Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK SYMPHO / ATMO  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : Rotting Christ

NECROMANTIA - The Sound Of Lucifer Storming Heaven (2007)
Par T-RAY le 26 Avril 2008          Consultée 2567 fois

Nouvelle étape du cheminement de Necromantia sur les noirs sentiers du mal, « The Sound Of Lucifer Storming Heaven » nous parvient plus de sept ans après le précédent opus du duo grec. Une éternité, même si les deux bassistes ont toujours pris le temps de fignoler leurs albums. Preuve en sont les cinq années qui avaient séparé leur superbe « Scarlet Evil Witching Black » de « IV : Malice ». Les "nécromanciens" ont donc logiquement fait de ce quatrième album studio un véritable pas en avant dans leur évolution musicale, mûs par leur insatiable désir d'expérimentation, mais toujours dans l'esprit le plus occulte.

Pour être occulte d'ailleurs, cet album l'est vraiment. Et pour un groupe qui avait toujours pris soin d'envelopper sa musique, malgré sa violence inhérente, dans un écrin d'orchestrations symphoniques, force est de constater qu'ici, Necromantia a davantage mis en avant l'agressivité pure que par le passé. Le son vindicatif des instruments surprend dès les premières secondes. Les riffs de basse sont lourds et écorchés et les sons de bataille illustrant le premier morceau construisent une ambiance réellement violente : le loup est dans la bergerie, comme l'indique le titre. Les orchestrations, toujours présentes, évidemment et plus que jamais, sont utilisées de manière plus percutantes sur tout l'album. Sur ce morceau-titre, elles apportent l'emphase nécessaire à ces deux petites minutes pour en faire une ouverture impressionnante.

Une fois Lucifer entré au paradis, les réjouissances peuvent vraiment commencer, et les deux acolytes peuvent donner libre-cours à leur brutalité. Plus étouffée que par le passé, moins claire et plus crue, la voix de Magus paraît réellement inhumaine. "The Order Of The Black Sphinx" est ainsi un titre très puissant et rythmé. Et même martelé. La présence de Fotis, de Septic Flesh, derrière les fûts, n'y est pas étrangère. Les chœurs qui font leur apparition apportent un soupçon de majesté à ce morceau au côté implacable. Les orchestrations prennent encore plus de place sur les deux titres suivants, en se montrant complémentaires d'un florilège de riffs rapides et sombres, ou en alternant avec eux plus ou moins régulièrement. "For The Elder Magi..." déploie ainsi une atmosphère baroque, de par ce côté fou et déséquilibré.

A côté de ces morceaux explosifs, d'autres, plus mid-tempo, trouvent leur place, sans pour autant perdre le côté pernicieux qu'entretiennent les musiciens sur le disque. Ces titres sont d'ailleurs propices à davantage de subtilités de la part du duo. Ainsi, "Knights Of The Black And White Eagle", très emphatique lui aussi grâce à ses nappes de claviers, est traversé d'un solo de basse à mi-chemin entre des sonorités hispanisantes et orientalisantes très bien senties. Magus soutient celui-ci d'un growl plus death qu'auparavant, ce qui ne manque pas de donner à ce morceau une place à part sur le disque. "The Invisible Empire", tout aussi andante au départ, repart sur les chapeaux de roue dans sa deuxième partie, où seules s'expriment les basses, proprement rugissantes. La voix déformée de Magus sur les derniers instants contribue à désincarner encore plus son personnage.

"HellSeher", s'il rappelle le troisième titre, dont il semble être une variation, est relativement décousu et plombe quelque peu l'album. Le risque de décrocher plane, mais la fin du disque est proche, et avec le dernier titre, suite de l'acte I, présent sur « Crossing The Fiery Path » (1er album des Grecs), la musique se fait de nouveau plus majestueuse, mais aussi rapide et agressive. Jusqu'au point final, subit mais parfaitement à propos pour clore un bon album, fidèle à la personnalité unique de Necromantia, qui manque parfois de cohésion, mais qui conjugue de belle manière brutalité des riffs de basse et orchestrations occultes – jamais pompeuses – au service de compositions destabilisantes et exigeantes, mais très fouillées. Une note de 3,666 au final ! Sur Nightfall, ça donne 4.

A lire aussi en BLACK SYMPHO / ATMO :


PENUMBRA
Seclusion (2003)
Black/gothic sympho

(+ 1 kro-express)



UNEXPECT
In A Flesh Aquarium (2006)
Anarchie orchestrale délicieusement psychotique


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- The Magus/magus Wampyr Daoloth (basse, vocaux)
- Baron Blood (basse 8 cordes, claviers)
- Fotis Benardo (batterie)


1. The Sound Of Lucifer Storming Heaven
2. Order Of The Black Sphinx
3. For The Elder Magi : I-eibon The Necromancer
4. Architecture Of Exquisite Madness
5. Knights Of The Black And White Eagle
6. The Invisible Empire
7. Hellseher
8. Les Litanies De Satan - Act Ii : From Hell



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod