Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK SYMPHO ORIENTAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


TAMERLAN EMPIRE - Age Of Ascendancy (2018)
Par T-RAY le 14 Octobre 2018          Consultée 1146 fois

Ah, l’Australie ! Ses plages, ses spots de surf, son atmosphère easy going. Ses espèces venimeuses, ses dingos, ses wallabies (avec un petit W comme avec un grand). Ses 28 Coupe Davis, son bush, luxuriant ici et là non, son outback aride et ses dromadaires (si, si : l’une des plus grosses populations au monde) ! Ses Aborigènes, ses descendants de bagnards britanniques, ses fils et petits-fils d'immigrés serbes, croates, bosniaques, italiens, grecs… Et ouzbeks ! Ils ne doivent certainement pas être légion mais il en suffit d’un seul pour qu’on en parle. Un pseudo-nommé (ou pas ?) Khan, batteur de son état, à l’origine de la formation, en 2011, d’un groupe rendant clairement hommage au pays d’origine de ses parents, tant par son nom que par l’imagerie qu’évoque sa musique : TAMERLAN EMPIRE.

Ça n’est toutefois qu’en 2018 que le premier album studio de la formation, évoluant ici sous forme de quintette, a vu le jour, après deux démos lui ayant permis de séduire le label américain Metal Hell Records. Le disque s’intitule "Age Of Ascendancy" et résume, à lui seul, l'ambition de TAMERLAN EMPIRE : raviver la mémoire de l’époque où la dynastie Timouride régnait sur l’Asie centrale et contrôlait la partie médiane de l'éminente Route de la Soie. Pour ce faire, c’est vers le Black Metal que s’est tourné le combo. Considérant l'intérêt prononcé suscité par le mélange de Black et de sonorités orientales ces dernières années, le choix du leader, Khan, de mener sa caravane sur cette voie n’est pas innocent. Et s'avère judicieux. Car la musique proposée par le groupe est assez prenante.

Elle fait voyager dans le temps et l'espace, en tout cas, à grand renfort de claviers échantillonnant tour à tour des mélodies de cordes frottées et d’instruments à vent typiquement orientales, ou en utilisant carrément ces instruments. Évidemment, parce que nous n’y sommes pas familiers, tout occidentaux que nous sommes et pétris de notions d’harmonie européenne, les nappes de cordes frottées qui accompagnent ce Black des steppes d’Asie centrale ne nous marquent-elles pas par leur singularité. Rares sont ceux qui diront – à moins d’être habitués à la musique orientale – “j’aime la mélodie de ce morceau en particulier” ou “c’est cette mélodie qui me met en transe”. Non, tout est dans l’atmosphère que créent ces nappes de cordes qui nous aspirent et nous entraînent comme le vent du Karakoum fait voler la terre sèche de ce désert.

Le sentiment d’Ailleurs qu’elles procurent n’est jamais plus prononcé que lorsque le tremolo picking de Ghorr et de Ferus, les deux guitaristes, est lui-même exécuté sur des riffs aux notes orientales, qui s'accordent parfaitement au son Black Metal. C’est surtout vrai sur les morceaux les moins rentre-dedans – c’est relatif car le Black de TAMERLAN EMPIRE reste violent – tels que "Ascension Of Iron", "Marauder’s Mark" et "Scattered Sands". le deuxième cité parmi ces trois titres tient parfois d’un “Hollywood Metal” RHAPSODY-ien à la sauce Black, mais tout de même moins riche en fanfreluches inutiles et kitsch. En tout cas, il permet à l'ensemble des membres du quintette d’exprimer leurs qualités propres, y compris par la voix pour ce cher Ghorr, qui se révèle toutefois meilleur gratteux que vocaliste.

En matière de riffs Black avec un petit côté oriental, TAMERLAN EMPIRE est également inspiré par l'œuvre de certains de ses glorieux prédécesseurs dans l’histoire du Metal Noir. Notamment MARDUK et son "Dreams Of Blood And Iron", dont l’on croit entendre à nouveau le riff principal, en encore plus développé, sur "Ottoman's Demise". Cet intitulé, d’ailleurs, situe tout à fait ce morceau dans la parenté thématique de son aîné, qui contait justement la lutte de Vlad III, “l’empaleur”, face aux Turcs, là où celui-ci évoque la victoire décisive de Tamerlan contre les Ottomans à Ankara en 1402. Avec cet album, on prend conscience combien le riffing Black Metal, en particulier l’usage du tremolo picking, permet très facilement de transporter l’auditeur en des lieux, des époques, des cultures bien éloignées des forêts obscures et des montagnes enneigées caractéristiques du genre.

On le savait déjà, bien sûr, mais des disques comme "Age Of Ascendancy" ont le bon goût de rappeler que le Black Metal peut être une musique universelle, sans rien enlever à sa prétention élitiste. Mais finalement, plus que les riffs où les mélodies de cordes ou de vents, ce sont les rythmiques signées Khan lui-même, en bon batteur qu’il est, qui convoquent le plus d’images et de scènes dans notre esprit. Un exemple ? Le rythme bien balancé et si moyen-oriental du refrain de "Battle Of Tyrants" qui, malgré ce titre, évoque des scènes de danse sous l’ombre des tentes ou des palais princiers. Ou le tempo andante de "Behest Of The Chosen", qu’on imagine parfaitement illustré par des troupes turco-mongoles partant au combat avant de fondre sur leur ennemi en un assaut vengeur.

S’il faut reprocher quelque chose à TAMERLAN EMPIRE sur ce premier album studio, c’est peut-être la longueur totale de l’oeuvre. Laquelle, avec ses 59 minutes bien tassées, a parfois tendance à nous égarer dans le désert, tant les parties de claviers de tel morceau peuvent ressembler à celles de tel autre. Surtout lorsqu’elles revêtent des sons d’instruments à cordes et archet, faisant passer les unes pour les mirages des autres. Ceci a certes le mérite de donner à l'œuvre l’apparence d’un tout cohérent mais parfois un peu impénétrable, aussi. Et de nuire au pouvoir d’accroche de certains titres, qui n’en auraient rien perdu s’ils avaient été moins nombreux sur l’album (onze titres, dont trois de sept minutes, tout de même !). Mais pour un premier L.P., TAMERLAN EMPIRE nous offre un travail d’un grand professionnalisme, doté d’une âme et d’un sens de l'épique plus que prononcé.

A lire aussi en BLACK SYMPHO / ATMO par T-RAY :


NECROMANTIA
The Sound Of Lucifer Storming Heaven (2007)
Les magus foutent le bordel au paradis




ARS MAGNA UMBRAE
Through Lunar Gateways (2017)
Vers l'infini et au-delà, mais vraiment au-delà


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Khan (batterie, percussions)
- Vizier (claviers, orchestrations)
- Ghorr (guitares, vocaux)
- Ferus (guitares)
- Ramz (basse)


1. Age Of Ascendancy
2. Battle Of Tyrants
3. Vengeance In Blood
4. Ottoman's Demise
5. Ascension Of Iron
6. Behest Of The Chosen
7. Winter March
8. Dominion Of Ashes
9. Marauder's Mark
10. Of Dust Returned
11. Scattered Sands



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod