Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 4)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Negurà Bunget
 

 Myspace Officiel (362)

DARKESTRAH - Epos (2007)
Par POSSOPO le 31 Mai 2007          Consultée 4824 fois
DARKESTRAH, c'est le Kirghizistan, la plus calme des républiques d'Asie Centrale, la plus accueillante, la plus pauvre et la plus montagneuse. Face à l'ogre en matières premières Kazakh et face au riche passé historique de l'Ouzbekistan, le pays fait très pâle figure. Il n'est connu du monde des voyageurs que pour sa frontière difficile avec le géant chinois, ses cols fermés huit mois de l'année et son passage de bordure à l'attente infinie dans des camions infestés par la pollution. Quelques amateurs en géopolitique auront entendu parler de la révolution des Tulipes, sous-produit fané des événements géorgiens et ukrainiens. Et pour tous les autres, le Kirghizistan, c'est juste un mot de merde impossible à écrire correctement.

DARKESTRAH, c'est officiellement Bischkek, une capitale de l'Empire Soviétique sans saveur et mes espoirs de voir d'authentiques nomades écrire des compositions en tribut au grand Cornu dans leur yourte de peau se décompose instantanément. Pire, DARKESTRAH s'est acoquiné avec Kanwulf, monsieur NARGAROTH. Alors DARKESTRAH, de vulgaires expatriés comme il en existe des millions de par le monde ? Mon imagination défaille.

Pas grave, écoutons.
Ah, une seule piste, cela va compliquer le problème et sent la vanité à plein nez, tout ça. Tant pis, je ferais avec, l'audition se devra appliquée.

33 minutes et 33 secondes plus tard (oui, vous pouvez rire) :

Epos ne vient pas de me claquer à la gueule mais il m'a fait réagir … positivement. Reprenant quelques éléments chers au désormais herculéen DRUDKH, le disque m'a transporté. On attendait du folklore traditionnel, il est présent même si un très classique violoncelle prend, dans ce maelström parfaitement agencé, la première place des instruments atypiques. Le temir-komuz, en fait un des instruments de musique les plus anciens et les plus universels, la guimbarde dans sa dénomination française, garde plus de réserve que son collègue à cordes. Enregistré en Allemagne (merci qui ?), le disque sonne de façon admirable. L'orchestre n'en est d'ailleurs pas à ses débuts discographiques.
Hommage au lac Issyk-Köl, une fois encore uniquement connu des routards chevronnés et symbole exceptionnel de la puissance de dame Nature, Epos se traîne comme il se doit, nous fait languir afin de nous laisser intelligemment pénétrer dans un mysticisme savoureux. Jamais il ne nous brusque, toujours il nous caresse sur un fond soyeux presque comparable à un Autumn Aurora (j'ai dit presque, rentrez la zézette).

Nouvel exemple de black mélancolique délicat, passablement moins mélodique que le divin mais aussi exotique SAD LEGEND (formation coréenne qui ne semble toujours n'intéresser personne ce qui a le don de m'énerver, explorez notre fabuleux webzine, nom de dieu), mais plus riche en atmosphères, Epos a un seul défaut : celui de débarquer longtemps après la bataille du drone épique. Tout le monde s'y est mis, Ukraine en tête et DARKESTRAH risque de peiner à se faire une place au soleil noir. Il en a pourtant les capacités et le talent. Et une prochaine livraison un peu plus longue (l'intro et l'outro en vaguelettes frisent l'inutilité) et un découpage plus classique du disque afin de motiver l'auditeur suffiront peut-être à faire entrer le valeureux artiste Kirghize dans la cour des grands. Fort de mon amour pour toutes les terres post-soviétiques, cela me comblerait de joie. Fort de mon amour pour toutes les terres post-soviétiques, je gonflerai légèrement ma note.

Et maintenant, je vais m'écouter un petit APHOOM ZHAH, histoire de pénétrer dans la dure réalité biélorusse.




Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Asbath (batterie, percussions)
- Kriegtalith (chant, temir-komuz)
- Anti (guitares, basse)
- Sharthar (claviers, violoncelle)


1. Epos



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod