Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK HEAVY FOLK METAL  |  STUDIO

Commentaires (6)
Questions / Réponses (1 / 1)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Astaroth, Christicide, Peste Noire
 

 Facebook (21)
 Myspace (13)

AORLHAC - À La Croisée Des Vents (2008)
Par ONCLEGUUD le 25 Février 2009          Consultée 3576 fois

AORLHAC – voilà un groupe dont le nom circule pas mal ces temps-ci dans l'underground du Web. La rumeur disait qu' A La Croisée des Vents était un album fabuleux et que la suite (car c'est une trilogie) allait être encore mieux ! Whaouh ! Mais il me le faut tout de suite ! Bon, l'excellent Eisiger Mond Productions produit le premier volume sous format CD et le jeune québécois Pestilence Prods le format cassette – y'en aura pour tout le monde donc. Et deux labels d'entrée dans la poche, ce n'est pas anodin : c'est qu'effectivement, AORLHAC (l'ancien nom de la ville d'Aurillac, d'où est originaire le groupe) ça doit être bon.

Mais que donne AORLHAC en fin de compte ? A la Croisée des Vents rassemble tous les éléments concourant à la fabrication d'un opus de qualité : une énergie communicative; des mélodies prenantes; des genres divers; des pistes à la construction aérée; un vocaliste enragé au micro; une production (maison) béton (impressionnant); un concept carré. De plus AORLHAC démontre que ce n'est pas une formation bonne à jouer du bal musette. Ils maîtrisent les mecs! En somme, ils ont toutes les cartes en main pour s'imposer, et donnent les gages d'un groupe sérieux pour qui la musique est quelque chose de sérieux. Reste à savoir ce que donne le style d'AORLHAC. Et ce que tout bon amateur de Black Metal recherche avant tout : les ambiances.

Niveau personnalité, AORLHAC fait sa propre popotte dans le genre d'HANTAOMA, tout au long des six pistes du LP. Sur une grosse base Black inspirée de la puissance et du lyrisme d'IMMORTAL et d'un dynamisme Viking/Folk, le quatuor pose des accents colorés de guitare folklorique (d'inspiration nordique) et des parties mélodiques Heavy, le tout culbuté de temps à autre par des rythmiques Thrash pas déplaisantes ! AORLHAC semble vouloir faire un Black Metal médiévalesque brassant tous les genres – ça plaira à tous, ou pas, forcément. Toutefois, cela fait de cette Croisée des Vents un opus dense et riche, porteur d'une énergie non feinte et à la coloration singulière – à l'image, certes différente, du premier LP de VALUATIR.

Ainsi, A la Croisée des Vents commence par une minute d'intro de guitares sèches convoquant l'Histoire, et qui annoncent le thème de la seconde piste, « La Guillotine est fort expéditive » . On se prend un Black Metal testostéroné en pleine tronche, épique et vraiment plein d'entrain. Ce titre fout la patate, pue la haine et l'on comprend vite pourquoi le trio l'a foutu là. La mélodie, le gimmick développé précédemment, est comme le Fil d'Ariane, sous-tendant cette piste où intervient, sous la fureur (le batteur est impressionnant !), quelques accords folkloriques, avant en son milieu de calmer le jeu et de reprendre, doucement, la folie du morceau... MA-GIS-TRAL. Le reste est du même tonneau – avec l'apparition également de temps en temps de choeurs masculins comme on les aime dans ANGMAR... On a même droit à une intro Hard Rock AC/DCienne - !!! - pour ''Le Charroi de Nîmes'' avant que la guitare folk ne prenne le relais pour alors prend un rythme balancé : AORLHAC détonne ! Et même un sérieux clin d'oeil à IRON MAIDEN sur la fin de 1693-94 ! Quant aux ambiances médiévales, vous aurez compris qu'avec un tel melting-pot, on les retrouve.

En somme, voilà un Black Metal épique et personnalisé, sans être trop dilué, que fabriquent les Aurillacois d'AORLHAC. Un Black Metal certes habilement bâtardisé mais bluffant. Bluffant, car il est franchement surprenant de mâturité en tous points. Bluffant parce que les genres qui se confrontent dans A la Croisée des Vents communient en réalité avec osmose. Bluffant car il fait aussi bien appel à la tradition française du Black, qu'à la Scandinave... et impose sa fraîcheur et sa personnalité. A la Croisée des Vents méritera assurément de multiples écoutes avant d'en saisir toute son essence et toute sa richesse : bref, AORLHAC prouve qu'il entre de plein pied dans la cour des grands et que la France n'a vraiment plus à rougir en matière de Black Metal... Je ne suis pas friand d'ordinaire de ce genre d'opus, mais j'avoue que je suis... bluffé. A la Croisée des vents n'est pas le chef-d'oeuvre du siècle – il manque à AORLHAC de se débarrasser de toutes ses influences – mais on n'en est pas loin. Bravo à eux !

A lire aussi en BLACK METAL par ONCLEGUUD :


TOTALSELFHATRED
Totalselfhatred (2008)
Fabuleux. PARADISE LOST et SHINING s'accouplent !

(+ 4 kros-express)



JUDAS ISCARIOT
To Embrace The Corpses Bleeding (2002)
L' ISCARIOT tire le rideau... Mais d'une force !


Marquez et partagez




 
   ONCLEGUUD

 
  N/A



- Ashcariot (basse)
- Necrosis (guitare, batterie)
- Spellbound (vocaux)


1. À La Croisée Des Vents
2. La Guillotine Est Fort Expéditive
3. La Mort Prédite
4. Le Charroi De Nîmes
5. 1693-1694: Famine Et Anthropophagie
6. Aorlhac



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod