Recherche avancée       Liste groupes



      
CULT CZECH BLACK METAL !  |  STUDIO

Commentaires (4)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : God Seed
 

 Site Officiel Du Groupe (342)

MANIAC BUTCHER - Barbarians (1995)
Par ONCLEGUUD le 30 Mai 2008          Consultée 2426 fois

« Barbarians », c'est tout un programme, surtout venant d'un pays de l'Est qui a connu tout le folklore des grand-frères russes et les moults invasions barbares... Il y a des ruines de cette Histoire-là dans la musique de ces âmes damnées dont je vais vous parler ici. Néanmoins, les MANIAC BUTCHER ont également participé à une autre Histoire : l'Histoire peu glorieuse, peu reluisante du Black Metal. MANIAC BUTCHER a posé sa pierre à l'édifice pour plusieurs raisons : leur excellente musique; leur accoutrement ridicule et les pochettes qui vont avec (comme Immortal, ils auront participé de la décridibilisation du mouvement par cet aspect là); et leur lien avec la scène étasunienne, notamment Andrew Harris/Akhenaten alias JUDAS ISCARIOT. Se barder de clous et de metal, prendre des poses ridicules (à l'instar de leur nom de groupe) et faire des pochettes de fort mauvais goût ont été l'apanage de ces Tchèques. De plus, ils ne sont pas en reste de leur humilité, se proclamant mégalomaniaquement « The Only Kings of Czech Black Metal scene - The Blackest, Rawest, and definitively the most extreme Black Metal Horde from Czech Republic » comme qu'ils disent sur leur site... Ce qu'on peut malgré tout aisément leur reconnaître tant leur talent fut énorme.

En résumé : la bande venue de Zatec, essentiellement formée autour du noyau composé du génial hurleur Barbarud Hrom et du talentueux multi-intrumentiste et inspiré compositeur Vlad Blasphemer, s'est créée en septembre 1992. La horde de chevelus se produit sur scène pour la première fois l'année d'après. Elle éjacule, sur la base d'un line-up stable, deux démos et un split avec Dark Storm (un projet parallèle des membres), jusqu'à produire en novembre 1995 leur premier full-lenght, « Barbarians », chez Pussy God Records où les quatre garçons grimmés et bardés apparaissent sur pochette montés sur des destriers, simulant la charge, brandissant avec plus ou moins de conviction des armes - tels les Chevaliers Teutoniques émergeants des fondrières de la forêt millénaire... Qu'est-ce qu'elle m'a fait pouffer cette pochette, quand j'ai découvert le disque dans un bac en 1999 ! Toutefois, j'ai acheté le skeud car il était d'occaz et l'ai écouté en rentrant chez moi. Mais à l'époque je ne comprenais pas encore grand chose à ce nouveau genre de metal extrême que je découvrais, moi qui avait écouté tant de Thrash, Speed et Death auparavant... « Barbarians » a donc rapidement pris la poussière. Ce n'est que quelques années plus tard que je suis retombé dessus. A son écoute, j'ai compris mon « erreur » (même si je pense aujourd'hui qu'on n'écoute quelque chose QUE lorsqu'on y est sensible) et me suis rattrapé en acquérant la suite de la disco le plus rapidement possible. Car MANIAC BUTCHER dans son style c'est sacrément bon. En France - le combo splitté depuis - bénéficie du soutien d'une large part de l'auditorat du Souterrain. Encore faut-il l'avoir écouté.

Parlons donc un peu plus musique, de cet album au savoureux nom très clichesque et des liens esthétiques, puis réels d'avec une autre formation « culte » bien nommée JUDAS ISCARIOT (le « culte » en général ce n'est pas pour moi, et encore moins quand les artistes sont encore en vie... Mais l'Underground aime ces conneries !). Pour ce qui est du Black Metal que l'on écoute dans ce « Barbarians », nous avons affaire à un Black Metal certes véloce, mais loin d'être aussi brutal que le prétendent Barbarud et Vlad. On a fait bien plus bourrin, avant, pendant et après MANIAC BUTCHER. De plus, les variations de rythme sont assez fréquentes, s'accouplant avec brio aux passages plus pesants et mélancoliques. En somme on s'emmerde pas ! Le quatuor maîtrise bien l'art de ne pas nous laisser nous endormir sur nos lauriers et on s'en prend plein les oreilles. Levez votre vodka : Prost !

Pour ce qui est des riffs, ils sont assez fameux, et avec la voix âpre et criarde de Barbarud et l'intelligence de la composition (six titres inoubliables), ils constituent l'atout majeur de « Barbarians ». Ensemble, cela constituera, dès ce premier effort des Tchèques, l'identité de MANIAC BUTCHER... Ces accords si inspirés, sonnant si justes, rappellent ainsi inévitablement et sans les plagier, ceux de JUDAS ISCARIOT, one-man-band de la même période mais basée aux U.S. Les deux groupes s'influenceront mutuellement et ceux connaissant bien leurs œuvres, comme moi par exemple, observeront les réponses de chacun dans leurs albums respectifs. [Leur compréhension sera telle entre les deux groupes que lorsque Andrew Harris viendra vivre en Allemagne, il participera comme bassiste aux lives de MANIAC BUTCHER, c'est dire !]

La fureur et le désespoir se trouvent ici alchimiquement entremêlés dans une mystérieuse danse ésotérique, les titres composant « Barbarians » décrivant des chorégraphies pour l'âme que seuls les êtres torturés sauront lire... Je glisserais également deux autres références rapidement : DARKTHRONE et MAYHEM. Au détour de certaines pistes, on croirait les entendre jouer. Mais ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dis : MANIAC BUTCHER est, fut et restera MANIAC BUTCHER. Par ailleurs, quand on écoute ces Tchèques, un sacré paquet de formations, notamment françaises, semblent y avoir quelques racines communes. L'influence de ces comiques de l'apparence fut foncièrement conséquente. Et pourtant, ils ne furent connus que d'une poignée pendant un bon paquet d'années. C'est grâce à la ténacité d'une frange de passionnés que MANIAC BUTCHER a pris plus de jour.

Pour donner une idée du Black Metal de barbare pratiqué par MANIAC BUTCHER, je leur laisse la parole selon un slogan repris par beaucoup depuis : “No keyboards !! No female vocals !! Only pure Black Metal storm!!”. Ces bouchers pratiquent donc le desossage à l'ancienne ! Dans le détail, « Barbarians » s'ouvre par un sample d'une bataille (un cliché prévisible) avant que ne fonde sur nous la piste éponyme... Et impossible de ne pas taper du pied tant les riffs sont faits pour tout détruire et nous faire headbanguer. Ils sont diaboliquement bien sentis. Et cette basse d'outre-tombe... Aargh ! Les accords mélancoliques font très rapidement leur apparition, écrits d'une main unique, que ne manqueront pas de remarquer les maniacs d'Akhenaten. Efficaces – un adjectif qui leur sied à merveille. Vient ensuite le hit « Cateclasm », avec ses accords entêtants et hypnotiques. Un régal. Un must, avec son refrain qui tue. Un « Holy Father » du même tonneau mais plus furieux lui succède. Puis c'est au tour du malsain et torturé « Hell » qui a le don de me mettre mal à l'aise à chaque fois et qui prend la quatrième place. Cette piste a quelque chose de maléfique et de diabolique. J'ai le sentiment que ces Tchèques possédaient une telle haine, si vivace, si concentrée que celle-ci prenait vie entre leurs doigts, dégueulant de leurs tripes et cervelles de malades pour s'enfoncer dans les nôtres. Vient en cinquième position « Second Creation » (je vous ai épargné les titre version Tchèque), longtemps lourd et processionnaire, collant d'une poisse ténébreuse avant de se mettre à tout fracasser en toute fin... Pour finir, « The End of Messiah » clôt la Marche Funèbre de « Barbarians ». Cette piste me fait penser au premier long format d'Immortal : nostalgique, quelque peu mystique, incroyablement lourd. Un reflet de Lune dans l'eau glacée.

Je terminerais de parler de ce disque d'une façon inhabituelle, par la production, qui, contre toute attente, est claire, ciselée, précise, « with freezing sound » selon les déclarations du groupe : une surprise qui contraste avec l'ensemble, car venant d'un tel pays, on aurait pû s'attendre à plus rudimentaire. Or... Ça marche du tonnerre de Zeus ! « Barbarians » reste un indispensable pour tout auditeur de Black Metal. Le reste de la discographie également.


Myspace : http://www.myspace.com/maniacbutcherband

A lire aussi en BLACK METAL par ONCLEGUUD :


VORDR
Ii (2005)
Chef-d'oeuvre de désespoir et de cynisme...

(+ 1 kro-express)



OSIRION
Reconquista (2008)
Black/thrash français excellent et agressif !


Marquez et partagez




 
   ONCLEGUUD

 
  N/A



- Line-up Pour 'barbarians' :
- Barbarud Hrom (vocaux)
- Vlad Blasphemer (guitare)
- Michael (batterie)
- Jorg (basse, guitare)


- titres Tchèques En Anglais :
1. Barbarians
2. Catheclasm
3. Holy Father
4. Hell
5. Second Creation
6. The End Of Messiah



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod