Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (7)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Derdian

CELESTY - Vendetta (2009)
Par BAST le 3 Août 2009          Consultée 7753 fois

Cette chronique a été publiée le 27 avril 2009 en tant que nouveauté normale. Son auteur a souhaité requalifier la chronique en Sélection du site. C’est pourquoi elle bénéficie d’une nouvelle publication sur la page d’accueil. Pour plus d’informations, voir le Carnet de bord.


Il fut un temps où débuter une chronique par une évocation bien précise suffisait à provoquer des hochements de tête à s’en faire couiner les cervicales : « attention, présence d’un orchestre symphonique ». Le temps qui fut se situe dix ans en arrière. L’évènement déclencheur est survenu sous les vertus désinhibitrices du soleil italien. Metal et symphonique, deux termes antinomiques pour les puristes dont l’association est devenue peu à peu un gage de qualité, au point même de fausser toute objectivité quant aux aptitudes musicales. Philarmonique ou symphonique, je n’ai jamais bien compris la différence, voila la clé qu’il fallait agiter pour aussitôt faire frémir la porte jadis tronçonnée à coups de riffs et de riffs seuls. Alignement de cordes ou de cuivres qui grincent ou trompettent sur ou sous la section heavy, cachet hollywoodien apposé sur le plastique d’un album qui parle musique et rêve grand écran.

On en revient, aujourd’hui, de ces dithyrambes coulés à la cire labellisée d’une précieuse AOC. La collaboration entre cuir et flanelle, headbang désarticulé et posture épousant la rectitude d’un manche à balai glissé dans le rectum a déjà épuisé son quota de grognements époustouflés. Pourtant, il reste une poche de résistance toujours prête à s’épanouir à la vue de la formation qui ne connaît pas la crise, exhibe sa chaussette chevillée de pièces et la dépose dans les mains du représentant des diplômés du conservatoire classique. J’en suis, j’avoue. D’autant que l’annonce du jour émane de Finlande, de la part d’une formation qui, après deux albums, avait miraculeusement vu la lumière et façonné un excellent album de power metal, « Mortal Mind Creation ». Trois ans après, CELESTY a décidé de ne pas en rester là. Le voila qui s’embarque dans un navire au tonnage resté longtemps inaccessible, toutes voiles tendues.

« Vendetta ». Un album de metal énergique, boursoufflé, combatif, épique et mélodique. Et symphonique, donc. On le comprend assez vite avec l’intro rigoureusement introductive en cela qu’on croit profiter de l’occasion pour serrer la poigne des violonistes.
« Enchanté », qu’on dirait.
« Nous de même », qu’ils répondraient.

Mais attention. CELESTY réussit la prouesse de ne pas tomber dans le piège du symphonique. Car oui, évidemment, à force de filmer la même scène, certains plans relèvent surtout du cliché nauséeux. Un équilibre maladroit la faute à une symphonie gargantuesque qui se repaît de riffs et les recrache sous forme de rots sourds, par exemple. Ou des passages carnavalesques couverts de masques de farfadets et de tenues de gentilshommes, aussi. On a vu.
CELESTY résiste à la tentation et ne cède pas, lui. Il favorise le lourd face au sirupeux, garde précautionneusement ses riffs sous le coude pour les balancer à la moindre occasion. Et Antti Railio ne module pas sa voix pour fredonner les arbres ou les oiseaux dans les arbres, encore moins les asticots dans le bec des oiseaux dans les arbres. Témoin en est « Greed & Vanity » qui - mon Dieu ! - a mangé du METALLICA ?

Riffs ingénieux, chant hargneux et rythmique martelée, d’un côté. Passages symphoniques qui profitent des interstices pour se faire entendre, de l’autre. Et pour rehausser le tout, une production d’envergure qui laisse autant de volume sonore à la section metal qu’aux interventions philarmoniques.
Voila ce qu’est « Vendetta ».
Et puisque un « voila » sans son « voici » est bien triste, voici quelques points de repères expliquant pourquoi ce quatrième album s’impose comme une belle réussite. Ici, « Euphoric Dream » qui lance des mélodies célestes et pleines d’entrain puis un refrain opératique rappelant THY MAJESTIE. A côté, « Like Warriors » et ses accointances avec FREEDOM CALL duquel surgissent des lignes de chant épiques et un refrain fédérateur. Plus loin, « Autumn Leaves » qui débute comme une intro de metal à chanteuse avec ses chœurs puis s’ébranle en plein centre de la route creusée de larges ornières à force d’avoir offert son prolongement à SONATA ARCTICA. Et là, le génial « Lord (Of This Kingdom) » dont l’objectif est de proposer une relecture de très belle tenue de MANOWAR ou le très symphonique « New Sin » et son habillage hollywoodien. Et enfin, posté aux confins de l’album, la fresque « Legacy of Hate pt.3 » longue d’un quart d’heure sur laquelle CELESTY intensifie des mélodies martiales.

« Vendetta » s’impose comme un album de power metal racé, puissant et très mélodique. Et l’option symphonique a tout pour elle. Assez présente pour accompagner les compositions les plus épiques, assez discrète pour ne pas faire croire à un argumentaire basé uniquement sur sa présence, l’équilibre proposé me semble approprié. Un quatrième album qui propulse définitivement CELESTY aux côtés des formations prêtes à en découdre avec les leaders d’une scène qui semble plus que jamais prête à bouleverser sa hiérarchie. Même s’il est probablement trop tard pour remplacer STRATOVARIUS dans le cœur des endeuillés, CELESTY a toutes les cartes en main pour les contenter et leur faire croire à un avenir possible, ailleurs.


Note : 4,5 / 5

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE par BAST :


OPERA MAGNA
Poe (2010)
RHAPSODY est espagnol ?




HAGGARD
Eppur Si Muove (2004)
Symphonique, théâtral, baroque... Superbe !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez






 
   BAST

 
  N/A



- Jere Luokkamäki (batterie)
- Juha Mäenpää (clavier)
- Teemu Koskela (guitare)
- Tapani Kangas (guitare)
- Ari Katajamäki (basse)
- Antti Railio (chant)


1. Prelude For Vendetta
2. Euphoric Dream
3. Greed & Vanity
4. Like Warriors
5. Autumn Leaves
6. Feared By Dawn
7. Lord (of This Kingdom)
8. New Sin
9. Dark Emotions
10. Fading Away
11. Legacy Of Hate Pt.3



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod