Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (6)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Destiny's End
 

 Site Officiel (259)
 Myspace (202)

HELSTAR - Burning Star (1984)
Par DARK SCHNEIDER le 12 Décembre 2006          Consultée 3997 fois

Si dans les années 80 la scène metal US était avant tout réputée pour ses groupes de thrash metal ou des groupes assez atypiques tel que MANOWAR ou MANILLA ROAD, il ne faudrait pas non plus oublier les nombreuses formations officiant dans un heavy metal plus traditionnel. Ces derniers puisaient logiquement leur inspiration dans la scène européenne mais empruntaient parfois quelques éléments à leurs voisins thrasheurs, ce qui permettait de les distinguer des combos du vieux continent. Ce lien avec le thrash metal devait également en partie expliquer le fait que leur musique allait évoluer vers ce que nous pouvons appeler le "speed metal", un terme somme toute assez vague (à la base il englobait tous les groupes de thrash metal).

HELSTAR, un groupe formé à Houston au Texas, est l’un des principaux leaders de cette scène. Mené par l’excellent James Rivera, un chanteur au talent indéniable qui ressurgira à la fin des 90’s avec des groupes comme DESTINY’S END et SEVEN WITCHES, HELSTAR devait s’illustrer tout au long des 80’s avec son speed metal de haute volée. Mais sur ce premier album sorti en 1984, Burning star, les texans n’ont pas encore accéléré le tempo comme ils le feront plus tard, il n’empêche que leur heavy metal se veut déjà particulièrement incisif et soutenu par des rythmiques d’une grande vélocité.

Le titre d’ouverture, « Burning star », annonce la couleur de l’album. Le heavy metal de HELSTAR se veut particulièrement efficace et démonstratif. On sent que les musiciens sont encore jeunes et veulent faire preuve de toute l’étendue de leur talent. James Rivera s’affirme déjà comme un grand chanteur, à la voix puissante, haut perchée et plus agressive que la moyenne des chanteurs européens. Son chant manque cependant un peu de maturité : ses nombreux screaming sonnent un peu trop téléphonés, un poil caricaturaux. Mais il est certain que James Rivera fait partie des instigateurs de tous ces chanteurs de screaming heavy metal dont Ripper Owen est le principal représentant actuel, bref tous ces chanteurs qui ont compris la leçon donnée par Rob Halford avec son « Screaming for vengeance ». Qui dit Halford dit JUDAS PRIEST et c’est bien à ce groupe que l’on pense à l’écoute du morceau « Burning star » qui n’est pas sans rappeler un certain « Exciter ».

L’album continue sous les meilleurs auspices avec le second morceau « Toward the unknown ». Cette fois-ci c’est son excellent solo de guitare qui impressionne, c’est simple ce solo, qui utilise pourtant des recettes éprouvées, est une merveille du genre, technique, mélodies, tout y est. Le morceau de bravoure de l’album est sans conteste « Run with the pack ». Il s’agit d’ailleurs du morceau d’HELSTAR préféré par James Rivera et le plus réclamé par les fans européens (les fans américains lui préfèreront « The king is dead » de l’album Distant thunder). Il s’agit bien sûr d’un excellent morceau de heavy metal, une longue cavalcade de plus de 6 minutes où l’on appréciera particulièrement le travail rythmique d’une précision chirurgicale fourni par les guitares. « The shadows of Iga » avec ses rythmiques tagada et « Dracula’s castle » sont deux autres valeurs sûres et terminent l’album en beauté. Une fois encore HELSTAR nous assène des rythmiques très soutenues, sans oublier les longues envolées mélodiques (surtout sur « Dracula’s castle »). A titre de comparaison, James Rivera a une approche vocale bien plus mélodique que celle d’un John Bush (ARMORED SAINT) tout en ayant la même puissance vocale.

Si il faut faire un reproche majeur à Burning star cela concernerait les titres les plus courts de l’album, au nombre de trois, qui ont tendance à être un peu anecdotiques. « Leather and lust » s’en sort encore pas mal mais les répétitifs « Witch’s eye » et « Possession » sont clairement en dessous du reste de l’album.

Selon James Rivera, il aurait enregistré tous les vocaux de cet album en seulement…une heure ! Affirmation difficile à croire mais qui pourtant semble être confirmée par la spontanéité qui se dégage de ce premier album et les quelques minimes imperfections et maladresses du chant. Burning star est donc un grand cru de heavy metal traditionnel, plus incisif et véloce que les groupes européens, dépourvu de toutes fioritures. Ces facteurs font que le heavy de Helstar a peut-être mieux vieilli que celui de la plupart des groupes anglais de la même époque. Le son, assez puissant, permet à Burning star de ne pas paraître trop vieillot par rapport aux productions actuelles. Quoiqu'il semble un peu oublié, il est pourtant supérieur à des albums plus réputés comme le premier opus de METAL CHURCH sorti un an plus tard. A cette époque, HELSTAR n’avait pas encore dévoilé tout son talent.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


UDO
Mastercutor (2007)
Album monstrueux du pape du heavy teuton




SATAN
Atom By Atom (2015)
Que SATAN nous habite !


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
   FREDOUILLE

 
   (2 chroniques)



- James Rivera (chant)
- Larry Barragan (guitare)
- Tom Rogers (guitare)
- Paul Medina (bass)
- Hector Pavon (batterie)


1. Burning Star
2. Toward The Unknown
3. Witch’s Eye
4. Run With The Pack
5. Leather And Lust
6. Possession
7. The Shadows Of Iga
8. Dracula’s Castle



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod