Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (5)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


1984 1 Métamorphose
1986 1 Larmes De Héros
2021 2 Phoenix
1983 2 Sortilège
 

1984 Métamorphose
1986 Larmes De Héros
2021 Phoenix
 

- Style : Judas Priest, Manigance, Malediction, Satan Jokers, Nightmare, Wolf's Gang
- Style + Membre : Zouille & Hantson

SORTILÈGE - Phoenix (2021)
Par DARK SCHNEIDER le 15 Octobre 2021          Consultée 2134 fois

La reformation de SORTILÈGE avec son line-up d'origine tenait trop du miracle pour que cela puisse durer. La sagesse peut toujours attendre le nombre des années, quand ça ne veut pas, que des personnalités ne sont pas faites pour s'entendre, inutile d'insister. Si seulement ce n'était que des problèmes d'égo... mais les concerts auront rapidement convaincus les plus observateurs que certains membres du groupe n'avaient tout simplement plus le niveau. Notamment Didier Demajean, mais aussi le discret Daniel Lapp. Je peine à comprendre que l'on ne puisse pas pratiquer avec assiduité son instrument, surtout que contrairement au chant, on peut continuer de s'améliorer avec les années, mais c'est comme ça.

C'est donc un tout nouveau SORTILÈGE qui nous livre ce "Phoenix" plutôt bien nommé. Zouille est donc le seul survivant, mais en homme exigeant qu'il est il a su parfaitement monter un nouveau line-up ultra solide : Bruno Ramos, l'ex-MANIGANCE connu pour son excellent niveau guitaristique et déjà présent dans le tribute-band à l'origine de cette reformation, Olivier Spitzer, personnage clé grâce à son réseau et ses connaissances dans le milieu et surtout ses qualités de producteur, et une section rythmique on ne peut plus qualifiée avec deux ex-ZUUL FX, groupe qui ne faisait pas franchement dans la facilité musicale sur le plan technique.

L'idée de réenregistrer certains titres est souvent un exercice plus que casse-gueule, Ils sont peu ceux qui parviennent à un résultat correct. Parfois le projet n'a juste aucun sens, parfois il ne fait que trahir une déconnection entre un groupe et son public. Dans le cas de SORTILÈGE, il s'avère être d'une pertinence rare. En effet, trop de temps a passé, forcément Zouille n'a plus la même voix, celle-ci monte bien moins haut dans les aigus mais surtout se fait bien plus rocailleuse. L'idée alors est de proposer un disque qui donne une image bien plus fidèle de ce que le groupe est désormais capable de produire en live. Le tout en proposant une production plus moderne, celle des 80s étant assez difficilement réitérable. Le résultat est particulièrement réussi, au-delà à vrai dire de mes espérances.

Douze titres de réenregistrés : inutile de pinailler sur le choix des morceaux. Si on ne voulait décevoir personne il aurait fallu réenregistrer tout le répertoire, point. De toute façon, vu que SORTILÈGE n'a pas écrit un seul mauvais morceau durant sa courte carrière, on a donc ici que des classiques. Le mix est infiniment plus claire que les originaux, c'est surtout flagrant pour les morceaux repris de l'EP. Et si l'on perd le charme de la reverb symbolique de son époque on sera bien content d'enfin pouvoir comprendre facilement ce que prononce Zouille. On notera surtout que l'ensemble sonne plus lourd, accordé un demi-ton plus bas, et aussi plus massif. N'hésitant pas par exemple à jouer en palm-mute des rythmiques qui se contentaient d'accords ouverts ("Majesté"). Pour autant, l'aspect ultra mélodique du groupe ne s'en retrouve pas sacrifié, et c'est bien là le principal.

Bruno Ramos offre un excellent travail, très fidèle aux soli de Stéphane Dumont. On est ici très éloigné du ZOUILLE & HANTSON qui ne m'avait guère convaincu dans ses réarrangements pas toujours du meilleur goût loin de là. Le jeu très propre de Ramos manque peut-être un peu de la folie Van Halenienne de Dumont, mais c'est bien tout se que l'on pourrait lui reprocher, et encore... Non franchement, il est incontestablement l'homme de la situation et il a fait le bon choix de quitter un MANIGANCE en perte de vitesse pour se consacrer pleinement à SORTILÈGE.

Zouille est impérial. Pourtant, son chant a beaucoup changé en dix ans, cela dit son travail dans les graves est remarquable et il parvient toujours à délivrer des screams très, très impressionnants. Il impose le respect ! Ce côté plus grave lui donne même un aspect plus moderne, plus dans l'air du temps, qui pourrait mieux séduire des générations de métalleux plus jeunes. Ce que la production met parfaitement en valeur. "Délire D'un Fou", titre symbolique de ses performances hallucinantes sera peut-être ici mieux apprécié que l'original, car on pouvait légitimement reprocher à Zouille d'en faire trop à l'époque. Il y a ici clairement plus de maîtrise et de maturité.

Les structures des morceaux sont grandement fidèles, mais l'on notera tout de même quelques modifications, qui consistent surtout à corriger des faiblesses du passé : par exemple "Gladiateur" se voit enrichi de quelques bruits de foule (pas trop envahissants heureusement) et surtout d'une vraie fin qui nous fait oublier le très frustrant fade-out de l'original. Le fade-out sans raison autre que de limiter la durée d'un disque c'est le mal absolu, et ça ils l'ont bien compris.
Bon, parfois, on ne retrouve pas tout à fait la magie d'antan, je pense notamment à "Quand Un Aveugle Rêve" qui ne viendra pas concurrencer son ancêtre.

Enfin, le groupe nous offre deux nouveaux morceaux qui vont permettre d'assurer une certaine transition avec le prochain album. Leur présence aurait fait bizarre si ce disque était une simple compilation, d'où une fois de plus la pertinence d'avoir opté pour des réenregistrements. "Phoenix" fait plutôt dans la lourdeur mid-tempo, un morceau qui évoque tout simplement la reformation du groupe, qui se veut franchement puissant et bien rentre dedans. C'est plutôt pas mal mais pas renversant non plus, une petite influence MANIGANCE aussi peut-être au niveau de l'écriture. En revanche, "Toujours Plus Haut" s'inscrit dans la continuité directe de "Larmes De Héros", rien que pour son thème déjà ("La Hargne Des Tordus" et "Quand Un Aveugle Rêve" ne sont pas loin), mais aussi pour l'aspect mélodique de son riff et le travail conséquent sur son superbe refrain, très marquant et qui s'inscrit dans la pure tradition des grands titres de SORTILÈGE. Manifestement, Zouille sait toujours écrire de bonnes lignes de chant, et surtout Bruno Ramos a parfaitement compris certaines caractéristiques du jeu de Stéphane Dumont et notamment cet aspect très généreux en solo, balançant de la lead à tout va.

Zouille a toujours été l’icône de SORTILÈGE, en raison de sa voix incroyable et de son charisme. Ce que nous fait comprendre cet album, et cette reformation, c'est que les autres membres du groupe n'avaient finalement pas tant d'importance, mis à part Stéphane Dumont bien sûr. Les deux inédits peuvent nous rassurer sur l'avenir du groupe et les capacités d'écriture de la formation actuelle, mais tout cela reste à confirmer. "Phoenix" s'impose bien plus qu'un simple recueil nostalgique, et se révèle être un nouveau chapitre que l'on n'attendait pas être aussi passionnant.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


FIFTH ANGEL
Fifth Angel (1986)
Humm, qu'il est bon ce Heavy !




UNTO OTHERS / IDLE HANDS
Mana (2019)
La claque Heavy Goth que l'on n'a pas vu venir

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
   JEFF KANJI
   POSITRON

 
   (3 chroniques)



- Christian 'zouille' Augustin (chant)
- Olivier Spitzer (guitare)
- Bruno Ramos (guitare)
- Sébastien 'shag' Bonnet (basse)
- Clément Rouxel (batterie)


1. D'ailleurs
2. Progéniture Destructrice
3. Délire D'un Fou
4. Messager
5. Phoenix
6. Majesté
7. Mourir Pour Une Princesse
8. Civilisations Perdues
9. Gladiateur
10. Quand Un Aveugle Rêve
11. Toujours Plus Haut
12. Marchand D'hommes
13. Chasse Le Dragon
14. Sortilège



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod