Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


BLACK MAJESTY - Cross Of Thorns (2015)
Par GEGERS le 20 Septembre 2015          Consultée 2197 fois

On a découvert récemment, au fond du Pacifique, un mollusque dont on croyait l'espèce éteinte depuis 1984. L'allonautilus scrobiculatus faisait sa vie, tranquillement, sans faire parler de lui en dehors du cercle restreint des nautiles qui, comme chacun le sait, est plutôt fermé. Fidèle à son patrimoine génétique, la bestiole n'a que faire des tempêtes. Les courants océaniques ? Il s'en tamponne le coquillard. Un peu comme BLACK MAJESTY se fout des modes (vous aviez senti l'analogie à des kilomètres, n'est-ce pas ?). Le groupe australien n'a en effet, depuis sa création au début des années 2000, pas fait bouger sa recette d'un poil. Alors que les EDGUY, STRATOVARIUS ou autres SONATA ARCTICA ont évolué (et pas forcément toujours pour le meilleur), le combo de Speed Metal est resté droit dans ses bottes, insensible aux évolutions qui ont marqué le style. Le fait qu'il soit arrivé sur le tard, et son incapacité à s'extirper d'une deuxième division bien cruelle, expliquent sans doute ce besoin d'intégrité et de fidélité à un style que l'on croit toujours sur le déclin, mais qui se montre finalement bien vivant, trituré entre les mains expertes du combo de Melbourne.

Dédié à la mémoire de Dirk Illing, illustrateur et ami du groupe décédé en 2012, ce sixième album de BLACK MAJESTY est une véritable ode au Speed-Metal. Mixé par Roland Grapow (qui ferait mieux de passer plus de temps à soigner les compositions de MASTERPLAN), l'album voit le groupe user et abuser de la double-pédale sur une dizaine de compositions suffisamment variées pour maintenir l'attention et l'intérêt. Bien sûr, il y a ici une impression de redite, mais le groupe semble être l'un des derniers dépositaires du Speed-Metal "de papa", et soignent suffisamment ses mélodies et ses ambiances pour faire de Cross Of Thorns un opus réussi et inspiré.

Il y a une certaine naïveté qui se dégage des 10 morceaux qui composent l'album. Comme l'impression de redécouvrir une vieille boîte oubliée remplie de souvenirs d'enfance. Le tempo inhumain de "Phoenix" par exemple, aurait pu paraître gentiment désuet s'il n'avait pas été mis en valeur par un refrain imparable. Le chant de John Cavaliere, qui préfère une précision sans faille à une démonstration de puissance vocale, renforce pour sa part ce côté madeleine de Proust savoureux. Puisque tout a déjà été fait en la matière, Cross Of Thorns sonne, de manière naturelle, légèrement passéiste. Mais lorsque l'on met de côté les souvenirs, la qualité reste. "Anneliese", "Misery" et ses ambiances à la FALCONER ou encore "Escape", qui clôture l'album de fort belle manière, rappelant le HELLOWEEN période "Time Of The Oath", sont de véritables démonstrations de savoir-faire. S'il est certain que la reprise du "Out In The Fields" de Gary Moore n'apporte strictement rien (le morceau a été repris des dizaines de fois depuis le décès du guitariste), l'ensemble de l'album se tient parfaitement, si l'on met de côté le mid-tempo "Make Believe" qui tente de forcer l'émotion sans parvenir à marquer les esprits autant que les autres titres.

BLACK MAJESTY, en continuant à pratiquer un style que les "gros noms" qui l'ont conçu ne pratiquent plus, tire ainsi son épingle du jeu, en maîtrisant suffisamment son art pour proposer 10 morceaux dénués de faiblesse ou de superflu. A conseiller aux nostalgiques, oui, mais aussi aux amateurs de belles mélodies mises en valeur de manière « simple » et efficace. Du très bon Speed Metal comme on en fait plus (ma bonne dame).

A lire aussi en POWER METAL par GEGERS :


AXENSTAR
Where Dreams Are Forgotten (2014)
Le sens de l'efficacité scandinave




Marius DANIELSEN
Legend Of Valley Doom Pt. 1 (2015)
AVANTASIA, 15 ans plus tard.

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
  N/A



- John Cavaliere (chant)
- Stevie Janevski (guitare)
- Hanny Mohamed (guitare, claviers)
- Ben Wignall (batterie)
- Evan Harris (basse)


1. Phoenix
2. Anneliese
3. Vlad The Impaler
4. Crossroads
5. Out In The Fields
6. Misery
7. Make Believe
8. One Life
9. Emptiness Ideal
10. Escape



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod