Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MELODIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


IMMORTAL SOULS - Wintereich (2007)
Par BAST le 8 Mai 2008          Consultée 2100 fois

L'histoire somme toute confidentielle du metal retiendra trois formations sur la ligne de départ du death mélodique. Si les premières foulées se sont plutôt inscrites selon la même ligne directrice, les chemins empruntés par la suite ont divergé. Pour AT THE GATES, la sensation de n’avoir plus rien à démontrer. Fin de la course. Pour IN FLAMES, une volte vers l’ouest, un saut par-dessus l’océan et une réception des deux pieds sur la côte pacifique des Etats-Unis. Même course, enjambées similaires, sur le même rythme. Seul le terrain de jeu diffère. Pour DARK TRANQUILLITY, enfin, le cap a été conservé. Il y a bien eu un grand pas chassé vers l’exception « Projector ». Avant qu’un autre, contraire (et définitif ?), le remette sur l’itinéraire initial.

Et derrière ces trois précurseurs, une file indienne, des prétendants le nez collé au sol pour mieux deviner les pas des idoles et y poser un pied à leur tour. Si certains connaissent ou ont connu le succès, la plupart peinent à percer. Le retard accumulé, bien sûr, un manque évident de personnalité, aussi. Ainsi en va-t-il de la musique où chaque style doit forcément être sucé jusqu'à la moelle, comme pour mieux l'aider à mourir. Si la tendance voila deux ou trois ans était de louer presque exclusivement IN FLAMES, on constate désormais un revirement qui semble s'inscrire comme un retour aux sources. C'est donc au tour du death mélodique pur jus de se voir décliné sous toutes les formes possibles.

IMMORTAL SOULS fait partie des aspirants, même si son histoire montre une succession d’atermoiements ou de remises en question. La formation a pris consistance en 1995. Et en 1995 sortait « The Gallery », référence s'il en est. Depuis sa Finlande natale, on pourrait très bien supposer qu'IMMORTAL SOULS ait lui aussi fait bénéficier le death mélodique émergeant de ses talents. Il n'en est rien. Et on s'en doutait quand même un peu. Un, ce n’est pas maintenant qu’on va apprendre ce genre de détail. Deux, le premier album des Finlandais est sorti en 2001. Trois, une écoute rapide de la première démo du combo démontre que les Finlandais ont débuté par du true black avant de peu à peu édulcorer leur musique pour finalement s'orienter vers le death mélodique. Bref, IMMORTAL SOULS s'est longtemps cherché et a suivi un courant qui lui convenait bien.

« Wintereich » est un album de death mélodique tout ce qu'il y a de classique. A part peut-être cette touche hardcore tout juste perceptible ou cette production plutôt avantageuse (« Icon of Ice »), on retourne dix ans en arrière, sans doute possible. Un bain de jouvence assez agréable, d'ailleurs, car les finlandais savent plutôt bien composer. Des riffs accrocheurs, un chant crédible, une ambiance épique bien en place, IMMORTAL SOULS propose un album correctement calibré. Pour la touche personnelle, on repassera, évidemment. Après, s’inspirer du death mélodique originel et y apposer une vision personnelle est difficile. D’autres l’ont fait, mais si peu. Et puisque cet aspect ne semble absolument pas composer le crédo de cette formation, il faut bien faire avec. IMMORTAL SOULS fait partie de ce genre de groupes dont l'objectif semble être de prolonger un style. Point barre. Comme un sacerdoce, oserais-je ajouter.

Le souci, finalement, avec cet opus, c’est probablement le manque de titres réellement marquants. Il y a bien « Nightfrost », même s’il laisse l’impression d’en avoir fait rapidement le tour. « Icon of Ice », aussi, avec quelques ambiances convaincantes et un rythme changeant. « Heart of Cold », encore, et son riff entêtant et son haleine délétère. « Winterreich », enfin, titre complet et riche, avec un refrain franchement prenant. Le reste, honnêtement, aussi bien joué et tonique soit-il, manque à mon sens d’accroche. Ce n’est pas qu’on s’ennuie ferme, mais l’extase se situe à des années-lumière.

Le death mélodique est un genre fragile. Il suffirait juste qu’il perde ses deux formations emblématique encore en course pour voir son intérêt réduit de moitié. La relève ne s’est jamais vraiment montrée suffisamment consistante pour garantir un gros revers. IMMORTAL SOULS constitue un pis-aller agréable mais encore trop juste. Dommage, car ce n’est pas le potentiel qui manque.

A lire aussi en DEATH MELODIQUE par BAST :


AMON AMARTH
Versus The World (2002)
Death melodique

(+ 1 kro-express)



AMON AMARTH
Fate Of Norns (2004)
L'apologie du riff...


Marquez et partagez




 
   BAST

 
  N/A



- E. Särkioja (guitare)
- Pete Loisa (guitare)
- A. Särkioja (chant, basse)
- Juha Kronqvist (batterie)


1. Nightfrost
2. Feareaper
3. Frozen Inside
4. Icon Of Ice
5. Color Of My Sky
6. Constant
7. Idlestate
8. Heart Of Cold
9. Winter Of My Discontent
10. Black Water
11. Winterreich



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod