Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  COMPILATION

Commentaires (1)
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 



REVEREND BIZARRE - Slice Of Doom (2004)
Par MOX le 19 Janvier 2006          Consultée 3376 fois

J’ai bien du mettre cinq minutes à chercher comment symboliser l’idée que je vais vous présenter, bien que finalement que je n’en sois pas très fier. Il s’agit de l’effet choucroute, connu comme le loup blanc, qui jaillit dès lors que la marmite regorge d’aliments : « oh lala, mais y’a trop de tout ! » (bon…c’était vraiment une idée de merde). Encore plus ridicule maintenant : c’est applicable à ce cadeau de la part de REVEREND BIZARRE. Voilà, j’ai bien introduit mon sujet, désormais tout le monde sait de quoi il en retourne.

Slice of Doom, mais Albert Witchfinder vous l’expliquerait bien mieux que moi et surtout en détail, est le nom donné à la première démo de ces membres du « Circle of True Doom » (hein, on l’a déjà faite celle-là, dans le black-metal au hasard) sortie en 1999. Les multiples copies, CD-Rs, re-pressages accompagnés de pochettes différentes, et éditions ont en réalité créé un foutoir musical qui était d’une part demandé plus qu’il n’était offert, et d’autre part farci de petits joyaux éparpillés ça et là. La trajectoire est donc rectifiée, le CD regroupe tout ce qu’il a été possible d’écouter à ce sujet.

Si à d’autres occasions, les rééditions des débuts de diverses formations sont souvent le moyen de s’en payer une tranche, ou au contraire de ranger sagement la galette dans le répertoire inécoutable, ici, l’affaire est toute autre. Agréable n’est même pas le mot. C’est bon, tout simplement. Je vous accorde un rendu un peu plus cru qu’aujourd’hui et un chant moins « porteur », moins charismatique. La plupart du temps, cette légère diminution de qualité se fait au profit de la basse, qui en profite pour rajouter une couche de groove sur des morceaux déjà connus pour leur entrain communicatif. Ceci vaut donc pour « In The Rectory of the Bizarre Reverend », « Strange Horizon » (la crème des albums qui suivirent), mais également pour « Doom over the World » (que l’on retrouve sur « II : Crush the Insects ») qui, lui, étonnamment, fatigue loin derrière les chefs de file. Ici, les riffs sont d’une facilité déconcertante (même constat pour « Pyramids of Mars ») et le refrain est à couper sec l’envie de retenter l’expérience. Non, mais, regardez ça : « Doom over the World » hurlé comme un hymne à reprendre en concert bière à la main, bras-dessus bras-dessous avec votre voisin poilu…

Mais c’est en vérité le seul crime à dénoncer (allez, si, il y a bien quelques paroles étrangement convenues). Le reste ne stagne absolument pas dans cette musique au côté légèrement grandiose et lumineux, augmenté d’un groove du diable. Par moments, REVEREND BIZARRE devient davantage menaçant, accordant les guitares très bas et l’utilisation de ce son très ancien rend les instruments plus vivants. On les entend vibrer et crachoter. Même cet extrait ignoble et sans nom, instrumental d’ailleurs, crédite les guitares étouffées d’une atmosphère poisseuse et lourde. Le groupe finlandais n’en oublie pas pour autant de placer de temps à autres quelques cordes plus imbibées que les autres, égrillardes et à tendance psychédélique, ceci n’étant toutefois pas leur raison d’être. « Pyramids of Mars » en devient immédiatement plus intéressant, « Funeral Summer » voit son intensité décuplée dès leur apparition.

En d’autres termes, je parlais de la « crème » des albums qui suivaient, ceci impliquant l’assurance que vous tiendrez entre les mains, une version certes plus ancienne, mais tout aussi agréable, déjà plombée par les guitares et par un batteur qui en met plein la vue pendant les longues secondes qui séparent les notes grattées. Et puis, sous le chou farci, les pommes de terre et les quatre variétés de viande, le dernier ingrédient (j’y tiens, en plus, à mon idée moisie) : la reprise de SAINT VITUS –« Dark World »-, accompagnée de ce timbre sonore écrasant, peu risquée en fin de compte (nous sommes dans le même registre). Mais tout le monde ne connaissant ces ancêtres, sa place est plus que justifiée.
En aucun cas, je dis bien en aucun cas, ceci peut s’avérer être un petit objet pour collectionneur. REVEREND BIZARRE n’ayant de cesse de baisser qualitativement, cet enregistrement quasi-originel passe sournoisement devant les autres. En plus, le livret est bourré d’humour identique au mien (ou à peine meilleur).

A lire aussi en DOOM METAL par MOX :


MAR DE GRISES
The Tatterdemalion Express (2004)
Le prog mis à la sauce lente, aérienne et ambiante




KHANATE
Capture & Release (2005)
Pareil, mais comme si c'était mieux


Marquez et partagez




 
   MOX

 
  N/A



- Albert Witchfinder (basse, chant)
- Peter Vicar (guitares)
- Earl Of Void (batterie)
- Juippi (batterie sur morceau n°9)


1. Pyramids Of Mars (based On Dr. Who Theme)
2. Intro
3. In The Rectory Of The Bizarre Reverend
4. Strange Horizon
5. Fucking Wizard
6. Outro
7. 1st Edition Hidden Track
8. 2nd Edition Hidden Track
9. Excerpt From 'lohja-era' Reharsal Tape
10. Funeral Summer
11. Doomsower
12. Dark World (reprise Saint Vitus)
13. Doom Over The World



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod