Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK EXPÉRIMENTAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

2020 Mestarin Kynsi
 

- Style : A Forest Of Stars

ORANSSI PAZUZU - Muukalainen Puhuu (2009)
Par MEFISTO le 16 Octobre 2009          Consultée 2469 fois

Nous sommes en 2009 ; tout se peut aujourd'hui. Les radios FM sonnent pareil, de Jakarta à Kansas City, et piquent du nez, les vieux de la vieille ressortent les phonographes (tourne-disque ou table tournante pour les plus jeunes) ; l'amateur de musique moderne a deux choix : le mainstream ennuyeux ou l'underground, qui maîtrise maintenant plus que jamais la grosse partie du gâteau mangeable de l'« industrie » de la musique. C'est aussi dans cette plus imposante tranche sucrée que l'on retrouve les fusions de genres, jugées essentielles par certains visionnaires afin de ressortir les familles poussiéreuses du placard. C'est dans cette veine et après cette mise en contexte que je vous présente un nouveau-né de ce courant sans courant, ORANSSI PAZUZU. Des Black métalleux finlandais amateurs d'ELECTRIC WIZARD, BURZUM et… PINK FLOYD.

Ce dernier groupe est, de manière discutable, la plus importante influence des zicos. Les racines progressives sont marquantes et cassent véritablement la bulle des fans de Black pur laine qui s'attendaient, comme moi, à une tuerie frigorifique provenant du Pôle Nord après l'admirable fer de lance, "Korppi". Wow, une des plus enlevantes pièces de Black « avec extra » que je me suis prises cette année, sans déconner ; les guitares sont si hurlantes derrière cette tempête de neige que ça augurait bien pour le reste ! Emballé étais-je…

En fait, si vous avez accroché à celle-là et pensez que la galette vous foutra des copier/coller par la tronche, pesez sur « rejouer » parce que vous serez vachement déçu du reste. "Muukalainen Puhuu" est d'abord et avant tout un trip avant-gardiste version « bidouillages et fouillage tranquille de sonorités austère, à la limite de la folie, à coucher sur un skeud censé être très Black et inquiétant ». Les guitares sont polyvalentes, vacillantes, coupantes, plaisantes, la voix est sauvage comme un yéti, sans oublier ce clavier sorti d'un album de YES ou GENESIS, qui sonne trop 70's pour qu'on considère la musique d'ORANSSI PAZUZU comme un truc sérieusement crédible dans le rayon « coup de boule entre les deux yeux ». Je veux bien croire que le Prog et l'Avant-Garde ont la cote, mais faudrait pas charrier quand même. "Muukalainen Puhuu" pousse l'expérience au maximum pourtant et se fout bien des conventions.

Il vous faudra attendre à la cinquième plage (dont vous retrouverez le nom un peu trop compliqué en finlandais à votre droite) pour retrouver la fougue de départ, malgré que " Danjon Nolla" offre de bons moments. Ils sont encore là les bidouillages et influences Post, Stoner, et tout le tralala, mais elles sont sublimées et nous font croire que les titres 2 à 4 n'étaient qu'un intermède poussif censé nous impressionner et nous faire faire un tour de navette rapido et gratuit. Je le répète, le quintette est accroché au Prog, dont la résurgence est sans équivoque dans tous les styles musicaux, les plus extrêmes de préférence.

Malgré tout ce qu'on pourra leur reprocher, les Finlandais sont très originaux et absurdement surprenants. Écoutez " Dub Kuolleen Porton Muistolle" pour vous en convaincre : arrière-plan psycho-féérique de clavier-guitare, tranché par une basse qui répète les mêmes six notes pendant 8 minutes ! C'est jouer avec nos nerfs ça… Et ça opère. Tout comme le morceau de clôture, "Kerettiläinen Vuohi", avec son jam interminable et tribal s'achevant enfin sur des cordes aussi glaciales que l'imagerie et l'artwork dont peuvent se targuer les Finnois.

On ne peut nier que la magie de ce frigo musical est forte. On a tendance à vouloir le détester en grelottant sur un lac craquelé ou à l'adorer au chaud sous un manteau moutonneux, mais on peut aussi demeurer stoïque. On peut se dire que c'est une des plus terrorisantes odyssées jamais réalisées dans notre lointain et frisquet for intérieur, ou plaider la légitime défense en vilipendant cette œuvre sortant des sentiers battus sur la place publique. J'avoue, mon cul gelé est entre deux chaises. Je déteste et aime cet album. Mes neurones sont mortes, ne fonctionnent plus dans de telles conditions météorologiques.

Bien qu'archi exploratoire et hallucinant dans sa forme, ORANSSI PAZUZU a encore des croûtes à manger pour nous faire avaler son Black avant-gardiste de bout du monde. Ah, ce que je regrette "Korppi", ce que j'en aurais pris davantage de cette trempe. Moins de PINK FLOYD cependant, bien que j'adore cette formation légendaire. C'est trop là, messieurs, trop. Nous dirons donc que vous êtes « expérimentaux ». C'est ça. Donc allez expérimenter.

A lire aussi en BLACK METAL par MEFISTO :


PENSÉES NOCTURNES
Grotesque (2010)
Fanfare intemporelle et mirobolante




THULCANDRA
Fallen Angel's Dominion (2010)
La résurrection de DISSECTION !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Jun-his (chant, guitare)
- Moit (guitare)
- Ontto (basse)
- Korjak (batterie)
- Evil (clavier, percussion)


1. Korppi
2. Danjon Nolla
3. Kangastus 1968
4. Suuri Pää Taivaasta
5. Myöhempien Aikojen Pyhien Teatterin Rukoilijasirkk
6. Dub Kuolleen Porton Muistolle
7. Muukalainen Puhuu
8. Kerettiläinen Vuohi



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod