Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (7)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Chinchilla, Pyramaze

MOB RULES - Among The Gods (2004)
Par BAST le 2 Juin 2004          Consultée 5357 fois

La carrière de MOB RULES a débuté comme un quiproquo. A cause de détails que beaucoup ont vus comme significatifs, les allemands ont été, sitôt leur premier album dans les bacs, estampillés clone de RHAPSODY. MOB RULES avait effectivement en commun avec les italiens d’avoir été signé au sein du même label (LMP), d’avoir fait appel au même dessinateur (Eric Philippe) pour la conception de la pochette de son album (« Savage Land », 1999), d’avoir fait un concept album et, enfin, d’avoir affiché sa volonté de perdurer ce concept sur plusieurs CD, à la manière de « La Saga De L’Epée D’Emeraude » créée par RHAPSODY.

Côté musique, pourtant, MOB RULES n’avait pas grand-chose à voir avec RHAPSODY, si ce n’est l’utilisation d’orchestrations. C’est pourtant ce qui a majoritairement été retenu de cette formation et « Savage Land » a donc reçu un accueil mitigé. Le second effort des allemands, « Temple Of Two Suns » (2000), a davantage marqué les esprits, grâce à une fraîcheur et une originalité affirmée. Et c’est le troisième et excellent album, « Hollowed Be Thy Name » (2002), qui a définitivement imposé l’identité du groupe, grâce à un heavy très personnel mêlant des mélodies joyeuses à des ambiances lourdes et sombres.

La progression entre « Hollowed Be Thy Name » et « Among The Gods » est cette fois-ci moins marquée. Ce qui montre que MOB RULES est parvenu à trouver le style qu’il voulait. « Among The Gods » est en fait dans la droite ligne de son prédécesseur, tant sur le fond que sur la forme. Voilà qui a le mérite d’être clair : ceux qui ont aimé HBTN aimeront le dernier opus des allemands. Néanmoins, pour ceux qui avaient, tout comme moi, pris l’habitude d’être surpris par chaque sortie de MOB RULES, l’effet produit par la découverte de « Among The Gods » est moins important, plus discret.

Tout comme l’ensemble de sa discographie passée, MOB RULES décline du long des dix titres de son quatrième effort studio son concept de fin du monde. Inspirée par la série des MAD MAX, l’œuvre de MOB RULES dépeint l’avenir post-chaotique de l’humanité. A coup d’ambiances très sombres et parfois proches de la folie, on sent dans la musique de MOB RULES une sorte de pessimisme sardonique. Celui du prophète qui rit sans joie d’avoir eu raison tandis que personne ne l’écoutait lorsqu’il enjoignait ses semblables à la prudence. Celui d’une humanité jetée à bas par les guerres, mais qui a retrouvé l’innocence originelle comme les bombes ont détruit ses murs, ses habitations, ses villes… Son Histoire.

MOB RULES chante donc la fin du monde entre joie un peu folle et fatalité. Et il le fait superbement. Les ambiances sont très réussies et les titres font mouche à chaque fois ou presque. « Black Rain » démarre très fort l’album avec son intro proche de ce que le black metal mélodique propose. Puis les guitares et le très bon chant de Klaus Dirks prennent le relais, avant que le titre n’explose sur un refrain simple, mais accrocheur. On peut déjà noter combien le son est soigné. L’excellent « Hydrophobia » confirme ensuite tout le bien que l’on entrevoyait. Assez proche d’un HELLOWEEN (avec son côté hard mélodique en plus), ce morceau est l’un des meilleurs de l’album, aux côtés de la pièce épique légèrement progressive « Among The Gods » (à laquelle participent Roland Grapow de MASTERPLAN et Ian Parry de CONSORTIUM PROJECT), la superbe ballade « New World Symphony », « Meet You In Heaven », étonnamment proche de FREEDOM CALL ou encore le succulent et arabisant « Arabia ».

MOB RULES sait varier les plaisirs, choisissant tantôt la vélocité du speed mélodique, tantôt la lourdeur insistante d’un mid-tempo. De même, les influences alternent régulièrement. MOB RULES puise son inspiration depuis divers courant qui vont d’HELLOWEEN à STRATOVARIUS en passant par la scène progressive ou hard FM. Mais cela tout en conservant sa marque de fabrique reconnaissable entre mille et qui lui vaut d’être considéré comme un groupe innovateur plutôt que conservateur.

Un très bon album qui confirme tout le talent de MOB RULES. Un léger bémol du fait du manque d’évolution depuis le précédent opus, mais c’est au moins la garantie que les fans de ce dernier ne seront pas déçus. MOB RULES est passé en quelques années du statut de copie carbone injustifiée à celui de groupe original et jouissant d’une identité propre. Ce qui lui vaut une reconnaissance très forte de la part des fans de heavy mélodique que cet album n’infirmera pas, mais confortera au contraire un peu plus.

A lire aussi en HEAVY METAL par BAST :


DIGNITY
Project Destiny (2008)
Heavy épique digne d'attention




REBELLION
Miklagard : The History Of The Vikings, Volume 2 (2007)
Une trilogie et des rebelles ? c'est george lulis

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   BAST

 
   FREDOUILLE

 
   (2 chroniques)



- Klaus Dirks (chant)
- Oliver Fuhlhage (guitare)
- Arved Mannott (batterie)
- Matthias Mineur (guitare)
- Sascha Onnen (claviers)
- Thorsten Plorin (basse)


1. Black Rain
2. Hydrophobia
3. Invitation Time
4. The Miracle Dancer
5. Among The Gods
6. New World Symphony
7. Ship Of Fools
8. Seven Seas
9. Meet You In Heaven
10. Arabia



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod