Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (11)
Questions / Réponses (1 / 8)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Judas Priest, Manigance, Malediction, Satan Jokers, Nightmare, Wolf's Gang

SORTILÈGE - Métamorphose (1984)
Par DARK SCHNEIDER le 7 Mars 2007          Consultée 11178 fois

Fort du succès de son premier EP, SORTILEGE signa un nouveau contrat avec la maison de disque française Madrigal, cependant, n’ayant guère envie d’attendre le bon vouloir de leur maison de disque, le groupe parti en Allemagne afin d’y enregistrer son second opus, Métamorphose. Un choix important pour SORTILEGE. Grâce à leurs contacts allemands ils enregistrèrent dans la foulée une version anglaise et l’album pu être distribué dans de nombreux pays, notamment au Japon. Le succès fut vite au rendez-vous et SORTILEGE devint incontestablement l’un des principaux leaders de la scène hard rock française. Métamorphose confirmant largement tout ce que l’on pouvait espérer avec le premier EP.

De métamorphose musicale il n’en est pas vraiment question sur cet opus, on navigue toujours dans un heavy metal d’inspiration anglo-saxonne, aux forts relents épiques. Mais l’évolution est notable. La production est en nette progression, tous les instruments sont plus audibles, cette impression est largement renforcée par l’excellente remasterisation dont cet album fut l’objet en 1997. Et surtout, SORTILEGE durcit le ton. Le heavy metal des parisiens se veut beaucoup plus belliqueux. Les riffs sont plus rentre dedans, la paire de guitaristes est bien décidée à ne pas faire de quartier. C’est au travers de la voix de Christian Augustin que cette évolution est la plus marquante. Moins ample et démonstratif que sur le premier EP, Zouille se montre beaucoup plus agressif et vindicatif. Son chant n’en demeure pas moins toujours aussi impressionnant et puissant. On retrouve bien sur ses intonations épiques très caractéristiques, ces intonations qui ne sont pas sans me faire penser à Fabio Lione, j’ai de toute façon toujours pensé que SORTILEGE, de par son aspect épique et son univers fantastique, pouvait plaire aux fans de RHAPSODY.

Ainsi, Métamorphose contient son lot de morceaux heavy courts et directs, qui cartonnent sec. « D’ailleurs », « Légende » et « Civilisation perdue » sont autant d’uppercuts qui laissent des marques. SORTILEGE n’en oublie pas moins d’y inclure des passages très mélodiques, comme le refrain de « Légende » ou le pont de « D’ailleurs ». Dans la même veine, mais en plus développé, le titre « Majesté » est une pièce de choix qui laisse la part belle aux envolées guitaristiques de Stéphane Dumont toujours très mélodiques et réfléchies. « Cyclope de l’étang » est également une perle de heavy metal comme on l’aime. Mais là où le groupe se montre le plus brillant c’est sur le sublime title track, « Métamorphose » et ses paroles Kafkaiennes : une intro acoustique somptueuse, à laquelle fait suite un riff killer avant de laisser place au couplet et sa rythmique tagada. Le final est de toute beauté avec ses chœurs majestueux auxquels se superpose le chant de Zouille.

SORTILEGE sait aussi se montrer plus ambitieux comme en témoigne « Hymne à la mort » qui alterne passage calme, lourd, et accélération heavy. Quant à « Délire d’un fou », il s’agit du titre le plus grandiose de l’album. C’est une ballade de toute beauté dans la lignée de « Beyond the realms of death » de JUDAS PRIEST, comparaison on ne peut plus flatteuse. Zouille en fait des tonnes sur ce titre, son chant est extravagant mais loin d’être dénué d’émotion, bref ça fonctionne parfaitement. Avec le title track, « Délire d’un fou » est le meilleur morceau de l’album. SORTILEGE prouve par là qu’il peut également traiter de sujet plus sérieux et profond que ses habituels récits fantastiques.

Métamorphose est donc un très bon album de heavy metal, les parisiens persistent et signent, l’avenir du groupe paraissait plus que prometteur. La France semblait avoir trouvé son groupe de heavy metal, celui qui pouvait faire jeu égal avec les pointures étrangères. Le meilleur restait encore à venir.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


CIRITH UNGOL
Paradise Lost (1991)
Dernier opus d'un géant du Metal épique




LOUDNESS
Gotta Fight (1985)
Heavy Metal et dessins animés font bon ménage


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Christian Augustin (chant)
- Stephane Dumont (guitare)
- Didier Demajean (guitare)
- Daniel Lapp (basse)
- Bob Dumont (batterie)


1. D'ailleurs
2. Majesté
3. Hymne à La Mort
4. Légende
5. Nuit Des Limbes
6. Civilisation Perdue
7. Délire D'un Fou
8. Cyclope De L'etang
9. Métamorphose
10. Majesty (bonus Track)
11. Legend (bonus Track)
12. Lost Civilization (bonus Track)
13. Cyclops Of The Late (bonus Track)
14. Metamorphosis (bonus Track)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod