Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


BLACK MAJESTY - Tomorrowland (2007)
Par BAST le 13 Mai 2008          Consultée 2896 fois

Il y a des groupes, comme ça, avec lesquels on se montre naturellement indulgent. En dépit d’un premier album un peu limité, personne n’avait vraiment osé opposer aux Australiens un début de condamnation. Pourtant, dans le genre heavy épique avec patronyme ronflant ou pochette heroic-fantasy, le couperet tombe assez facilement. Mieux, on s’était borné à souligner un potentiel (réel) plutôt qu’à faire la lumière sur les imperfections (manifestes). BLACK MAJESTY fait partie de ces formations optant pour un metal assez direct et tellement peu prétentieux face à la concurrence symphonique, par exemple. C’est qu’il s’attache à ce que l’accroche soit simple, à ce que les arrangements ne viennent pas perturber un style que l’on aime souvent voir dérouler avec parcimonie, à ce que les guitares disposent d’un temps d’expression dominateur. Le heavy générationnel, emblématique, qu’on ose à peine remettre au goût du jour de peur de le déprécier ou le dénaturer, BLACK MAJESTY lui rend un bel hommage. Cette façon de saisir MAIDEN pour lui accoler en quelques endroits des velléités speed mélodiques, les Australiens la maitrisent avec naturel et respect. C’est probablement parce que son choix initial fait preuve de modestie, de bon goût et d’authenticité, que les mots qui ont accompagné la sortie de « Sands Of Time » se sont chargés de mansuétude.

Et finalement, BLACK MAJESTY le méritait tout de même beaucoup. La sympathie affichée envers la formation n’avait rien d’usurpée. Car le successeur de « Sands Of Time » certifiait les promesses décelées deux ans plus tôt, tout en gommant une bonne partie des défectuosités. Avec « Tomorrowland », les Australiens confirment, une fois de plus. Confirment qu’ils manœuvrent décidemment très bien dans ce heavy épique. Confirment leur force à accoucher de compos accrocheuses et dénuées d’artifices. Confirment tout le talent de leur vocaliste. Et même si BLACK MAJESTY ne présente rien de bien neuf, même si l’excellence se montre encore glissante, cette qualité consolidée alliée à une franchise bétonnée et une authenticité essentielle finit par payer. « Forever Damned », par exemple. C’est lourd et direct, le refrain fait mouche sans tomber dans la préciosité, le chant se montre irrésistible. Dans un registre heavy et épique, tout est réuni pour en faire un titre fort. Avec « Into the Black » puis « Evil in Your Eyes », on grimpe un échelon supplémentaire dans la saveur épique, bien mise en valeur par des lignes de chant travaillées. John « Gio » Cavaliere fait un travail remarquable. Sans forcer, du reste, tant sa voix présente d’excellentes aptitudes. « Tomorrowland » fait une incartade du côté speed mélodique, mais toujours avec cette pesanteur dans le chant, investi, semblant vivre de plein fouet les mots formulés. Tout n’est pas non plus absolument rose. Un reproche tenance depuis le début de la carrière des Australiens tient dans cet essouflement persistant sur la fin. Là où les premiers titres marquent l’essentiel des points, le final cède du terrain. Il lui manque la conviction, comme sur « Faces of War » ou « Wings to Fly », deux morceaux qui cèdent à la facilité. Rien de désagréable, juste des mélodies trop creuses, pas assez étayées. « Scars » prenait le même chemin, mais j’avoue que le refrain haut en couleur et intense lui confère une plus grande saveur. L’autre accroc réside dans la production, toujours aussi juste. Sans pénaliser irrémédiablement l’album, elle l’empêche d’éclater plus vivement.

« Tomorrowland » fait partie des bons albums heavy de 2007. Et BLACK MAJESTY, charismatique au possible, confirme son rôle d’oustider à surveiller. La suite se fera selon deux angles possibles. Continuer ainsi et régaler quelques amateurs tout en restant dans une certaine confidentialité. Ou alors miser sur des aptitudes incontestables. Et là, il faut se tourner vers LMP, le label des Australiens. Lui qui ne dispose plus guère de formation majeure depuis le départ de RHAPSODY pourrait envisager de parier davantage sur ce poulain là. Au même titre que ses autres groupes qui ne demandent qu’à éclater au grand jour (MAGIC KINGDOM ou PAGAN’S MIND, par exemple), il y a chez BLACK MAJESTY de quoi botter le cul à certaines formations confortablement établies. Un album franchement recommandable.

Note : 3,5 / 5

A lire aussi en HEAVY METAL par BAST :


KELDIAN
Journey Of Souls (2008)
Quels diables, ces norvégiens qui font du heavy




VIRGIN STEELE
Invictus (1998)
Heavy metal


Marquez et partagez




 
   BAST

 
  N/A



- John Cavaliere (chant)
- Steve Janevski (guitare)
- Hanny Mohammed (guitare)
- Pavel Konvalinka (batterie)


1. Forever Damned
2. Into The Black
3. Evil In Your Eyes
4. Tomorrowland
5. Soldier Of Fortune (deep Purple Cover)
6. Bleeding World
7. Faces Of War
8. Wings To Fly
9. Another Dawn
10. Scars



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod