Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

2005 Themata
 

- Style : Teramaze, Shattered Skies, Klone, Valis Ablaze, Hyvmine

KARNIVOOL - Sound Awake (2010)
Par DARK BOUFFON le 30 Novembre 2010          Consultée 3699 fois

C’est un voyage en plein brouillard que nous propose KARNIVOOL. Une ascension fantomatique dans des limbes irréels, où l’on surnage par courts instants au-dessus des nuages, avant de se stabiliser au creux des nuées. De temps en temps, on croit y apercevoir la lumière du soleil, là-haut, imprenable, inaccessible, avant de se retrouver dans une purée de pois où l’angoisse n’est pas de mise, juste la béatitude détachée du rêveur. Voilà ce que m’inspire ce deuxième opus des Australiens. Tout ça pour dire que nous avons affaire à une musique aérienne, spatiale, lumineuse même par moments, mais sous le voile d’un aspect léger (« pop » diront certains) renforcé par la voix toujours très juste de Ian Kenny, on découvre bien souvent un voyage musical dans un onirique opaque, souvent difficile à mettre à nu, malgré son apparente simplicité.

Peut-être moins marqué par ses influences majeures (un subtil mélange de TOOL et MUSE première époque) que son prédécesseur (et premier né) ″Themata″, ce ″Sound Awake″ apparaît comme plus pensé, mieux réfléchi, et porte l’empreinte d’une gestation à plusieurs. Bien sûr, on retrouve cette voix bien posée et toujours bien utilisée que l’on peut facilement rapprocher d’un Maynard James Keenan (plus que d’un Matthew Bellamy d’ailleurs). Mais, par rapport à ″Themata″, on est là dans un registre plus rock, plus metal aussi et l’étiquette « metal prog » que l’on a définitivement collée au groupe avec ce nouvel album, même si elle paraîtra trop « forte » à certains, n’en est pas moins un bel accomplissement dans la carrière de ce jeune combo.

Dès la première pierre ″Simple Boy″ et encore plus avec le monument ″New Day″, on sait de quoi il est question : ici, on parle de sensations, d’émotions, et la palette de couleurs utilisées est assez impressionnante. Certes, on retrouve des instants bien plus simples mais pas simplistes pour autant. L’immédiateté (toute relative cependant) d’un ″Set Fire To The Hive″ n’est là que pour mieux nous prendre à la gorge et nous faire sentir que le délicat voyage musical ici proposé peut traverser des zones de turbulence. Sur ce titre, la voix saturée de Ian Kenny n’est pas un artifice inutile pour mieux nous rappeler que le groupe se joue justement des étiquettes et que, sous des dehors bien souvent rock planant, il n’en reste pas moins un éminent consul métallique en terre étrangère. Car la maîtrise du groupe est bien là : dans cette capacité à se situer à la frontière de deux mondes, sans s’en soucier le moins du monde. Aucune cassure, aucun combat, rien à prouver : la musique est voyage, on vous dit !

C’est certain, il faut être ouvert d’esprit pour accepter une telle excursion mais l’entreprendre vaut le détour. De certains aspects pop (″All I Know″), on l’a dit, à une certaine vision du prog metal actuel (il faut oser le grand écart entre le rugueux ″Set Fire…″ dont on parlé tout à l’heure et l’ultra planant ″Umbra″…) tout en passant par des sons de basse pouvant rappeler le néo metal avec une ouverture claire et nette sur du rock alternatif (ce chant, toujours…), il y a vraiment de quoi parsemer le chemin de peaux de banane et se vautrer en beauté avec un ridicule bien abrasif. Que nenni ! Le génie de KARNIVOOL est justement de tricoter sa propre cotte de mailles, faite de tours et de détours, tout en restant accessible mais sans jamais trop de dévoiler à la lumière. Un enchevêtrement de paradoxes brillamment mis en scène…

La production se veut moderne et tranchante sur les passages les plus agressifs. Les guitares d’Andrew Goddard et de Mark Hosking se veulent tour à tour planantes ou rugueuses. Et que dire du jeu de batterie de Steve Judd ? Et bien, nous vous conseillerons d’écouter ″Deadman″ pour vous faire un avis ! Finalement peu de mots réussiront à retranscrire les sensations engendrées par l’écoute de cet opus. Certains y trouveront un brin d’ennui et de mollesse… C’est une vision des choses. Tentez l’expérience et vous nous en direz des nouvelles.

A lire aussi en METAL PROG par DARK BOUFFON :


DREAM THEATER
Chaos In Motion 2007-2008 (2008)
Encore un dvd de DT ? et oui, mais c'est bon !




KLONE
Black Days (2010)
Hermétique mais passionnant


Marquez et partagez




 
   DARK BOUFFON

 
  N/A



- Ian Kenny (chant)
- Andrew Goddard (guitare)
- Mark Hosking (guitare)
- Jon Stockman (basse)
- Steve Judd (batterie)


1. Simple Boy
2. Goliath
3. New Day
4. Set Fire To The Hive
5. Umbra
6. All I Know
7. The Medicine Wears Off
8. The Caudal Lure
9. Illumine
10. Deadman
11. Change



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod