Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (12)
Questions / Réponses (4 / 25)
Metalhit
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Eternal Gray, Sinners Bleed, Gruesome, Horrendous, Control Denied, Insidious Disease, No Return, Necrowretch, Morbid Angel
- Membre : Illwill, Cynic, Autopsy, Iced Earth, Testament, Strapping Young Lad
- Style + Membre : Sadus, Massacre

DEATH - Spiritual Healing (1990)
Par GORR le 2 Avril 2006          Consultée 17823 fois

DEATH multiplie les chef d’œuvres. Début 1990, "Spiritual Healing" sort et bouleverse encore une fois le monde du metal. Chuck Schuldiner ne veut pas s'arrêter là. Il cherche au plus profond de lui même l'inspiration diabolique de son death metal pour enfin accoucher d'une oeuvre directrice de succès, nommée "Spiritual Healing". Après deux albums fantastiques et novateurs, le maître de Orlando est de retour ! Cet album est un cri, un hurlement de colère. L'initiateur du death metal n'en a pas fini, il veut continuer et aller encore plus loin, abandonnant de ce fait tout le gore qui était en lui, réfléchissant sur lui même, et poussant le bouchon de la perfection encore plus loin. Plus, plus, toujours plus de nouveautés et de créations, toujours plus de frayeurs et d'agressivités. DEATH change de cap, et vole en route de la technicité et de l'intelligence. Une musique qui se veut beaucoup plus réfléchie et structurée à la fois.

Si beaucoup (dont moi) voient en "Human" le meilleur album de DEATH, ils doivent rendre hommage à "Spiritual Healing", car cet album pose indéfiniment les bases du nouveau DEATH. Chuck Schuldiner n'a décidément pas fini de nous surprendre. Avec "Spiritual Healing", il pointe du doigt ses influences progressives et les parsèment sur tout le disque en s'appuyant toujours sur des riffs très agressifs et mélodiques, un chant profond, une batterie puissante et une basse d'une lourdeur imparable. De ce point de vue, "Leprosy" et "Scream Bloody Gore" n'ont pas été oublié, et heureusement. Le son de l'album est assez similaire à celui de "Leprosy". Les guitares crachent bien leurs riffs, la basse est plus ou moins audible, le chant n'est pas étouffé et pour cause bien présent, mais la batterie est tout de même en chute libre. Bill Andrews aurait tendance à trop user d'une technique un peu trop approfondie. Ses changements de rythmes sont fréquents et le son de la double grosse caisse nous donne un mal de tête assez douloureux. Mais la richesse des compositions, tant au niveau des guitares qu’à la batterie, nous fera oublier très vite ce malheureux problème.

L'album est comme à l'accoutumé composé de 8 titres. Parmi eux, DEATH va produire quelques morceaux qui deviendront des classiques du groupe par la suite, tels "Spiritual Healing", le morceau titre, avec ses sept minutes de bonheur musical. Un titre très DEATH dans l'âme reprenant tout ce que le combo floridien sait faire de mieux. Des riffs tranchants, une batterie technique et quelques refrains accrocheurs. Les solos feront aussi leur apparition comme sur "Low Life" nous dévoilant tout le talent de James Murphy. "Living Monstrosity", "Altering The Futur" ou encore "Defensive Personalities", tant de compositions charmantes et riches repassant en boucle sur nos platines. D'un point de vue musical, l'album est donc vraiment excellent, et ne laisse pas de marbre. "Scream Bloody Gore" gardait tout de même un peu plus de violence en lui, alors que "Spiritual Healing" ne se lâche pas complètement à mes yeux.

Il est à noter aussi que sur cet album, Rick Rozz a délégué la six cordes à James Murphy, atout des plus enrichissants de part sa technicité tant dans la rythmique que dans les solis. James a vraiment apporté un plus sur cet album grâce à sa patte sonore des plus reconnaissables, donnant un nouveau grand coup de fouet à DEATH. L’autre changement pour Chuck Schuldiner est aussi une voie plus éveillée et mature où il s'engouffre avec "Spiritual Healing". Le côté plus gore de ses lyrics a désormais disparu pour laisser place à de jolies paroles sur les comportements humains et une population ébranlée.

En somme, DEATH signe encore une fois d'une main de maître un album majestueux. Ses quelques défauts lui valent amplement ses richesses et c'est un 5/5 bien justifié. DEATH n'est encore qu'au début de sa carrière et le succès de ses albums est incroyablement mérité pour un groupe si mature et créateur dans l'âme. C'est en écoutant ces albums, que l'on se dit : si DEATH ne l'aurait pas inventé, qui l'aurait fait ?

A lire aussi en DEATH METAL par GORR :


SINISTER
Afterburner (2006)
Oh que c'est bon les retours comme ça

(+ 1 kro-express)



CANNIBAL CORPSE
Kill (2006)
Le mythe du death metal retrouvé

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   GORR

 
   MEFISTO
   POSSOPO

 
   (3 chroniques)



- Chuck Schuldiner (guitare, chant)
- James Murphy (guitare)
- Terry Butler (basse)
- Bill Andrews (batterie)


1. Living Monstrosity
2. Altering The Future
3. Defensive Personalities
4. Within The Mind
5. Spiritual Healing
6. Low Life
7. Genetic Reconstruction
8. Killing Spree



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod