Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MELODIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel Du Groupe (301)

MORS PRINCIPIUM EST - Liberation=termination (2007)
Par ORPHANAGE le 14 Mai 2007          Consultée 3761 fois

On se souvient tous de "The Unborn". Débarqué de presque nulle part, en 2005, sans prévenir, alors que les fans de Death Mélodique avaient déjà fort à faire avec "Are You Dead Yet?" et "Character" (entre autres) de vous savez qui. Non pas que l'album était un chef d'œuvre absolu, loin s'en faut; il présentait néanmoins un Death mélodique racé, furieusement heavy mais ne manquant pas de finesse, intégrant avec parcimonie et sens de l'ambiance des effets electro et des claviers plus symphoniques. Mais ce n'est un secret pour personne : on a beau ne pas venir de Götenbourg, quand on est Scandinave (et plus précisément Finlandais pour ce qui est de MORS PRINCIPIUM EST), on a la fibre "melodeathmetallique" dans les tripes.

Bon. Avoir la fibre metallique Finlandaise, c'est bien beau, on en a la preuve depuis bien longtemps et des témoignages confirment cela toujours plus au fil des années. Cela dit, il faut savoir ne pas se contenter d'imiter ce qui a déjà été fait, ou au moins mettre un peu de son grain de sel dans une recette éculée.

Mon petit doigt me dit que vous voyez déjà exactement où je veux en venir.

Ouais, encore et encore et encore. On le redira, et qui sait, autant ai-je le privilège d'être la 180 000 000ème personne à l'écrire (ouah, un nombre pile, quel honneur!) : MORS PRINCIPIUM EST ne fait rien d'original. Voilà. Ces jeunes messieurs sont Finlandais, aiment le Death Mélodique, les solos, les blasts, les éructations, les mélodies hargneuses et entêtantes, la violence couplée à la limpidité. Et leur talent pour pratiquer ce metal-là, celui qui trouve ses origines en Suède avec DARK TRANQUILLITY, est indéniable! Parfois même époustouflant, dira-t-on. Il y a même une vraie flamme passionnée chez MORS PRINCIPIUM EST, qui leur insuffle le pouvoir des changements rythmiques magiques qui font la différence ("Sinners Defeat", bien plus lent que la moyenne), des mélodies fantastiques qui vous poursuivent toute la journée ("The Oppressed Will Rise", refrain plus salvateur, tu meurs!), des pointes très présentes de mélancolie (couplets de "Cleansing Rain" et ses claviers bien employés) car on n'est pas fan de DARK TRANQUILLITY pour rien…de bonnes choses, très bonnes!

Le groupe fait montre d'une foi évidente en sa musique, communique une réelle énergie via ses rythmiques épileptiques, son chant metalcore scandé réussi…tout ça ne manque pas d'agrément, et c'est ce que doivent avant tout noter les inconditionnels de Death Mélodique qui apprécient tout ce qui se fait dans le genre : "Liberation=Termination" est un bon album de Death Mélodique, bien fait, inspiré et jalonné de moments très étincelants, et il est une bonne acquisition pour les fans de Metal heavy et travaillé, beau et chatoyant. Pourtant, MORS PRINCIPIUM EST veut-il vraiment aller plus loin que ce qu'on appelle le Death Mélodique? Cherche-t-il à apporter au genre un nouveau souffle d'une manière ou d'une autre? Certainement pas, et il ne le démentira pas. "Liberation=Termination", tout comme ses deux prédécesseurs, a été composé sous le signe de la passion d'AT THE GATES et DT, une passion si grande qu'il n'y a aucune autre volonté que celle de s'exprimer strictement par la même voie musicale.

Ainsi aveuglé, le groupe manque parfois de clarté dans son propos : les riffs se succèdent avec plus ou moins de succès, les solos alambiqués se couplent aux rythmiques sans cesse en mouvement, ajoutons à cela les mélodies de clavier…bref, le quintet, si bien lancé, le cœur balançant à toute vitesse, compose sans s'arrêter et sans bien faire attention à la lisibilité générale de sa musique. Trop homogène, trop indigeste sur la longueur car uniformisé à l'extrême sans alternative, "Liberation=Termination" ne peut finalement donner de vraies sensations que s'il est écouté de manière morcelée. Prendre un titre à part permettra de mieux le cerner, tout écouter d'une traite fera qu'on ne s'y retrouve pas. Les habitués absolus auront peut-être la capacité de s'adapter de suite, mais ce qui est clair, c'est qu'un flagrant manque de renouvellement fait défaut à l'album.

Ce qui ne lui retire en rien ses qualités techniques, ses élans de compositions très éclairés, une certaine classe dans l'ensemble. D'autant que MORS PRINCIPIUM EST n'insère pas des claviers grossièrement : le propos très Metal se voit agrémenté sans en faire trop des claviers planants, tristes ou électroniques (la surprenante intro de "The Animal Within"), et on ne peut que saluer cette parcimonie qui souligne une certaine intégrité dans l'approche : certes le groupe n'a pas non plus à faire de compromis car le style qu'il joue est abordable tel qu'il est, l'ensemble n'est pourtant jamais licencieusement symphonique, et la conviction réelle des musiciens en leurs créations se ressent. Le nouvel album est plus condensé et resserré que "The Unborn" (bien plus agressif aussi, et franchement moins beau), et en ce sens sûrement moins convaincant, d'autant que ses mélodies et autres breaks d'aération sont moins habilement agencés, mais il demeure bien fait.

Non, on ne criera pas au chef d'œuvre, car MORS PRINCIPIUM EST n'est absolument pas transcendant à une époque où le Death Mélodique pousse de partout, supplée qui plus est par des formations Metalcore pas si éloignées stylistiquement. Pourtant, il demeure un bon investissement pour les fans de Melodeath, de Metal qui arrache bien tout en restant très soigné, de mélodies heavy plaisantes pour vous accompagner un moment. Le souci vient du fait que "The Unborn" était plus complexe, plus progressif (oserai-je dire), bien plus aéré et majestueux, et on aurait pu espérer une poursuite de l'exploration dans ce sens, mais "Liberation=Termination", puisqu'il reste tout de même mélancolique et dynamique, mérite votre attention.

A lire aussi en DEATH MELODIQUE par ORPHANAGE :


ETERNAL TEARS OF SORROW
Before The Bleeding Sun (2006)
Superbe death mélodique...symphonique?

(+ 2 kros-express)



BEFORE THE DAWN
Deadlight (2007)
Excellent ouvrage dark metal efficace et inspiré.


Marquez et partagez




 
   ORPHANAGE

 
   ALANKAZAME
   FENRYL

 
   (3 chroniques)



- Ville Viljane (chant)
- Jarkko Kokko (guitare)
- Mikko Sipola (batterie)
- Teemu Heinola (basse)
- Joona Kukkola (claviers)
- Karri Kuisma (guitare)


1. Orsus
2. The Oppressed Will Rise
3. The Animal Within
4. Finality
5. Cleansing Rain
6. Forgotten
7. Sinners Defeat
8. The Distance Between
9. It Is Done
10. Terminal Liberation
11. Lost Beyond Retrieval



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod