient conclure la ritournelle dans un final bien Rock And Roll.

Après une face A remplie de tubes, la face B se montre plus variée. On y trouve "Looking Out From Nowhere", un mid-tempo bardé de chœurs et de guitares harmonisées rappelant un peu URIAH HEEP, assez FM là aussi. "Tales Of Mystery" fait écho, elle, à "Bijou Pleasurette" avec son mélange de sonorités acoustiques et électriques et le côté onirique qui s’en dégage. Et la conclusion de plus de sept minutes - "Lost Horizons" - s’avère être un véritable bijou. Metal Prog avant l’heure, son ambiance plus sombre, et son alternance de parties chantées et instrumentales (dont un excellent solo de basse fretless de Mo Foster) la classent à part là aussi. Je ne vois pas comment Michael Schenker aurait pu mieux terminer ce premier opus dantesque.
Des tubes, de la variété, un florilège de soli du Mad Axeman, en voilà assez pour contenter n’importe quel hardos. Dieu que le Hard Rock se porte bien en cette année 1980.


(1) Simon Phillips rejoindra TOTO en 1992 pour pallier au décès de Jeff Porcaro, et Don Airey intègrera DEEP PURPLE après le départ en retraite de Jon Lord. On les retrouvera, comme Mo Foster sur les albums de GARY MOORE, BLACK SABBATH et WHITESNAKE (entre autres).
(2) L’histoire de cette guitare est intéressante, car elle appartenait à Rudolf Schenker. Son frère la lui emprunta et ne lui rendit jamais l’instrument, devenu sa guitare fétiche.


Note réelle : 4,5/5.

A lire aussi en HARD ROCK par JEFF KANJI :


RAINBOW
Stranger In Us All (1995)
Don Ritchie Monseigneur

(+ 2 kros-express)



DEEP PURPLE
The Official (overseas) Live Series – Graz 1975 (2014)
Burn the austrian oak


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Michael Schenker (guitare)
- Gary Barden (chant)
- Don Airey (claviers)
- Mo Foster (basse)
- Simon Phillips (batterie)


1. Armed And Ready
2. Cry For The Nations
3. Victim Of Illusion
4. Bijou Pleasurette
5. Feels Like A Good Thing
6. Into The Arena
7. Looking Out From Nowhere
8. Tales Of Mystery
9. Lost Horizons



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod