Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (6)
Questions / Réponses (1 / 2)
Metalhit
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Rhapsody, Zonata, Pertness
- Membre : Symphorce, Primal Fear
- Style + Membre : Gamma Ray
 

 Freedom-call.net (785)
 Myspace (298)

FREEDOM CALL - Legend Of The Shadowking (2010)
Par BAST le 19 Février 2010          Consultée 6830 fois

Lundi 15 février 2010, dépêche AFP
L’armée américaine annonce sa volonté de réitérer l’usage des tortures musicales sur ses prisonniers de guerre. Comme par le passé, le support choisi sera constitué d’albums de Hard Rock.

Mercredi 3 mars 2010, dépêche AFP.
Un prisonnier s’est échappé de Guantanamo. D’après nos informations, il aurait franchi les grilles électrifiées d’un bond de 2 mètres 40 (information affirmée au conditionnel présent car certains témoignages évoquent plutôt une hauteur de 2 mètres 35) avant de courir jusqu’à la mer puis franchir à la nage les 2800 kilomètres le séparant de son pays. Il semblerait que l’homme ait subtilisé avant son évasion le disque utilisé pour le torturer, ce que l’armée américaine n’a pas souhaité confirmer ni démentir.

Vendredi 30 avril 2010, dépêche AFP
L’US Army est en déroute. Les informations dont nous disposons sont pauvres. Certains journalistes évoquent un soulèvement général de la population. Hommes, femmes et même enfants brandiraient des épées en bois et frapperaient les troupes américaines en chantant des hymnes guerriers.

Jeudi 13 mai 2010, Washington, Bureau Ovale, discours du président des Etats-Unis d’Amérique.
"Dear compatriotes. After une longue réflexion, I have décidé de dissoudre nos forces d’occupation. Notre ennemy a volé une arme plus forte que le gun de Rambo et s’en sert against us. With cette arme : No we can’t."

France, Boulogne Billancourt, siège de TF1
Enregistrement de l’émission "le grand débat", présenté par Carole Bourdu.
Invités : l’expert Herr Rudolfstein, le professeur De La Monté, le général Pouldor et Bastien.

LA PRESENTATRICE : L’information est confirmée. L’objet volé par l’évadé de Guantanamo est bien le disque utilisé lors des séances de torture dont il a fait l’objet. Et c’est bien ce disque qui aurait motivé la rébellion des populations assiégées, provoquant l’abdication des forces américaines. Ce disque, je le montre à la caméra, c’est du… (elle consulte ses fiches) …du hévimetal. Son auteur s’appelle… (nouvelle fiche) Frédom Qal. Pour nous en parler, je laisse la parole au professeur De La Monté, spécialiste en musicologie attractive, diplômé du conservatoire d’hypnose instrumentale…

LE PROFESSEUR : Option flûte de Pan.

LA PRESENTATRICE : Merci pour cette précision. Donc diplômé du conservatoire d’hypnose instrumentale option flûte de Pan et auteur du best-seller "Je t’embrouille en mi bémol". Professeur, qu’est donc ce disque et comment agit-il ?

LE PROFESSEUR : Il s’agit de spimélodique. Les textes traitent de la vie de Ludwig II, Roi de Bavière. Je précise à ce propos que le groupe qui a composé et enregistré ce disque est allemand. Le procédé est simple. L’album "Legend Of The Shadowking" est constitué d’hymnes et de titres fédérateurs. Mon collègue vous expliquera mieux que moi la manière dont ce style musical affecte l'individu.

LA PRESENTATRICE : Justement, permettez-moi de vous le présenter : Herr Rudolfstein, expert en géométrie cognitive et auteur du livre "le cerveau, ses droites, ses courbes et sa règle de Troie".

L’EXPERT. Bonjour à tous. Donc, l’effet des hymnes de cet album se constate sur la glande préthyroïdienne. Pour que ce soit plus clair, observez le schéma suivant. Là, c’est la glande. Et tout autour, la morosité, le fatalisme et la dépression ont déposé leurs impuretés. Quand le tympan véhicule les notes jusqu’au cerveau, celui-ci les réconcilie en formant ce que l’on appelle des mélodies. Celles-ci empruntent alors un parcours plus ardu encore que celui proposé au spermatozoïde pour fourrer son flagelle vicieux dans l’ovule. Après avoir traversé huit millions de neurones et tourné le coin d’un anévrisme en formation, les mélodies encerclent la glande. Ensuite, c’est très rapide : elles étouffent les impuretés et un jet d’adrénaline investit le cerveau. Comme vous le montre cette simulation en images de synthèse, le jet est plus puissant qu’une éjaculation de mammouth. Si je puis me permettre une touche d’humour, sucer un mammouth est un exercice périlleux !

LA PRESENTATRICE : Ah ah ah.

LE GENERAL : Je ne partage pas votre humour. C’est en effet impressionnant. Je n’ose imaginer les dégâts provoqués par une éjaculation de mammouth si un tel animal était employé par une force étrangère.

L’EXPERT : Toutes mes excuses mon général. Donc, une fois le jet (de mammouth, non pardonnez-moi mon général) expulsé, le cerveau est placé dans un état d’euphorie extraordinaire. A partir de là, le corps lui-même en ressent les effets. Les sujets peuvent les manifester de plusieurs manières : exceller dans des épreuves sportives (Carl Lewis, semble-t-il, écoutait HELLOWEEN), faire abandonner un joueur de poker qui a quatre as en main juste par une force de persuasion ahurissante, voire convaincre un membre historique du front national que les étrangers sont cools.

LE GENERAL : Je n’ose imaginer les dégâts provoqués par un tel membre historique qui aime les étrangers s’il parvenait à infiltrer notre armée.

LA PRESENTATRICE : Je vous laisse la responsabilité de vos propos, mon général. A ce propos, vos propos, non pas les vôtres mon général, mais ceux de Herr Rudolfstein, sont incroyables. Mais alors, ces titres, justement : comment diantre font-ils pour provoquer de tels effets ? Afin de nous aider à comprendre, je redonne la parole au professeur De La Monté.

LE PROFESSEUR : Je la prends Carole, C’est simple et compliqué à la fois. Pour commencer, l’emploi de certains types d’éléments musicaux est nécessaire. Ensuite, tout est dans l’assemblage, lui aussi primordial à la réussite finale. Sur "Legend Of The Shadowking", on répertorie des riffs, des soli de guitare électrique, une batterie rapide, des lignes de chant épiques, des chœurs ou encore des cuivres. Pardonnez-moi, je suis obligé d’être un peu technique. Mais pour mieux vous faire une idée, vous allez pouvoir écouter des extraits illustrant mes propos. On a plusieurs sortes de riffs. Comme vous pouvez l’entendre, il est assez appuyé sur "The Shadowking", sonne très hard rock sur "Kingdom Of Madness", et plus classique sur "Resurrection Day", où il est placé, en retrait, afin de soutenir la musique très arrangée. Au niveau des soli, vous avez un bon exemple sur "Merlin – Legend Of The Past". Les chœurs sont en excellente place. Ils s’avèrent guerriers sur "Out Of The Ruins" ou typés opéra sur "Merlin – Legend Of The Past". Les lignes de chant sont épiques, c'est-à-dire qu’elles poussent à s’imaginer le héros d’une grande fresque. Souvent, elles tiennent du hapimétal…

LA PRESENTATRICE : Pardonnez-moi de vous couper, Herr Professor ; pourriez-vous préciser pour que nos téléspectateurs comprennent mieux ?

LE PROFESSEUR : Hapimétal ? Oh, c’est du Metal joyeux, en somme. Ecoutez "Remember !", par exemple (le titre passe). Ne vous donne-t-il pas envie de gambader nu dans le gazon en pressant la main de Tom Bombadil ?

LE GENERAL : Ma foi, je ne sais pas qui est ce Tom mais la proposition est tentante.

LE PROFESSEUR : Mais on a aussi des titre plus sombres, comme "The Darkness", qui pourraient au contraire donner envie de tuer Tom, voyez-vous. Car quel que soit le registre employé, cette musique est persuasive.

LE GENERAL : Ecoutez. Laissez-moi au moins faire la connaissance de ce Tom et son gazon avant de le tuer.

LE PROFESSEUR : Les cuivres, marque de fabrique de Frédom Qal, sont assez présents, comme en atteste "Tears Of Babylon". Enfin, la batterie est surtout rapide (un extrait de "Resurrection Day" passe à l’antenne) mais réduit le tempo sur les titres plus intimistes (un autre extrait, cette fois-ci de "Dark Obsession").

LA PRESENTATRICE : Ce sont donc tous ces éléments qui permettent de produire les effets qui ont conduit à la débâcle américaine ?

LE PROFESSEUR : Oui, mais seulement parce qu’ils ont été judicieusement assemblés. Vous pourrez amalgamer les meilleurs ingrédients du monde, vous ne serez pas pour autant couronné de trois étoiles au Michelin, Carole. Ici, c’est pareil.

LA PRESENTATRICE : Merci, c’est très clair. Nous avons appris que Frédom Qal avait déjà produit des albums auparavant. Afin de mesurer les risques de les voir utilisés de manière similaire, je me tourne à présent vers Bastien. Bonjour, jeune homme, il semble donc que vous êtes très friand de Frédom Qal ?

BASTIEN : De FREEDOM CALL, en fait.

LA PRESENTATRICE : Ce groupe produit-il sur vous les mêmes prouesses que celles décrites par notre expert ?

BASTIEN : A peu de choses près, en fait. Je pisse à plus de 8 mètres, suis soudain en mesure de trouver un sens caché dans les textes de RHAPSODY, et peux avaler huit Big Mac de rang sans les rendre.

LE GENERAL : Cet homme serait une aubaine s’il s’engageait dans une armée malintentionnée et réduisait ainsi ses rations.

LA PRESENTATRICE : Bastien, d’autres albums de Frédom Qal sont-ils à craindre ?

BASTIEN : "Legend Of The Shadowking", sur lequel on fait la connaissance de Samy Saemann, remplaçant à la basse d’Armin Donderer, est un excellent, répétez après moi, FRI DOME CAUL. Après deux déceptions, c’était totalement inespéré. On note surtout de jolies nouveautés. Il y a une plus grande variété que par le passé. Des effets sur la guitare, par exemple, assez inhabituels ("Kingdom Of Madness"), tout comme le chant de Chris Bay qui délaisse par moments le happy Metal dans lequel on le sait très à son aise pour explorer de nouvelles pistes. Sur "Dark Obsession", on le surprend à moduler sa voix. Il y a des ambiances différentes, pour continuer. FREEDOM CALL était surtout une formation attachée à retranscrire des ambiances épiques évoquant la fantasy. Là, on a droit à des passages gothiques ("Dark Obsession" qui se rapproche de RHAPSODY) ou atmosphériques ("Under The Spell Of The Moon") voire théâtraux ("Merlin – Legend Of The Past"). Mais les chœurs guerriers demeurent en bonne place. Un autre aspect m’a plu, aussi, c’est une certaine facilité évitée. Souvent, quand un titre débute par des chœurs fédérateurs, on sait qu’il s’agit d’un avant-goût du refrain. Sur "Out Of The Ruins", ce n’est pas le cas, le refrain s’avère différent de l’intro. J’aime assez quand les formations se creusent la cervelle de cette manière, donnent sciemment de fausses pistes pour mieux surprendre.

LA PRESENTATRICE : Merci pour ces informations, Bastien, mais vous n’avez pas répondu à ma question. A-t-on le risque de voir employés d’autres albums de Frédom Qal ?

BASTIEN : "Legend Of The Shadowking" figure parmi les meilleurs albums de FREEDOM CALL, mais vous avez davantage à craindre de "Crystal Empire" qui reste le chef-d’œuvre des Allemands.

LE GENERAL : Je n’ose imaginer l’emploi de "cristalempire" par des forces étrangères malintentionnées.

L’EXPERT : Nous avons tout de même un espoir. A l’heure où je vous parle, nos plus éminents chercheurs sont sur le coup. Car il semblerait que certains sujets restent totalement insensibles à Frédom Qal. On les appelle "fandeblakmetal". Autour de leur glande, comme le montre le schéma suivant, on retrouve tout un ensemble d’agents bloquants : à cet endroit, une substance rougeâtre proche du sang de poule, et là, un ligament enroulé et fixé par un nœud coulant. Là encore, on décèle des résidus de névrose. D’après les premières expériences, ces agents n’ont pas encore cédé à plus de 23 jours d’écoute intensive de cet album.

LE GENERAL : Que voila une bonne nouvelle ! Nous allons les engager et les introduire dans les armées adverses.

L’EXPERT : Malheureusement, la plupart sont d’anciens réformés P4.

LE GENERAL : Ce n’est pas grave. Il faut savoir s’adapter quand l’heure est grave.

PRESENTATRICE : C’est sur cette note d’espoir que je rends l’antenne. Tout de suite le bulletin météo. La neige, encore la neige, toujours la neige. Le débat de la semaine prochaine sera d’ailleurs consacré aux intempéries qui paralysent le pays.

BASTIEN : Ah bah moi, j’ai une technique pour me tenir chaud, je l’ai d’ailleurs expliquée à une de vos collègues sur une autre chaine (1)

(1) Quelle mystérieuse technique évoque Bastien ? Vous le saurez en lisant la chronique "To The Metal" de GAMMA RAY.

A lire aussi en POWER METAL par BAST :


NOSTRADAMEUS
Hellbound (2004)
Power/Speed musclé, moderne et de grande qualité




DIONYSUS
Anima Mundi (2004)
Power metal


Marquez et partagez




 
   BAST

 
   DARK BOUFFON
   MEFISTO

 
   (3 chroniques)



- Chris Bay (chant, guitare)
- Lars Rettkowitz (guitare)
- Samy Saemann (basse)
- Dan Zimmermann (batterie)


1. Out Of The Ruins
2. Thunder God
3. Tears Of Babylon
4. Merlin - Legend Of The Past
5. Resurrection Day
6. Under The Spell Of The Moon
7. Dark Obsession
8. The Darkness
9. Remember!
10. Ludwig Ii - Prologue
11. The Shadowking
12. Merlin - Requiem
13. Kingdom Of Madness
14. A Perfect Day



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod