Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  COMPILATION

Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 



REVEREND BIZARRE - Death Is Glory...now (2009)
Par ZIONLEEMASTERSEB le 21 Avril 2009          Consultée 3423 fois

Selon Wikipédia, l’encyclopédie en ligne, voici la définition de la « joie » : il s’agit une émotion exprimant le sentiment d'exaltation agréable et profonde. La joie est souvent ressentie lorsqu'une situation, un désir ou un événement agréable se produit. Elle amène une personne à un état de satisfaction, plus ou moins durable.
Pourquoi donc commencer la chronique d’un disque de REVEREND BIZARRE par une définition de la Joie me direz-vous ? Parce que si c’est une blague à la con, ça n’intéresse personne. Alors, ça n’est pas une blague, je m’en explique :

REVEREND BIZARRE, groupe Finlandais de « Doom » et maîtres contemporains incontestés du genre aux côtés de BLACK SABBATH, PENTAGRAM, COUNT RAVEN et ST VITUS décide de mettre un terme au groupe en 2007, non sans avoir publié un troisième et dernier album « So Long Sucker ». L’attitude de ce groupe a toujours été exemplaire, formé en 1999 et forts d'expériences underground inhérentes au genre, ils ont joué dans les plus grands festivals, publié une dizaine de splits (dont certains uniquement trouvable en vinyle) et participé notamment à deux compilations. Autant vous dire, que de leur « vivant », la bande fût très active. Et quoiqu’on en dise, elle l’est toujours un peu.

REVEREND BIZARRE normalement inactif, a compilé sur « Death Is Glory…Now » un bon nombre de raretés parues sur les split et les compilations dont nous venons de parler. Comme les Finlandais ne font pas les choses à moitié, c’est une double compilation qu’ils nous est offert ici, une face contenant une compilation d’inédits, une autre de reprises. Pour ceux qui ne connaîtraient pas le groupe, sachez que ce qu’ils proposent est tout à fait audible. Les rythmes ne sont pas trop lents, les chants sont clairs, leur « Doom » étant de facture traditionnel. Le respect de leur public et leur notoriété vient du fait qu’ils sont les dignes hérités de la recette de leurs aînés. Qu’ils n’y changent rien et la pratique comme il y a presque quarante ans maintenant. Alors, oui, ça peut sonner parfois un peu daté, mais c’est jouissif comme ce n’est pas permis. Pour couronner le tout, le groupe n’est pas un adepte du formatage ainsi, « Demons Annoying Me » le premier morceau de l’album est une pièce de presque 18’ en lourdeur toute « Sabbathienne ». Le reste des six titres Du premier disque oscille entre 6’ et 8’. Autant vous dire qu’ils prennent leur temps pour faire monter les ambiances. « Blood On Satan’s Claw » voit Sir Albert pousser son chant dans les aigus sur les refrains et déclamer les paroles d’ « Apocalyptic Riders » tel un poème, le tout baignant dans un univers Viking. Quant au titre « Children Of Doom », nous constaterons que ce titre encore une fois est une grande source d’inspiration. Sa lourdeur (encore) préfigure le plus speed (toute proportion gardée) « Odinn’s Men » qui étonnement ne dure que 2’39.

Le second disque s’ouvre sur le seul titre qui n’est pas une reprise ; « From The Void II », basse écrasante et prédominante, batterie légère et guitare ne riffant qu’avec parcimonie. Le chant varie du grave à l’aigu et devient même parfois aérien.
Personne ne sera étonné de retrouver ici des reprises de ST VITUS et PENTAGRAM. Penchons nous donc sur celles plus originales de JUDAS PRIEST « Deceiver », totalement réappropriée sauce Reverend. Celles de Simo Salminen (trompettiste de Jazz Finlandais), « Rotestilaulu » chanté comme il se doit dans leur langue maternelle ; le Finnois.
Figure aussi la reprise de BEHERIT (groupe de Black Metal), également revue sauce Doom assaisonnée façon Reverend et sataniste à mort. Un pur plaisir. Le matériel plus récent dispensé dans le cadre des reprise revient à Mr. Velcro Fastener puisqu’enregistré en 2008.
Il y a de quoi être triste à l’annonce d’une telle séparation, mais les musiciens n’ont pas quitté le monde de la musique définitivement et reviendront nous hanter dans une formation ou une autre, soyons attentif.

Tout ça pour dire que quoiqu’il en soit, c’est avec « joie » que l’on accueille ces ultimes galettes des REVEREND BIZARRE. Et cela malgré le fait que leur musique ne soit pas le reflet de la « joie incarnée ». Bizarre, non ?

Note : 4/5.

A lire aussi en DOOM METAL :


PANTHEIST
O Solitude (2003)
Funeral doom captivant basé sur les claviers

(+ 1 kro-express)



DAYLIGHT DIES
Dismantling Devotion (2006)
Dark metal fin et émouvant


Marquez et partagez




 
   ZIONLEEMASTERSEB

 
  N/A



Non disponible


Non disponible



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod