Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


VROLOK - Void - The Divine Abortion (2007)
Par POSSOPO le 16 Octobre 2007          Consultée 3300 fois

VROLOK, c'est quoi ?
Bah, VROLOK, c'est à peu près la réponse américaine aux Légions Noires hexagonales, un black metal qui dépasse les limites. Dernière proposition qui ne veut rien dire en elle-même. Encore faudrait-il définir les limites desquelles nous sommes en train de discuter. VROLOK, ce n'est pas tant le dépassement des limites sonores (VROLOK propose des comptines au son nettement plus soigné que VLAD TEPES, TORGEIST ou BELKETRE) mais la volonté de tomber dans les abysses de la folie noire permet une plongée psychiatrique nettement plus profonde que celle effectuée par DARKTHRONE ou MAYHEM.

VROLOK, c'est aussi pour moi une révélation : le black metal de l'Oncle Sam n'est pas que risible. Et on tient ici avec le grand et co-sanguin BLACK FUNERAL une espèce rare fort intéressante à la découverte. A la découverte d'un genre et d'un disque à l'ambiance maximale. Si les premières secondes de "Void – The Divine Abortion" (curieusement enregistré en 2005 et seulement sorti du caveau cette année) ne permettent pas, au contraire des liturgiques interludes du grand "Soul Amputation" (peut-être la référence de cet orchestre détestable) et du très clairement identifié "Waters Of Weeping" (celui de BLACK FUNERAL) de plonger dans les décombres d'une cathédrale en ruine, la parenté est pourtant toujours la même. Des envies funéraires prononcées, une sombre appétence pour des substances excessivement toxiques, quelques courtes fournitures industrielles et cette envie de mystique inversé (et je ne parle évidemment pas seulement du vitrail ornant la pochette ni du titre qui évoque l'être suprême).

Contrairement à son vrai faux frère BLACK FUNERAL, VROLOK extirpe encore sa haine. Des accès de colère venus de nulle part (un black cru qui fait fi de toutes les règles mélodiques), jouxtant une dramatique impression de vide caverneux (on pensera tout de suite au néant de chaînes et de boue pleureuse peint par NORTT, un décor encore plus minimaliste personnalisant la toile). Un caractère borderline si difficile à gérer. L'impossibilité de comprendre ce terrible mélange des extrêmes.

Vicieux, pervers, maniaque, dépressif, sadique et masochiste, VROLOK se fait mal, ne sait jamais où il va, semble perdu dans des pensées chaotiques et contradictoires. Et il sera bien difficile de retenir de cette névrose famélique autre chose qu'un climat. Un climat odieux à mille lieux du black norvégien auquel on peut aujourd'hui adosser l'adjectif "classique". VROLOK n'est pas dans l'action, il contemple sa propre déchéance, entre funeral black et ambient guenilleux.

Et au final, "Void", conclusion affligeante d'un manque d'envie, qui débute sur une ridicule mélodie sortant d'un clavier de guingois, un chant sentencieux pourtant atteint par la maladie, une écriture plus déchirée encore que sur les autres plages, un balancement mortifère, une anémie sévère, un rythme patatraque, quelque accent de vitalité black désespérée et étonnamment musclée, un dernier cri de misère…et une radio country presque inaudible pour clore cet ouvrage dément quasiment aussi désastreux que son prédécesseur maléfique "Soul Amputation".

A lire aussi en BLACK METAL par POSSOPO :


HATE FOREST
Sorrow (2005)
Black metal




ULVER
Bergtatt (1995)
Black metal

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Sheikh Abd'ajjal (chant, guitares, basse, clavie)
- Kristján E Guðmundsson (percussion)


1. Advocatus Diaboli
2. Divine Abortion
3. Grey
4. Turning Purple In The Dark
5. Radiance
6. Void



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod