Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK MÉLO/DEATH  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Dissection
- Membre : Dark Fortress, Nailed To Obscurity, Obscura, Revamp, Secrets Of The Moon
 

 Site Officiel (81)

THULCANDRA - Fallen Angel's Dominion (2010)
Par MEFISTO le 19 Septembre 2010          Consultée 7439 fois

Depuis le temps qu'on attendait… le dauphin de DISSECTION est né ! Un trio venu de Munich, formé notamment de deux frères, qui voue une admiration sans borne à la formation suédoise vénérée, nous fait cadeau de ce petit joyau de Black/Death mélodique couché sur du papier calque.

Matez-moi cette pochette… Ça vous rappelle pas quelque chose ? Bon, ça tire plus sur le turquoise que le marine, y'a pas de cheval, de montagnes ni de carrosse, mais l'esprit est là, non ? La mort rôde… et joue de la flûte dans un os ! Bon, le groupe met bien d'autres influences à côté de celle de DISSECTION sur son Myspace, mais ce n'est que pour foutre de la poudre aux yeux ; c'est bel et bien à des fans de la première heure, cultissimes supporteurs des albums "Storm Of The Light's Bane" et "The Somberlain", à qui nous avons affaire.

Et les preuves ne sont pas seulement prélevées dans la musique, froide, directe et mélodique à souhait, les clins d'œil au combo de feu Jon Nödtveidt sont nombreux. La turbulente "Night Eternal" en deuxième position de la tracklist, idem pour la non moins turbulente "Night's Blood" de "Storm Of The Light's Bane", la guitare sèche sortie de nulle part, si chère à DISSECTION, s'entend ici en intro et au début de "Frozen Kingdom", alors que le clavier, assez discret, se forge une belle place en instru'. Même la fin abrupte des morceaux, laissant juste assez de temps à la poussière de retomber, nous rend nostalgique… D'autres ? Ben le titre, "Fallen Angel's Dominion", duplicata évident de "Where Dead Angels Lie", ou l'évidence même : cette superbe reprise de "The Somberlain" en tombée de rideau, qui nous fait revivre un excellent moment de Black/Death, car c'est bien ce que jouait DISSECTION.

Et si on dissèque justement ce premier album des Allemands, on y retrouve tout ce qui aura fait la renommée de la légende déjà trop mentionnée en début de chro. La production imparfaite d'abord, qui nous glisse dans une frigide couette, afin d'admirer cette tempête de riffs tournoyants, naissant d'un duo de guitaristes vachement dérouillé. Les mélodies sont accrocheuses comme vous savez qui ("Night Eternal" fout le feu assez rapidement et "Fallen Angel’s Dominion" offre les meilleurs moments de la galette avec son refrain sanglant, en compagnie de la très belle et puissante "Legions Of Darkness", si on fait abstraction de la reprise), la voix est mieux mixée et le groove de ce Black/Death dynamise suffisamment pour donner quelques sueurs froides.

Mais THULCANDRA, c'est surtout un respect des atmosphères hivernales et funèbres que plusieurs groupes affectionnent, mais n'arrivent pas toujours à rendre. Si le squelette de la pochette se trouve devant un monument funéraire, ce n'est pas un hasard : les Allemands ont annoncé leurs couleurs et ont signé un pacte avec l'auditeur. "Fallen Angel’s Dominion" transpire la mort, dans chaque coup de pédale, chaque riff nerveux comme de l'acide, chaque gratte aérienne coupant l'air frais comme la faux. THULCANDRA, c'est le salut aux anciens, aux disparus, c'est le service mortuaire avec fanfare en retard à Jon Nödtveidt devant sa stèle, un héritage intact, une promesse de continuité, la passation des pouvoirs, le relais du flambeau.

Sans hurler au copier/coller (pas que ça dérangeait les fans, remarquez), disons que THULCANDRA a réussi son hommage. Il aura le choix dans le futur de poursuivre sur cette voie en s'éloignant des clichés rouillés ou d'embrayer vers d'autres steppes Black/Death mélodiques où l'oxygène se gagne après maintes batailles.

Je prie pour que le dauphin saute dans d'autres cercles enflammés. En y ajoutant un peu plus de gueule par contre, car bon, DISSECTION, ça fait une paie ! C'est pas ce qu'il y avait de plus recherché comme Metal, mais comme tout bon groupe culte, pas besoin de tant d'artifices pour passer à la postérité, n'est-ce pas ? C'est pas avec des bombes multicolores que DARKTHRONE s'est niché au panthéon ; deux-trois accords, une atmosphère putride et hop ! Sauf que la comparaison douteuse s'arrête là. THULCANDRA mérite plus.

Un album à écouter d'urgence si vous êtes fans. Peut-être que ça vous réconciliera avec une époque que vous ne comprenez pas toujours, mais qui sait parfois dresser un pont entre le passé, le présent et… le futur. Pour les néophytes de l'œuvre de DISSECTION, c'est la possibilité de vous sortir les doigts du…

Note réelle : 3,5/5.

A lire aussi en BLACK METAL par MEFISTO :


1349
Demonoir (2010)
1349 renaît... un an après sa « mort »




IMPERIAL TRIUMPHANT
Abyssal Gods (2015)
Pour les fous furieux de préférence


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
   FIGHTFIREWITHFIRE

 
   (2 chroniques)



- Steffen Kummerer (chant, guitare)
- Sebastian Ludwig (guitare)
- Tobias Ludwig (basse)
- Seraph (batterie session)


1. In The Realm Of A Thousand Deaths
2. Night Eternal
3. Fallen Angel’s Dominion
4. Frozen Kingdom
5. Everlasting Fire
6. Spirit Of The Night
7. Legions Of Darkness
8. In Silence We Eternally Sleep
9. The Somberlain



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod