Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Destiny's End
 

 Site Officiel (222)
 Myspace (167)

HELSTAR - A Distant Thunder (1988)
Par DARK SCHNEIDER le 24 Avril 2007          Consultée 3454 fois

Grâce à l’album Remnants of war, HELSTAR a acquis une certaine renommée qui lui permit d’assurer la première partie de grand nom du heavy metal tel que MEGADETH. Malgré ce succès, les texans continuèrent de rencontrer des problèmes de line-up. Ainsi Robert Trevino (guitare) et Rene Luna (batterie) quittèrent le groupe et furent remplacés par Andre Corbin et Frank Ferreira. Ce line-up tiendra le temps de deux albums, Distant thunder en 1988 et Nosferatu en 1989, avant que le groupe ne splitte. Avec l’arrivée d'Andre Corbin les texans font un véritable bond en avant. Il faut dire que ce guitariste au bagage technique conséquent pousse le groupe vers une plus grande virtuosité. L’aspect speed d’HELSTAR est encore plus accentué, la mélodie est bien plus présente que sur Remnants of war et les éléments néoclassiques commencent à sérieusement pointer le bout de leur nez. A distant thunder est d’ailleurs souvent considéré par les fans comme le meilleur album.

A distant thunder s’ouvre en trombe avec « The king is dead », une des compos phares d’HELSTAR qui deviendra en quelque sorte l’hymne du groupe aux USA. La voix de James Rivera survole le tout. Ce dernier offre une prestation impeccable tout au long de l’album, les approximations de Burning Star sont désormais loin. Alors certes l’émotion n’est pas vraiment de la partie avec James Rivera mais ce n’est de toute façon pas vraiment le propos d’HELSTAR. James Rivera est l’un des meilleurs chanteurs du circuit, bien meilleur que ces concurrents de l’époque tel que Joe Comeau qui officiait alors chez LIEGE LORD.

L’album contient son lot de morceau rentre-dedans, tel que « Bitter end » ou « Tyrannicide ». Les texans n’en oublient pas moins de faire preuve d’une certaine finesse, « Tyrannicide » s’ouvre sur des arpèges accompagnant un solo tout en feeling avant que la machine ne s’emballe. Chaque morceaux fait preuve d’un souci de composition très précis. Les subtilités sont nombreuses et l’auditeur s’étonnera à découvrir toutes ces finesses au fil de l’écoute alors qu’aux prime abord cet album semble n’être que du heavy in your face.

« Abandon ship » et « Winds of war » sont les deux titres les plus alambiqués de cet opus. « Abandon ship » laisse la part belle à la virtuosité d'Andre Corbin, cette compo à tiroir ravira tous les amateurs de guitare. Mais le moment le plus fort de l’album est sans aucun doute l’épique « Winds of war ». Celui-ci est précédé par l’instrumental bien speed « The whore of Babylon », pas vraiment le passage le plus inspiré de l’album. Par contre « Winds of war » est magnifique. Débutant calmement, avec Rivera sur fond de piano, le morceau s’emballe dans une furie épique, une cavalcade qui n’est pas sans rappeler IRON MAIDEN (le groupe préféré de plusieurs membres d’HELSTAR dont Rivera). Les duels de guitares sont jouissifs et rappellent eux aussi les passes d’armes entre Adrian Smith et Dave Murray. Bref « Winds of war » est tout simplement un très grand moment de heavy metal.

Ce n’est cependant pas la fin, en effet c’est une reprise de « He’s a woman, she’s a man » de SCORPIONS qui clôt les hostilités. Hostilité est le mot approprié pour décrire ce morceau déjà très agressif à la base et qui est ici interprété de façon encore plus heavy. HELSTAR dédie d’ailleurs cette reprise à tous les poseurs de la musique, on sent que les groupes de hair metal sont visés ! Je trouve cependant que ce morceau est mal placé sur l’album, ce dernier aurait gagné à se terminer par « Winds of war ».

A distant thunder est donc une référence de heavy metal US, certainement l’album d’HELSTAR à conseiller en priorité (même si à titre personnel j’aime autant Burning star). Les réserves que j’émettais à propos de Remnants of war n’ont pas lieu d’être sur cet opus inspiré, seul la pochette apparaît d’un goût douteux !

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


TOKYO BLADE
Night Of The Blade (1984)
Jamais une lame ne fut aussi bien aiguisée




SORTILÈGE
Sortilège (1983)
Le groupe culte du Heavy Metal français!!


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- James Rivera (chant)
- Larry Barragan (guitare)
- Andre Corbin (guitare)
- Jerry Abarca (basse)
- Frank Ferreira (batterier)


1. The King Is Dead
2. Bitter End
3. Abandon Ship
4. Tyrannicide
5. Scorcher
6. Genius Of Insanity
7. The Whore Of Babylon
8. Winds Of War
9. He's A Woman, She's A Man



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod