Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (8)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel De Lordi (1255)
 Myspace (528)
 Chaîne Youtube (656)

LORDI - Deadache (2008)
Par DARK BOUFFON le 8 Novembre 2008          Consultée 7354 fois

Un de mes collègues nightfalliens, Métal-O-Phil – je me permets de le citer – a commencé l’une de ses chroniques ainsi : « DREAM THEATER a-t-il une âme ? ». Et bien, que l’on m’accuse de plagiat mais je m’en vais commencer ma chronique de la même manière : LORDI a-t-il une âme (au sens d’identité créative originale) ? La réponse semblait poser une problématique intéressante du côté des maîtres du prog metal. Dans le cas présent, concernant nos monstres finlandais, la réponse va être plus catégorique et il n’y aura pas polémique (puisque je vous le dis !) : c’est non !

« Hein, quoi, comment ça ? Que fait Dark Bouffon ? Après avoir soutenu LORDI depuis la distribution de The Monster Show en France, il les poignarde lâchement dans le dos ! »

« Mais non, voyons, il ouvre enfin les yeux sur cette mascarade… »

Et bien, désolé de vous décevoir, ni le premier commentaire, ni le second d’ailleurs, ne reflètent la vérité. Il s’agit juste de remettre certaines choses à leur place. LORDI est un groupe composé de véritables musiciens (n’en déplaise à un certain présentateur télé). Mais tout le monde s’accordera à dire que la groupe joue la carte des gimmicks afin d’attirer un maximum l’attention sur lui : gimmick des costumes à la GWAR, gimmick de l’identité « cachée » à la KISS, gimmick du rock spectacle à la SPINAL TAP (vous pouvez même intervertir les noms des groupes dans la liste précédente, vous verrez, ça fonctionne également !). Attention, ce que je dis là n’a pas pour objet d’être péjoratif : c’est une constatation pure et simple. Reconnaissons d’ailleurs qu’à ce petit jeu, les Finlandais s’en sortent admirablement.

Musicalement, vous le savez certainement, il en ressort quelque chose de très ludique mais rien de très original. Résultat, à l’écoute de Deadache, quatrième opus de LORDI, les noms qui me viennent à l’esprit sont en vrac : AC/DC, SPINAL TAP, IRON MAIDEN, METALLICA, KISS, MOTÖRHEAD, MARILYN MANSON, TWISTED SISTER, CHILDREN OF BODOM et même le thème du "Phantom Of The Opera" d’Andrew Lloyd Webber (écoutez la mélodie d’intro de "Devil Hides Behind Her Smile") déjà repris par NIGHTWISH et DREAM OF SANITY…

Alors bien sûr, M. Lordi a une voix reconnaissable, l’utilisation des claviers reste assez similaire d’album en album et l’entame des refrains (ainsi que les chœurs) permettent d’identifier rapidement les Finlandais. Est-ce que cela suffit pour dire que ce groupe possède une âme ? Je ne le crois pas. Le groupe a-t-il réellement digéré toutes les références indiquées ci-dessus afin de proposer sa propre recette ? J’émets quelques doutes. Cela nuit-il au plaisir que ce groupe réussit à propager tout au long de ces 13 titres (14 pour l’édition limitée) ? Je ne le crois pas non plus.

D’ailleurs, entre nous, un groupe de monstres qui aurai(en)t une âme, ça la foutrait un peu mal non ? Et c’est là que la question philosophico-musicale, qui prendrait un sens avec n’importe quel autre groupe, perd ici toute signification. Résultat : on écoute Deadache et quand l’album se termine au bout d’une cinquantaine de minutes, on n’a qu’une envie : appuyer de nouveau sur « play ». Si ce n’est pas un signe… CQFD : hé oui, LORDI n’a pas d’âme (toujours au sens d’identité créative originale) mais possède quand même la flamme sacrée qui fait de sa musique un moment purement jouissif !

Le côté décalé est toujours présent avec des tempos souvent entraînants sur des paroles lourdes de sous-entendus, voire carrément gores (« Mère ne nous a pas vraiment quittés, je me vêtis d’elle. »). Les chansons sont toujours sacrément catchy, peut-être encore un poil plus que sur le précédent effort. Remarquons néanmoins que les autres membres du groupe (comprendre Ox, Amen et Awa) participent davantage à la composition des morceaux, ce qui permet une certaine variété dans les titres, toute proportion gardée bien sûr. Evoquons enfin la très bonne tenue de la production de Nino Laurenne (guitariste de THUNDERSTONE), égale en terme de qualité à celle du précédent opus, The Arockalypse (assurée alors par Jyrki Tuovinen).

Après l’habituelle intro ("SCG IV"), on passe aux deux titres d’ouverture hautement efficaces ("Girls Go Chopping", "Bite It Like A Bulldog") avant d’atterrir sur un titre mid-tempo ("Monsters Keep Me Company"). La suite de l’album suit à peu près le même schéma : des morceaux rapides et entraînants qui débouchent sur une ballade ("Evilyn", peut-être le titre le plus faible de l’album) avant de terminer avec une nouvelle poignée de titres directs et efficaces. Mention spéciale aux titres d’ouverture précités, à "Man Skin Boots", "Dr. Sin Is In", "Deadache" et "Missing Miss Charlene". Et arrêtons-nous un instant sur l’incongruité de l’album : "The Rebirth Of The Countess". Sur une nappe de claviers, une voix féminine déclame avec une prononciation parfaite quelques phrases traduites dans un français un peu lourdaud. Charmant mais loin d’être indispensable !

Bref, vous l’aurez compris : ceux qui ne pouvaient pas blairer LORDI ne les encaisseront pas davantage cette fois-ci. Quant aux adeptes, et bien ils sautilleront de joie en écoutant ces nouveaux titres. Bien sûr, tout cela peut être lassant à la longue et reconnaissons d’ailleurs que cette formule très « spinal tapienne » commence à présenter ses limites. Mais espérons que nos monstres finlandais sauront à l’avenir proposer quelque chose de toujours très accrocheur afin de ne pas devenir une caricature de caricature…

Quant à la question existentielle du début de chronique : LORDI a-t-il une âme ? Je dois dire… que je m’en tape royalement ! D’ailleurs : SOYONS KITCHS, VIVE LORDI !

Note indicative : 3,5 / 5

A lire aussi en HARD ROCK par DARK BOUFFON :


NEW YORK DOLLS
One Day It Will Please Us To Remember Even This (2006)
Des papys en grande forme !!




FREAK KITCHEN
Land Of The Freaks (2009)
Les freaks suédois très inspirés


Marquez et partagez




 
   DARK BOUFFON

 
  N/A



- Lordi (chant)
- Amen (guitare)
- Ox (basse)
- Awa (claviers)
- Kita (batterie)


1. Scg Iv
2. Girls Go Chopping
3. Bite It Like A Bulldog
4. Monsters Keep Me Company
5. Man Skin Boots
6. Dr. Sin Is In
7. The Ghosts Of The Heceta Head
8. Evilyn
9. The Rebirth Of The Countess
10. Raise Hell In Heaven
11. Deadache
12. Devil Hides Behind Her Smile
13. Missing Miss Charlene
14. Hate At First Sight (bonus Track)



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod