Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Pyramaze, Kamelot, Vanishing Point
- Membre : Civilization One, Red Circuit, Jon Oliva's Pain
- Style + Membre : Dragonforce
 

 Site Anglais (401)

POWER QUEST - Neverworld (2004)
Par BAST le 17 Avril 2004          Consultée 4419 fois

"Wings Of Forever", le premier opus des Anglo-italiens de POWER QUEST, ne m’avait pas vraiment emballé, au point qu’aucun titre n’était parvenu à retenir mon attention. Et c’est avec défiance que je me suis penché sur son successeur, assuré que j’étais de ne lui trouver guère plus d’intérêt. Jolie surprise, la progression du groupe basé à Southampton est… saisissante !

Sans atteindre les sommets escarpés déjà plantés du drapeau des conquérants par RHAPSODY ou BLIND GUARDIAN, POWER QUEST parvient à s’inscrire dans cette mouvance en voie d’extinction des groupes officiant dans le concept album d’heroic fantasy de qualité. Portés par une musique riche et variée, l’histoire et les thèmes abordés sur "Neverworld" trouvent un support propice à l’évasion qu’on est en droit d’attendre de ce type d’album.

Groupe underground avant tout, POWER QUEST saura trouver son public parmi les amateurs de Heavy Symphonique, grâce à des orchestrations réussies, des rythmiques épiques idéalement soutenues, des mélodies entraînantes et soignées ou les chœurs guerriers de rigueur. Le point d’orgue de l’album est sans aucun doute caractérisé par les deux pièces épiques que sont "Neverworld (Power Quest part II)" et "Lost Without You" et sur lesquelles on retrouve tous les ingrédients propres au style. Le somptueux final symphonique sur "Neverworld (Power Quest part II)", par exemple, ou le pont riche en rebondissements sur "Lost Without You".

Le gros bémol qui vient néanmoins entacher tant d’enthousiasme est caractérisé par une production à laquelle davantage de relief fait défaut. Les orchestrations soufflent de trop et les divers instruments semblent être agencés sur un même plan alors qu’au contraire, le chant souffre d’un isolement vis-à-vis de la section instrumentale. Et avec type de chant très aigu, mieux vaut le fondre au sein du paysage musical, comme le font GAMMA RAY ou ZONATA, par exemple. Esseulée de la sorte, la voix d’Alessio Garavello peut se montrer désagréable dans les envolées lyriques, quand bien même l’Italien, intégré au sein de POWER QUEST sur les conseils d’UNDERGROUND SYMPHONY (le précédent label de la formation), fait preuve d’une maîtrise technique indéniable.

En dépit de ce souci de production rémanent chez les formations évoluant dans un style où la surenchère instrumentale pâtit de n’être pas toujours accompagnée des moyens adéquats, POWER QUEST tire très bien son épingle du jeu et ce "Neverworld" s’impose par la qualité de ses mélodies, régulièrement marquantes, et par son aspect fouillé.

Mention spéciale à la pochette qui vient caresser notre imaginaire de la plus belle des façons, avec son superbe dessin rehaussé de couleurs éclatantes. Les amateurs apprécieront.

Le groupe bâti par l’ex-DRAGONFORCE (qui s’appelait alors DRAGONHEART), Steve Williams, réalise une belle opération dans l’univers sans cesse en mouvement de l’underground, nombre de sites spécialisés sont d’ailleurs déjà tombés sous le charme de "Neverworld". À côté de l’excellent dernier album de DRAGONFORCE justement, "Neverworld" fait se braquer les projecteurs, par sa qualité, vers un pays de qui l’on pouvait s’attendre à tout, sauf à un Heavy Symphonique portant plutôt le sceau de la scène transalpine. Une belle surprise que je conseille tout particulièrement aux fans de RHAPSODY.

À noter que l’édition japonaise comprend deux titres bonus, tandis que celle réservée au marché européen comporte une section multimedia. Je ne puis vous en dire davantage dans la mesure où je n’ai pas réussi à la lancer sur mon PC. D’après ce que j’ai pu toutefois en lire çà et là, elle semble intéressante, quoiqu’un peu légère.

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE par BAST :


SPELLBLAST
Horns Of Silence (2007)
Speed mélodique étincelant




DRAGONLAND
Starfall (2004)
Du très grand Speed, mélodique et symphonique !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   BAST

 
  N/A



- Alessio Garavello (chant)
- Andrea Martongelli (guitare)
- Steve Scott (basse)
- Steve Williams (clavier)
- Andre Bargmann (batterie)


1. Neverworld (power Quest Part Ii)
2. Temple Of Fire
3. Edge Of Time
4. Sacred Land
5. When I'm Gone
6. For Evermore
7. Well Of Souls
8. Into The Light
9. Lost Without You
10. Section Multimedia



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod