Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (4)
Questions / Réponses (2 / 8)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Drudkh, Dark Ages

HATE FOREST - Sorrow (2005)
Par POSSOPO le 9 Novembre 2005          Consultée 6729 fois

HATE FOREST n’est plus. Sorrow est son chant du cygne et Roman Saenko se concentre aujourd’hui sur d’autres projets.

Première constatation, Sorrow reprend le flambeau laissé aux quatre vents depuis Purity, l’antépénultième album du groupe. Battlefields dévoilait une facette à la fois plus calme et plus belliciste de HATE FOREST. La bête indomptable avait appris l’art de la guerre et s’était faite enrôlée dans une armée panslave en route pour la gloire des champs de bataille.
Avec Sorrow, l’animal s’est à nouveau débarrassé de ses oripeaux bariolés dont il fut hâtivement vêtu et qui faisaient de lui le défenseur de la nation ukrainienne. Il est retourné hurler sa haine dans sa sombre forêt. L’album nouveau se veut plus instinctif, finies les complaintes de babouchkas, terminés les élans martiaux qui jettent un coup d’œil du côté de BOLT THROWER.
Tout ce qui a été dit à propos de Purity peut être ici répété car la principale différence, j’y reviendrais dans peu de temps, ne concerne pas la musique à proprement parler. Sorrow est froid, primitif, bestial. L’haleine fétide qui se dégage de ce monstre velu n’a d’égal que son énergie inhumaine et irrésistible. Tout comme sur Purity, une basse sentencieuse, peut-être encore plus audible, accompagne virilement des guitares surpuissantes et une batterie incroyablement véloce. Sorrow est empli d’une haine et d’une rage sauvages. Ce disque est brutal, barbare, implacable.

Tout irait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes si un étrange gimmick ne venait désagréablement titiller l’auditeur. En effet, si les morceaux démarrent sans jamais crier gare, si cette énorme boule d’énergie que constitue l’opus explose sept fois de suite avec une puissance incommensurable, la déflagration que l’on croyait continue cesse de manière très abrupte, coupant littéralement les morceaux au plein milieu d’un riff, à un moment où personne ne s’y attend. L’effet de surprise est garanti mais moi, je n’aime pas les surprises, et celle-ci ne devrait pas ravir tout le monde.
A y réfléchir un peu et en fouillant un peu sa boîte à souvenirs, revient en mémoire Transilvanian Hunger. Cette référence absolue connaissait elle aussi un souci, certes différent mais tout aussi singulier. Les morceaux déboulaient à l’improviste mais se permettaient de faire languir l’auditeur entre six et dix secondes avant la reprise des hostilités. Ces blancs abusivement longs ont commencé par désorienter pour se faire, par la suite, oublier, la musique monumentale attirant toute l’attention.

Grâce à Dieu, HATE FOREST abonde de talent mais, contrairement à Transilvanian Hunger, il n’est pas ici question d’oubli ou d’habituation. L’absence totale de fade out limite la perte d’intensité inhérente au passage d’un morceau à l’autre. Les blancs sont très courts, ne sont là que pour prévenir le cerveau de l’avancement du disque. La déperdition d’énergie est donc minime, et fait de Sorrow un compétiteur à la vitalité et à la détermination rares, à la morphologie concurrente des bodybuilders du death metal, qui raille les maigrichons insignifiants du black. Une force de la nature. Acceptons donc sa particularité aussi étonnante qu’à-propos et terminons par une constatation simple: L’épicentre du black metal a définitivement opéré une translation vers l’est. Le tremblement de terre y a repris en intensité, le nombre des victimes devrait donc croître à nouveau…et la secousse principale de cette fin d’année se nomme Sorrow.

A lire aussi en BLACK METAL par POSSOPO :


BURZUM
Burzum (1992)
La naissance d'un genre, le black drone dépressif




KROHM
A World Through Dead Eyes (2004)
Black metal, mélancolie, talent...


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Roman Saenko (tout)


1. Cold Of The Grave
2. Fullmoon
3. What The Ruins Remember
4. Fog
5. As The Sunlight Dies
6. Night Harvest
7. Chambers Of The Winds



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod