Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Metalhit
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Gorgoroth, Marduk, 1349
 

 Site Officiel (191)
 Myspace (211)

ENDSTILLE - Dominanz (2004)
Par MEFISTO le 2 Février 2010          Consultée 2460 fois

Paysage d'après-guerre

L'odeur des canons flotte encore dans l'air, les villages sont décharnés, comme des foyers de contagion éradiqués par une seul ogive, le ciel est gris depuis que les premiers tanks ont paresseusement pris le contrôle du territoire au jour un de l'apocalypse. Du métal rouillé virevolte au vent, sur un sol poussiéreux maculé de grandes taches noires. Il y a eu du grabuge ici, on sent la mort qui rôde, qui s'est pointée non-invitée dans la vie de ces paysans qui ne demandaient rien à personne.

Attaqués au petit matin par un ennemi invisible semblant venir du ciel par les sifflements stridents fusant de toute part, ils ont rapidement compris que leur vie ne tenait plus qu'à un fil. Que la quiétude de la campagne pouvait s'égrener en un cillement, pour une raison aussi obscure que démentielle : la quête du pouvoir, pire, de la domination.

Jamais ils n'auraient pu penser que des chacals puissent les trouver dans leur havre, certes désertique, mais un coin de pays que chacun considérait tout de même comme une oasis. Un rempart contre les conquérants et leur armement massif.

Maintenant que ces engins incendiaires ont été retirés, il reste plus de larmes que d'eau du puits dans le village, plus de croix que de jambes, plus d'effroi que tout autre sentiment. Les survivants avouent à contrecœur que depuis la venue des démons en uniforme, la monotonie s'est incrustée partout, dans les veines et les décombres, à l'horizon, dans les nuages gorgés de suie et la terre jadis fertile.

Leur instinct leur dit qu'à la vitesse à laquelle ils ont été attaqués froidement, sans même une sirène pour réveiller l'entièreté de la population, le futur ne peut qu'être monotone. Comme si la seule manière de relever la tête était d'être crucifié pour regarder vers le Royaume céleste en espérant un quelconque réconfort. Pour oublier que les défunts ont été transpercés par des éclats inconnus, que leur existence chèrement gagnée a été effacée par une cruauté plus hallucinante que l'enfer n'en possédera jamais.

Priant à genoux, ils se demandent bien comment de telles actions ont pu être perpétrées sur Terre, alors que les légendes de leurs ancêtres ne parlaient que de mythes souterrains, de bêtes tapies dans l'ombre à l'affût de proies vulnérables. Aujourd'hui, devant ce morne spectacle joué par de mauvais comédiens, ils ne peuvent qu'imaginer le ou les responsables de cette troupe de fantassins casqués. Ceux qui leur ont ordonné, avant qu'ils ne partent en mission, d'aller saigner, mourir pour eux, pour la cause, pour le peuple, pour la survie de l'espèce.

Peut-on ainsi perdre la raison, offrir son âme à une cause, à un individu aussi grotesque que les symboles qu'il défend, qu'il prêche, peut-on occire de sang froid sans même connaître la nature de la cible, de son ennemi inventé ?

Les survivants se questionnent sur leurs motivations véritables et n'arrivent pas à mettre le doigt dessus. La domination serait-elle le résultat d'une lobotomie, d'un manque affectif d'une ou plusieurs personnes ? Serait-elle la revanche d'une sorcière déchue, prête à tout pour asseoir sa vision détraquée sur la mappemonde, faisant fi des obstacles se trouvant sur son chemin ?

Alors que le vent fait tournoyer les derniers débris rouillés et achève de sécher les taches noires sur cette terre jadis fertile, que les râlements éplorés des survivants résonnent entre les murs arrachés des maisons, on se surprend à entendre des blasphèmes proférés avec les deux poings au ciel. Et si le responsable de tout cela était le régulateur en chef ? Serait-ce lui qui a permis aux brebis égarées de sauter la clôture et de gruger les corps dépouillés des paysans ?

Certes, l'abcès est bien ouvert et ce n'est pas du sel qui le cautérisera. Muettement, les survivants se résignent à vivre les épaules voûtées et les yeux hagards, toisant le ciel plusieurs fois par jour… Leurs enfants et petits-enfants subiront peut-être le même sort dans le futur, mais ce que tous espèrent est que cette triste mascarade fera un jour tomber des masques.

C'était Mefisto, dans un pays pauvre près de chez vous, pour le Figaro

A lire aussi en BLACK METAL par MEFISTO :


COBALT
Gin (2009)
Du Metal Extrême ? Oui, sergent !




The NEGATION
Memento Mori (2015)
Tout est dans le nom du groupe.


Marquez et partagez



Par MEFISTO




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Iblis (chant)
- Lars Wachtfels (guitare)
- Cruor (basse)
- Mayhemic Destructor (batterie)


1. Dominanz
2. Instinct
3. Conquest Is Atheism
4. Monotonus Iii
5. Bleed For Me
6. Monotonus
7. Witch
8. Worldabscess
9. Crucified
10. Endstille (feindfahrt)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod