Recherche avancée       Liste groupes



      
GOTHIC/DEATH ATMOS  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique metal gothique
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel (679)

BATTLELORE - ...where The Shadows Lie (2001)
Par VOLTHORD le 18 Décembre 2004          Consultée 3582 fois

La terre du milieu a depuis sa naissance inspiré bon nombres de groupes venus d’horizons différents (près de 800 tous genres confondus). Coté metal, l’univers de Tolkien est devenu un véritable phénomène allant du simple nom de groupe (Burzum, Gorgoroth, Galadriel, Lorien, Rivendell, Isengard et j’en passe !) au « concept album ». On connaissait le Tolkien Heavy metal du « Nightfall in middle earth » enchanté de Blind Guardian, le Tolkien Black metal sombre et atmosphérique de Summoning…voici désormais le Tolkien Gothic metal de Battlelore qui entre en lice…

Sorti en parallèle avec le premier volet d’une certaine saga cinématographique signé Peter Jackson, on pourrait bien se demander si l’arrivée de Battlelore n’est pas un petit coup de business de la part de Napalm Records… commercial ou pas, la bande à Jyri Vahvanen se présente comme de véritables fans de Tolkien, adeptes de jeux de rôles grandeur nature et véritablement déterminés à s’imposer comme un groupe original mêlant metal et fantasy à la fois dans sa musique mais aussi par sa démarche. Notons tout d’abord une pochette signée Ted Nasmith magnifique et un livret où chaque membre du groupe est fièrement déguisé en personnage Tolkienique (et pas du déguisement carton pâte s’il vous plait).

Battlelore définit sa musique comme de l’ « epic fantasy metal ». Bon personnellement je trouve toujours ridicule ce genre d’ « auto-étiquette », surtout que derrière ce terme on ne sait pas vraiment à quoi s’en tenir. Epic ? Oui, certes. Fantasy ? Pour les textes, certes, musicalement…pas toujours.

Voyons la musique de Battlelore comme un métal gothique où s’enchaînent tour à tour des passages épiques entraînants, d’autres plus atmosphérique et des montées plus extrêmes (jamais « trop » non plus !)… L’alternance des chants clairs masculins (dans un registre gothique) enchanteurs de l’elfe Kaisa Joukhi et des rugissements de véritable berserker orcs donnent l’impression de plusieurs personnage s’affrontant ou s’alliant : un Gobelin enragé déchaînant son courroux contre une magicienne elfe résolue à se battre avec l’aide de mélodies douces et envoûtantes ou deux cavaliers mêlant leur voix dans une charge épique… Cette vision assez théâtrale, voire rolistique, des œuvres du sir Tolkien est l’un des gros atouts de l’album, soutenu par une alliance de mélodies, de rythmiques, de riffs et d’atmosphères qui, malgré une qualité qu’on ne peut renier, ne sont parfois pas assez peaufinés par endroits. Ce léger désavantage restera à mes yeux secondaire tant les voix et l’originalité sont au rendez vous.

Notons également que certains morceaux tels le 90% death metal « Rage Of Goblins », le mid tempo flirtant avec l’electro indus « Shadowgate » ou encore la ballade « The green Maid » apportent des couleurs différentes à l’album, le rendant à la fois plus agréable à écouter…mais contrastant aussi avec cette étiquette « fantasy » dont le groupe se proclame. Sur ce point les pointilleux du monde de Tolkien seront peut être un poil déçus, mais au fil des écoutes, ce petit désagrément ne deviendra sûrement qu’un petit détail.

Ce premier Opus présente en tout cas un groupe déjà à part qui ne joue pas dans l’habituelle branche du gothic/death mélancolique et propose un fond totalement différent. « The Grey Wizard », « Journey To Undying land » ou encore « Ride With The Dragons » (qui conclut l’album sur une note ambiante géniale) sont d’excellents titres qui ne présagent que du bon pour la troupe suédoise qui, faute de ne pas avoir sorti un chef d’œuvre digne de « Stronghold » (Summoning) ou « Nightfall In middle earth » (Blind Guardian) affirment déjà une personnalité et un charisme remarquables.

Pour ceux qui veulent découvrir ce groupe j’aurais tout de même tendance à leur conseiller leur excellent second opus « Sword’s Song », qui est à mon avis plus mature et où on reconnaît plus le côté fantasy… Quant à ceux qui ont aimé Sword’s Song, vous pouvez vous jeter les yeux fermés sur « Where The shadows Lie »…

Verdict : 3,5/5 arrondi au supérieur pour l’originalité et le bel artwork !

A lire aussi en METAL GOTHIQUE par VOLTHORD :


MADDER MORTEM
Mercury (1999)
Une première pluie miraculeusement pure




TO/DIE/FOR
Iv (2005)
Métal gothique aux accents new wave


Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Kaisa Jouhki (chant)
- Tommi Havo (guitare, "grunts")
- Jyri Vahvanen (guitares)
- Maria (keyboards, flute)
- Henri Vahvanen (batterie)
- Patrik Mennander (chant clair)
- Miika Kokkola (basse)


1. Swordmaster
2. The Grey Wizard
3. Raging Goblin
4. Journey To Undying Lands
5. Shadowgate
6. Fangorn
7. The Green Maid
8. Khazad-dum Pt. 1 (ages Of Mithril)
9. Ride With The Dragons



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod