Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD FM / A.O.R   |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Blizzen
- Membre : Thin Lizzy, Whitesnake, Blue Murder

TYGERS OF PAN TANG - The Cage (1982)
Par DARK SCHNEIDER le 20 Novembre 2007          Consultée 3907 fois

La carrière de John Sykes au sein des TYGERS OF PAN TANG ne fut finalement que d’une très courte durée, même pas deux ans. Mais il aura plus que fortement contribué à ce que ce groupe s’impose comme l’un des leaders de la NWOBHM, ce grâce à l’un des meilleurs albums produit durant cette vague, Spellbound ; et si le disque suivant, Crazy nights, fut loin de réitérer le même exploit il laissait tout de même entendre que nos anglais avaient encore du potentiel. Mais voilà, Sykes ne pouvait refuser l’offre de THIN LIZZY, sans son jeu flamboyant, qu’allait donc devenir les TYGERS ? Certes, Sykes n’était pas là sur le premier opus, Wild cat, mais cet album, bien qu’agréable, était loin de la qualité de Spellbound. Il était de toute façon inconcevable que notre combo sorte un album de heavy rock classique en cette année 1982, surtout vu leur passif. Bref, l’avenir était plus qu’incertain. Les tigres allaient-ils durcirent leur heavy, ce qui aurait pu être une option logique vu l’évolution de la scène vers toujours plus de rage et d’intensité ?

Ce qui se passa fut tout le contraire. Avec The Cage les TYGERS OF PAN TANG proposèrent un album nettement plus mainstream. A l’écoute de « Rendez-vous » on se dit que c’en est fini du TYGERS heavy ! Le groupe officie désormais dans un Hard FM très light, claviers à l’appui, semblant bien plus proche de ce que produisait alors FOREIGNER que de ce qui sortait de la NWOBHM. Fallait-il pour autant hurler à la trahison comme l’on fait de nombreux fans à l’époque ? Pas forcément ! Après tout, Spellbound contenait déjà des morceaux nettement plus accessibles (comme le génial « Don’t stop by »), mais peut-être que la transition était un peu trop brutale.
Cette évolution stylistique est appuyée par l'arrivée de Fred Purser. Remplaçant de John Sykes, son jeu est nettement moins technique, en revanche, ses qualités de compositeurs et de claviériste sont un atout de poids pour le gorupe. A noter également l'intervention de compositeurs extérieurs.

The cage contient quelques restes heavy, tel que « You always see what you want to see », mais au final c’est bien quand le groupe se fait le plus FM qu’il se révèle le meilleur. Ce qui ne fut pas forcément gagné d’avance. En effet, The Cage souffre d’une trop grande hétérogénéité. Quand les TYGERS essayent de sonner le plus possible comme FOREIGNER cela donne des titres trop synthétiques et pas vraiment réussis tels que « Rendez-vous », « Letter from L.A » ou la piètre reprise « Love potion number 9 » pourtant sorti en single. Mais quand ils décident de s’affranchir un peu de cette influence et faire du hard FM comme ils l’entendent alors là ça donne des morceaux catchy, mélodiques et donc imparables. Le superbe « Lonely at the top », « Paris by air » qui avait tout d’un tube, « Danger in paradise » ou encore la superbe power-ballade « The actor » sont autant de morceaux de grande classe, qui prouvent que la bande de Robb Weir possédait un véritable savoir-faire, un talent de composition incontestable. Certes les soli de Sykes n’étaient plus là, mais finalement le hard FM de The Cage avait t-il besoin d’un tel enrobage ? Pas si sur, l’évolution stylistique optée était sans doute la meilleure voie pour les tigres. Et à l’écoute de nombre de morceaux qui parsèment cette galette, je me dis que ces anglais là avaient tout pour avoir un succès nettement plus planétaire. Peut-être pas un groupe de la même envergure qu’un BON JOVI, mais franchement, que manquait-il a des titres aussi bons que « Paris by air » ou « Danger of paradise » pour en faire des tubes internationaux ?? Sans doute un management plus compétent, et plus d’engouement des maisons de disques. Ah si le groupe avait été américain, sans doute l’avenir aurait été plus radieux pour eux.

Mais voilà, le destin fut cruel et les fans retinrent surtout le fait que les griffes des TYGERS OF PAN TANG paraissaient bien émoussées sur ce quatrième opus. Aujourd’hui, il est temps de rendre justice à cet album, pas parfait certes, mais incontestablement un bon disque de hard FM qui contient même quelques pépites.

Pour ceux qui sont intéressé par cet album, au lieu de vous échiner à trouver un vieux vinyle dans les bacs (ils ne sont guère rares) je vous conseille plutôt de vous procurer la réédition CD qui contient en plus trois bonus tracks de très bonne facture (dont un « Life of crime » qui prouvait que le groupe savait encore y faire en matière de heavy metal pur et dur).

A lire aussi en HARD FM / A.O.R  :


DAMN YANKEES
Don't Tread (1992)
Hard fm / a.o.r




EUROPE
Best Of 82-92 (1992)
Hard fm / a.o.r


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Jon Deverill (chant)
- Robb Weir (guitare)
- Fred Purser (guitare, clavier)
- Rocky (bass)
- Brian Dick (batterie)


1. Rendezvous
2. Lonely At The Top
3. Letter From L.a.
4. Paris By Air
5. Tides
6. Making Tracks
7. The Cage
8. Love Potion No.9
9. You Always See What You Want To See
10. Danger In Paradise
11. The Actor



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod