Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK ATMO CHAMANIQUE  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Negurà Bunget
 

 Myspace Officiel (539)

DARKESTRAH - Manas (2013)
Par DOLORÈS le 2 Octobre 2013          Consultée 1483 fois

Découvrir du Black Metal de nos jours c'est un peu réviser sa géographie en s'amusant. Dans la liste des groupes qui viennent de pays juste improbables, on trouve DARKESTRAH, un groupe folklorique peu commun puisque ses membres sont originaires du Kirghizistan. S'ils sont plutôt connus pour leur excellent album "The Great Silk Road", il ne faut cependant pas oublier le précédent morceau "Epos" qui constituait à lui tout seul un album. Même "Embrace Of Memory" m'avait plu (même si les critiques en général étaient assez négatives) bien que plus proche d'un Black traditionnel.

Car la particularité du groupe (en plus d'avoir une chanteuse et de venir d'un pays au nom ridicule près de la Chine) est bien sûr d'insérer des chants et des instruments traditionnels, en faisant sonner ses morceaux comme des prières païennes occultes (rien que l'intro de "Манас-Мститель" le rappelle assez bien). Cet univers si particulier et si plaisant continue d'être présent sur "Manas". Malheureusement, si les précédents opus de DARKESTRAH avaient entièrement réussi à me faire voyager dans les plaines kirghizes, c'est complètement raté ici.
"Manas" reprend le côté atmosphérique du groupe, assez lent et répétitif, noyé sous des tonnes de claviers assez fades, des rythmiques constamment recyclées à cause d'une batterie ultra simplifiée et sans intérêt, et quelques passages chamaniques de temps en temps... qui finissent souvent gâchés également. Prenons "Победа", il faut déjà espérer longtemps avant qu'un bon riff (et encore) vienne, on se retrouve en milieu de morceau avec une incantation bien intrigante, et là comme par magie on a un vieux clavier dégueulasse qui s'insère, sans aucune raison. Heureusement, la deuxième partie de ce morceau tente de rappeler le Black énervé des précédents opus.

Alors oui, on salue le renouveau, l'originalité d'un son clair et épuré, lent et simple. Mais apercevoir sur seulement quelques passages ce qui a fait le son unique de DARKESTRAH, ça manque complètement. En compensation, on a droit à des claviers qui semblent bien inadaptés. Et à Kriegtalith qui se met au chant clair. Sans être malvenu, il n'est juste pas très convaincant. On sent bien qu'elle tente de l'intégrer à l'atmosphère souhaitée, mais que ça reste difficile et de toute façon, même si on voulait bien tenter de comprendre l'histoire épique de Manas le héros kirghize, on n'y comprend rien.

Je ne saurais dire si le groupe tente de donner une nouvelle teinte à sa musique (et que c'est un échec) ou s'il est juste en train de faiblir et de s'éteindre. Ce serait vraiment dommage, vu le talent montré sur les précédents albums. Ce qui est tout de même le plus embêtant c'est que cet album manque cruellement de bons riffs, car malgré le caractère mystique et sombre du groupe, il faut avouer qu'on avait pas eu l'habitude de s'endormir avec DARKESTRAH. On peut sûrement l'expliquer par le départ du principal guitariste, réduisant ainsi le line-up mais aussi l'inspiration du groupe...

Mais, tout de même, devoir attendre vingt-cinq minutes avant d'avoir un bon morceau ? Le titre acoustique "Кыргызстан" remonte largement le niveau lors de l'écoute, le genre de musique qui vous donne l'image d'un vieux barbu mongole qui se balance d'avant en arrière en marmonnant dans un nuage de fumée au clair de lune. Ouais, en fait, c'est ça qui manque, en plein cœur des morceaux Black, comme ils l'avaient très bien choisi pour "The Great Silk Road". Mais là, on a juste droit à quatre minutes.
Il réussit à plutôt bien enchaîner sur "Манас-Батыр" qui reste à retenir, en cette fin d'album. Malgré certains passages bien trop longs qui me semblent s'éterniser, ça s'alterne avec d'autres plus dynamiques. Ce morceau semble retenir les seules bonnes idées de l'album. Il arrive même à rester en tête, c'est pour dire, même si, clairement, il confirme que le groupe semble bien moins inspiré sur "Manas". On entend, sur la fin, le son de quelqu'un qui se fait tuer, quelque chose d'assez sanglant, et la composition du titre semble ne même pas suivre... Ça manque de tranchant, d'épique, d'ambiances noires et païennes. Et d'une pochette convenable, il faut l'avouer.

Vous l'aurez compris, je suis déçue par cet album, moi qui en espérais tant après cinq ans sans sortie de la part de DARKESTRAH. Je ne peux pas m'empêcher de comparer ces derniers morceaux fades à, par exemple, "Cult Tengri" du dernier album, qui donne une atmosphère complètement différente, même si dans les deux cas on retrouve le même type d'idées et de son. Leur exploitation est pourtant presque à l'opposé, espérons que le groupe saura rebondir sur un prochain éventuel album.

Note réelle: 1,5.

A lire aussi en BLACK METAL par DOLORÈS :


Les CHANTS DE NIHIL
La Liberté Guidant Le Fer (2010)
« chaque soir on danse avec dame silence »




KVELERTAK
Meir (2013)
Spring is coming


Marquez et partagez




 
   DOLORÈS

 
  N/A



- Kriegtalith (chant)
- Asbath (batterie, percussions)
- Resurgemus (guitare, claviers)


1. Манас-Мс
2. Память
3. Победа
4. Кыргызс&
5. Манас-Ба



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod