Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK SYMPHO / ATMO  |  SINGLE

L' auteur
Acheter Ce Single
 


 

2015 Arcturian
 

- Style : Orakle, Aberrant Vascular
- Membre : Mayhem, Ulver, BØrknÅgar, The Kovenant [covenant], Head Control System
- Style + Membre : Age Of Silence

ARCTURUS - My Angel (1991)
Par KARL VON KARL le 3 Mars 2010          Consultée 2729 fois

On aurait tort d’oublier trop facilement les débuts de maître ARCTURUS. En effet, dès ses premiers pas, le jeune loup norvégien montre déjà les crocs en se démarquant fortement de la scène Black Metal du pays. Cette courte galette vaut-elle son pesant de cacahouètes gelées ? Oui, cent fois oui, les inédits gravés ici s’inscrivent dans la discographie du combo telles des gemmes incrustant la couronne d’un roi légendaire. Vous l’aurez compris, ces enregistrements se révèlent tout simplement incontournables pour les amateurs de ces surdoués iconoclastes.

Par-delà ce visuel déjà soigné, une surprise de taille nous attend. Nous remarquons immédiatement que le fabuleux Garm n’est pas encore de la partie. Ce dernier n’arrivera à la rescousse qu’à partir du EP "Constellation" (1994). Pour l’instant, le chant est occupé par un certain Marius Vold. L’homme des neiges a officié auparavant sur les demos de MORTEM, STIGMA DIABOLICUM ainsi que celles du reconnu THORNS. C’est-à-dire dans les plus profondes cryptes humides de l’underground enténébré.
Précisons pour la petite histoire que l'ancien MORTEM qui pratiquait un Death Metal obscur et néanderthalien n’est autre que l’ancêtre direct d’ARCTURUS. Le line-up est identique et le collectif a fort heureusement décidé de concentrer ses efforts dans son nouveau projet à la direction musicale avant-gardiste.

Mais considérons un instant les vocaux malsains de notre ami Marius le bienheureux. Ce dernier s’exprime d’une manière extrêmement convaincante même s’il ne possède pas le charisme naturel du grand Garm. Aucun chant clair à l’horizon, mais un pouvoir évocateur bien présent. Du reste, il se trouve que sa prestation incantatoire Black/Death correspond parfaitement aux morceaux développés.
En nous souvenant de la production du EP suivant, nous ne serons pas dépaysés étant donné que le traitement est ici quasi identique. Les claviers bien que prépondérants demeurent différents. Leur utilisation déjà très personnelle reste sensiblement moins symphonique et aboutie. Un son manquant cruellement de puissance mais acceptable nous accueille et c’est sans surprise que l’on aurait souhaité voir ces titres de qualité dans un plus bel écrin.

D’une façon étonnante, le style ARCTURUS est déjà nettement reconnaissable. En vérité et bien que l’on puisse trouver cela étrange, au lieu de préfigurer uniquement "Aspera Hiems Symfonia", ces travaux semblent également lorgner vers certaines ambiances des oeuvres futures.
Dans l’inquiétant et lancinant "My Angel", on pense au passage atmosphérique presque trip hop d’un "Nightmare Heaven" lointain et préhistorique. On ressent bien un souffle funèbre puis un reliquat mélancolique, mais c’est le cosmique qui fait plutôt son apparition sur ce gimmick de clavier insidieux pendant le break. Ces guitares couinantes et lascives ne sont-elles pas des invitations à un voyage horrifique de toute beauté ?

Les sons grinçants et les lamentations d’âmes humaines qui accompagnent l’ensemble nous renvoient à des instants bien plus menaçants que ne le sera "Aspera". À ce titre on parlera d’expérience intense de la part d’un équipage à l’inspiration bouillonnante.

"Morax" est d'un niveau identique et peut rappeler par la couleur des riffs un "Wintry Grey" fortement assombri. Les voix d’outre-tombe de l’intro émanent vraisemblablement du "Circle Of The Tyrants" de CELTIC FROST. Ce morceau bien plus énergique, gorgé de guitares tragiques et marquantes, nous offre également une démonstration puissante de Hellhammer derrière les fûts. Un solo d’orgue funeste et inattendu ferme la marche et l’on se rend compte que les musiciens réutiliseront ce genre d’enchaînement avec bonheur.

ARCTURUS atteindra la plénitude de son art seulement quelques années plus tard, malgré tout il serait judicieux de ne pas ignorer son curieux décollage dans la stratosphère.

La bête est à l'heure actuelle enfin disponible pour tous avec l’édition remasterisée de "Symfonia". On peut se demander si un jour, cette formation atypique a produit un seul déchet durant sa prime jeunesse. À peine sortie de sa coquille, elle laissait entrevoir des capacités hors normes.

D’un vif intérêt car le culte commence ici.

A lire aussi en BLACK SYMPHO / ATMO :


A FOREST OF STARS
Grave Mounds And Grave Mistakes (2018)
Quand on persiste, la pluie d'étoiles tombe.

(+ 1 kro-express)



HAVUKRUUNU
Uinuos Syömein Sota (2020)
À la guerre comme à la taverne !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   KARL VON KARL

 
  N/A



- Marius Vold (chant, basse)
- Hellhammer (batterie)
- Steinar Sverd Johnsen (guitares, claviers)


1. My Angel
2. Morax



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod