Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  STUDIO

Commentaires (4)
Questions / Réponses (1 / 4)
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 



REVEREND BIZARRE - Crush The Insects (2005)
Par POWERSYLV le 27 Juillet 2005          Consultée 7579 fois

Rares sont les groupes qui en l'espace d'un album deviennent cultes. Extrêmement rares sont ceux qui de surcroît parviennent à renouveler voire à transcender un genre musical par leur identité. Le gigantissime premier album sorti en 2002 (In The Rectory Of The Bizarre Reverend) est considéré ni plus ni moins comme une des nouvelles perles du doom metal, se rangeant sans complexe auprès des Paranoid (BLACK SABBATH), Psalm9 (TROUBLE), Nightfall (CANDLEMASS) ou autres Forest Of Equilibrium (CATHEDRAL). Et si vous êtes ultra-fans de metal de mastodontes, je ne peux que vous encourager à vous précipiter sur sa deuxième sortie fin 2004, agrémentée d'un deuxième CD bonus (In The Rectory Of The Bizarre Reverend - Return To The Rectory). Plusieurs mois auparavant, le EP un peu plus expérimental Harbinger Of Metal (2004) avait enfoncé le clou (dans le poignet) de bonne manière. On attendait donc de pied ferme le deuxième album de ces successeurs des pointures du doom citées plus haut. Et si REVEREND BIZARRE est la révélation du genre de ces dernières années pour Messiah Marcolin par exemple (le moine-chanteur de CANDLEMASS), ce n'est certes pas pour rien.

Car Doom, REVEREND BIZARRE l'est plus que jamais, et Crush The Insects ne dérogera pas à la règle malgré ses quelques évolutions. Toujours cette imagerie austère, médiévale et puritaine, depuis la pochette à la fois champêtre et inquiétante, jusqu'aux accoutrement de nos chers amis au dos du disque. Nous parlions d'évolutions. Disons que l'on peut distinguer sur ce nouvel opus 2 parties qui se succèdent.
Les 3 premiers titres sont à cheval entre doom et un stoner bien lourd qui peut faire référence à un Etereal Mirror par exemple (le deuxième album de CATHEDRAL, sorti en 1993). Le tempo est en effet plus rock, à l'image de l'hymne génial "Doom Over The World" (déjà disponible sur une compilation Slice Of Doom sortie l’an dernier) qui ouvre les hostilités et qui pourtant démarre par une intro bien monolithique. On imagine bien ce morceau à l'ouverture d'un concert ou pour un épilogue en apothéose. D'emblée, on notera des variations dans le chant : Albert Witchfinder sait non seulement garder le timbre austère que l'on connaît mais aussi adopter une posture plus agressive, tout en restant clair. Sa voix reste cependant profonde et angoissante. Sa basse reste redoutable et contribue à l'impression de pesanteur et carrément d'écrasement que l'on peut ressentir très souvent. « Devil Rides Out » reste bien lourd mais est sans doute le titre le plus stoner rock de l’album. A noter le riff de fin carrément pompé sur celui du break du grand « Electric Funeral » de BLACK SABBATH (et oui, ça s’est vu). « Cromwell » possède un tempo bien entraînant.

La vraie chasse aux sorcières démarre dès le quatrième titre. « Slave Of Satan » est d’ailleurs le premier single de l’album, et il faut dire que c’est pas donné à tout le monde de sortir un simple aussi long (près de … 13 minutes !). Intro ultra-lente à la basse, riffs de guitare hypnotiques et répétitifs provenant des entrailles de la terre avec par dessus la voix profonde (aux intonations parfois violentes) d’Albert Witchfinder … le décor est planté et ceux qui aiment le speed-metal vont très certainement s’ennuyer à mort. Néanmoins, quand on rentre dedans, c’est du délice garanti. Le groupe persiste dans ce qu’il sait le mieux faire avec « Council Of Ten » qui d’emblée se révèle lourd et menaçant, on n’est pas là pour rigoler. Cependant, et sur le morceau suivant (le redoutable "By This Axe I Rule"), un passage plus remuant s'insinue dans le centre du morceau. REVEREND BIZARRE aime jouer avec cet effet de surprise, surtout quand on revient à un passage d'une indéfinie pesanteur pour terminer à la machette ce "By This Axe I Rule". Lourd d'un bout à l'autre, "Eternal Forest" nous invite à un voyage forestier au coeur des ténèbres. On imagine les sorcières sur leurs balais, les feux folets et moultes créatures vous fixer de leurs yeux lumineux derrière chaque ramure. Enfin, "Fucking Wizard" est un titre figurant à la base sur une des démos du groupe et qui est délivrée ici dans une version récente et bien produite. Le début lent et inquiétant se rapproche du titre "Black Sabbath" des dinosaures du même nom. Ca s'énerve là aussi à la fin, et le guitariste nous gratifie par là même d'un solo très root qui fait mouche.

REVEREND BIZARRE continue avec ce Crush The Insects à peindre le sombre tableau qu'il avait bien entamé avec le premier album. Laissez-vous envoûter par cet orbe de noirceur sans fin qui rythmera allègrement vos pulsions pachydermiques lors des chaudes soirées d'été. Car REVEREND BIZARRE achève avec ce nouveau chef d'oeuvre de graver son nom sur la stèle grisâtre et fumante des maîtres du doom. Amen.

A lire aussi en DOOM METAL par POWERSYLV :


CANDLEMASS
Candlemass (2005)
Retour en grande forme des pionniers du heavy/doom




ELECTRIC WIZARD
We Live (2004)
Du doom excellent, puissant et désespéré

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   POWERSYLV

 
   MOX

 
   (2 chroniques)



- Sir Albert Witchfinder (chant, basse)
- Father Peter Vicar (guitare)
- Monsieur Earl Of Void (guitare, batterie)


1. Doom Over The World
2. The Devil Rides Out
3. Cromwell
4. Slave Of Satan
5. Council Of Ten
6. By This Axe I Rule !
7. Eternal Forest
8. Fucking Wizard



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod