Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY / DOOM  |  STUDIO

Commentaires (4)
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Memory Garden, Sorcerer, Procession, The Order Of Israfel
- Membre : Therion, Carcass
- Style + Membre : Solitude Aeturnus, Memento Mori, Avatarium, Krux
 

 Myspace (267)
 Site Officiel (243)

CANDLEMASS - Candlemass (2005)
Par POWERSYLV le 2 Mai 2005          Consultée 8401 fois

Depuis l’annonce de la reformation du line-up légendaire de CANDLEMASS (celui de l’album Nightfall) en 2002, il faut avouer que les péripéties du groupe de Leif Eidling et de Messiah Marcolin commençaient à s’apparenter depuis quelques mois à un épisode de Dallas (le feuilleton à l’univers impitoyable).
Entre Leif (l’ignoble J.R.) et Messiah (dans le rôle d'un sémillant Bobby - il est vrai, un peu plus bedonnant), les relations ont souvent eu des hauts et des bas. C’est d’ailleurs un gros bas qui avait provoqué l’éclatement d’un groupe alors adulé et prometteur au début des années 90. Je t’aime, moi non plus en quelque sorte, comme dirait l'autre là haut.

D’ailleurs, après une série de concerts de reformation et un album live, quelle ne fût pas la stupeur chez les fans d’apprendre en 2004 le deuxième split du groupe, quelques mois seulement après leur retour. La raison ? Des désaccords musicaux entre le sympathique Messiah « Frère Tuck » Marcolin et le reste du groupe quant à la direction à prendre au niveau de certains morceaux de cet album éponyme alors en pleine gestation. C’était sans compter sur la maturité d’esprit et l’effort de diplomatie des membres de la bande, l’imposant chanteur en premier lieu.
Chacun a décidé voilà quelques mois de se parler à nouveau tranquillement, de mettre à plat les litiges et de repartir sur de bonnes bases. Non, vraiment, cet album promettait et on ne pouvait pas laisser le travail inachevé. Que voilà une issue heureuse et constructive. On l’a échappé belle … Et bien leur en pris car les 5 doomers ont maintenant retrouvé leurs fondamentaux et un certain plaisir à travailler ensemble. Cet album simplement intitulé Candlemass (un nom aussi sobre que sa pochette) est assez bien ficelé et remarquable à plus d’un titre.

Tout d’abord, force est de constater que même si plus de 15 ans séparent ce dernier bébé des mythiques Nightfall (1987), Ancient Dreams (1988) et Tales Of Creation (1989), les titres ici présentés sont très bons et réservent de succulentes surprises. Des joyaux comme le mélodique « Seven Silver Keys » ou le lourd et lyrique « Assassin Of The Light » n’ont pas à rougir aux côtés des hymnes historiques du groupe comme «Solitude », « Bewitched », « Samarithan », « Weel Of Souls » ou autres « Mirror, Mirror ».
Les ambiances sont sombres, parfois assez glauques (« Copernicus », « Spellbreaker ») et présentent un doom épique et lyrique qui flirte avec le heavy sabbathien. Le meilleur exemple est le morceau de bravoure « Black Dwarf » qui ouvre l’album de manière plutôt galopante et qui risque de faire très mal en live. Un titre redoutable mais un peu inhabituel par sa rapidité pour le gang suédois.

Les progrès de Messiah au chant sont sensibles, surtout sur les 3 premiers titres : son chant est plus naturel et moins forcé, et le bougre évolue dans un registre plus soutenu et aigu que par le passé … sans pour autant tomber dans la voix de castra, il ne faut pas exagérer car l’imposant vocaliste a toujours ce timbre si particulier. On l'imagine aisément en robe de bure sur scène, jetant quelques grimaces porcines dont il a le secret :) D’ailleurs, au passage, il est clair que les expériences Chapter VI (1992), Dactylis Glomerata (1998) et From The 13th Sun (1999) ont prouvé plus que tout que CANDLEMASS sans Messiah, ce n’est pas CANDLEMASS !

Le travail des guitares est fameux lui aussi, on a souvent droit à des solos appliqués et prenants, comme sur le merveilleux "Copernicus" ou le chef-d'oeuvre "Spellbreaker", véritable bijou où tempos plus rapides et passages lourds limite religieux se succèdent dans une spirale de metal sans fin. L'ambiance générale reste doom, les moments plus rapides (bon, rapides, on s'entend) sont décidément "Black Dwarf", "Born In A Tank" et "Mars And Volcano" (bonus track). La pochette de l’album, blanche avec une croix noire et marquée du logo traditionnel du groupe tranche avec les gravures bibliques et les peintures champêtres des chef-d’œuvres des années 80. Idem pour la photo où l’on voit les 5 membres du groupe en costard cravate et lunettes noires, alors que l’on aurait pensé voir Messiah dans son accoutrement habituel.

Des indications qui portent à croire que sans renier son passé, le groupe suédois a décidé d’inaugurer un nouveau départ, une nouvelle étape dans sa carrière que nous lui souhaitons aussi prolifique et envoûtante que par le passé. CANDLEMASS est de retour, alléluia ! Espérons maintenant que cette nouvelle alliance entre les 5 hommes nous réserve le meilleur (et non le pire). En tous cas, avec cette nouvelle offrande, c'est plutôt bien parti ...

A lire aussi en DOOM METAL par POWERSYLV :


ELECTRIC WIZARD
We Live (2004)
Du doom excellent, puissant et désespéré

(+ 1 kro-express)



MIDDIAN
Age Eternal (2007)
Skeud d'un doom énergique, planant parfois violent


Marquez et partagez






 
   POWERSYLV

 
   KARL VON KARL

 
   (2 chroniques)



- Messiah Marcolin (chant)
- Mats Björkman (guitare)
- Lars Johansson (guitare)
- Leif Edling (basse)
- Jan Lindh (batterie)


1. Black Dwarf
2. Seven Silver Keys
3. Assassin Of The Light
4. Copernicus
5. The Man Who Fell From The Sky
6. Witches
7. Born In A Tank
8. Spellbreaker
9. The Day And The Night
10. Mars And Volcano



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod