Recherche avancée       Liste groupes



      
VIKING METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique viking metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bathory, Ensiferum, Thyrfing
 

 Site Officiel (714)

EINHERJER - Norwegian Native Art (2000)
Par VOLTHORD le 18 Juillet 2005          Consultée 3500 fois

Il n’aura pas fallut longtemps pour voir Einherjer se placer comme un groupe (soi-disant) « CULTE » de la scène Viking Metal. Même si à mon humble avis Dragon Of The North ne valait pas vraiment tant d’honneurs, je ne peux cependant pas renier que les deux enregistrements suivants, à savoir le très varié Far Far North et l’impeccable Odin Owns Ye All avaient vraiment de quoi placer Einherjer parmi les meilleurs du style(sans pour autant aller chercher l’appellation « culte », faut pas exagérer). J’imagine à quel point en cette belle année 2000 les émules de Einherjer devaient se ronger les ongles en attendant ce Norwegian Native Art, l’album numéro TROIS, « l’album de la maturité » comme on dit !

Vu ce que j’en ai lu, à priori beaucoup de monde furent enchantés par ce troisième opus. Mon cas est assez spécial car j’ai d’abord découvert « Blot », puis ai ensuite suivi les autres albums par ordre chronologique. Et autant dire que placé entre Odin Owns Ye All et Blot, Norwegian Native Art m’apparaît plus comme un album de transition entre un opus magique et envolé et un autre plus barbare et violent, que comme (comme beaucoup le disent) l’album phare de la carrière d’Einherjer.

Mais je m’égare déjà, revenons à nos vikings…nous étions donc en plein voyage mythique, où l'on voyait s’envoler le groupe vers un horizon nettement moins extrême (voir pas du tout), qui laissait découvrir plus de magie et d’envolées merveilleuses, avec une très nette influence heavy metal, délaissant tout sens de la barbarie sans perdre bien entendu la griffe incontournable du groupe. Avec Norwegian Native Art, la troupe revient dans un registre nettement plus martial.
Finit les contes épiques enchantés, on revient en pleine bataille !

Le groupe rebrousse chemin, revenant quelque peu sur les résonances de Dragons Of The North.
Changements donc au niveau du son des guitares, qui redevient plus gras et agressif, intensifié par une basse prépondérante et une batterie moins emportée, et nettement plus martiale. Ragnar Vikse modifie quelque peu sa voix, qui perd (malheureusement) son charme mélodique pour acquérir plus de dureté. Difficile d’ailleurs de situer la « forme » du chant sur cet album, je la placerais entre le chant clair, le parlé, et le crié…plus « raclé » sans en devenir écorché, moins chanté sans délaisser ses lignes de mélodies…original, bien adapté au tournant que prend l’album, mais tout de même nettement moins beau (d’une manière générale) que sur l’album précédent. L’absence de chœurs est également à noter, ce qui est d’ailleurs bien dommage tant ils avaient gagné en beauté et en importance dans « Far Far North » et « Odin Own Ye All ».

A noter aussi quelques vocaux additionnels de celui qui prendra le micro sur « Blot » : le guitariste Frode Glesnes (l’un des seuls rescapés avec Stein Stud du line up originel !).
Mais malgré ce retour en force des procédés plus bruts de décoffrages, les claviers atmosphériques et épiques gardent néanmoins une omniprésence non négligeable, et même plus importante que sur les réalisations précédentes. Pourtant, ces derniers ont un son vraiment très pauvre et sont honteusement laissés en positions arrières.
Une production inégale, voilà sûrement le premier gros handicap de l’album.

Inégalité également dans les morceaux.
L’excellent « Wyrd Of The Dead » ne nous fait pas regretter d’avoir mis le lecteur dans le cd, mais ensuite le niveau redescend un peu, sur « Doomfaring » et « Hugin's Eyes » où les guitares bourdonnantes et répétitives sont un poil pénibles, et accompagné d’un chant pas franchement au top, on commence quand même à regretter la variété des opus précédents. « Burning Yggdrasil » et ses variations rythmiques et « Crimson Rain », et son refrain qui donne envie de brandir sa hache « Howl Ravens Come » et ses guitares emportées sont bons, mais restent encore en dessous de ce qu’ont fait les Einherjer auparavant. On revient à l’excellence sur les deux derniers morceaux, où la voix clair de Ragnar reprend du service. « Draconian Umpire » et son rythme galopant, son refrain chanté emportant et ses harmonies de claviers parfaites nous font à nouveau rêver. « Regicide », clôture l’album sur un mid tempo sombre aux multiples effets de claviers et où la voix magnifique de Hanne E. Andersen vient donner un peu de féminité à ce monde de brute …un morceau somptueux qui aurait presque pu se trouver sur « Odin Owns Ye All », au même niveau qu’un « A New Earth ».

Au final, « Norwegian Native Art » reste un bon album d’Einherjer, que n’importe quel fan se doit de posséder, au moins pour les morceaux « Wyrd Of The Dead », « Draconian Umpire » et « Regicide ».
Bien que moins bon que les deux albums qui « l’encadrent », il est encore une belle preuve du talent des guerriers Nordiques. Il prouve également le viking metal n’a plus rien à voir avec le black metal!

Dernier petit mot pour signaler que, chose étrange, le jeu de guitare tout simplement époustouflant de l’excellent Blot n’est à aucun moment dévoilé dans ce Norwegian Native Art...

A lire aussi en VIKING METAL par VOLTHORD :


EINHERJER
Odin Owns Ye All (1998)
Quand odin n'est pas là, les vikings chantent!




ENSIFERUM
Unsung Heroes (2012)
Un nouveau couronnement pour les finlandais


Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Gerhard Storesund (batterie)
- Frode Glesnes (guitare & vocaux)
- Ragnar Vikse (vocaux)
- Aksel Herløe (guitare)
- Stein Stund (basse, invité)
- Hanna E.handersen (chant féminin, invité sur regi)
- Andy Larocque (solo sur doomfaring)


1. Wyrd Of The Dead
2. Doomfaring
3. Hugin's Eyes
4. Burning Yggdrasil
5. Crimson Rain
6. Howl Ravens Come
7. Draconian Umpire
8. Regicide



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod