Recherche avancée       Liste groupes



      
NéO METAL  |  STUDIO

Lexique neo metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Slaves On Dope
- Style + Membre : Devil Driver

COAL CHAMBER - Coal Chamber (1997)
Par JEREMY le 20 Janvier 2004          Consultée 2658 fois
Doit-on être plus indulgent envers un premier album d’un groupe qui démarre, sous le pretexte maintes fois employé du « coup d’essai » ou alors doit-il être soumis au même traitement implacable d’un Nième opus d’une formation déjà confirmée ?

En tout cas, pour Coal Chamber, tout au moins sur cet album, l’indulgence peut rester au placard ! Dez Fafara et ses potes nous délivrent un néo metal enjoué et péchu, techniquement assez faiblard (ce qui n’est pas une nouveauté dans le néo), mais le cœur y est et l’émotion passe bien.

Sorti en 1997, soit trois ans après l’album fer de lance du néo-metal (l’éponyme Korn), on sent sur cet album les influences indéniables de la bande a Jonathan Davis, par exemple les vocaux murmurés sur Bradley ou l’intro de Sway, typiquement Kornelienne.

Mais Coal Chamber ne se contente pas de surfer sur la vague engendrée par ses compatriotes americains. Quelques innovations sont tentées, parfois réussies, comme le pari (en esperant que cela en fût un) de produire des riffs acérés en ne jouant que sur deux notes maximum, souvent ratés, comme la révèrbe saturée sur le chant de Fafara qui donne l’impression d’une production douteuse, même si celle ci est malgré tout très réussie pour un premier album : Jay Baumgardner (Papa Roach, Alien Ant Farm) aux manettes oblige. Celui-ci rejoindra d’ailleurs le groupe sur l’opus suivant dans le rôle du clavieriste.

Les ambiances sont aussi très soignées, Dez Fafara y contribue pour beaucoup, ses hurlements à la fois proches et lointains font froid dans le dos à plusieurs reprises (Sway, Clock, Loco, …), l’introduction d’une basse plus en avant sur Pig joue aussi en leur faveur en créant une atmosphère tendue et angoissante, mais malheureusement celle-ci est gachée par un riff encore plus pauvre que sur les autres morceaux (et ce n’est pas peu dire !).

14 titres qui, pour la plupart, tournent entre trois et quatres minutes chacun, dont un interlude comique de 45 secondes (Amir of the Desert) et un Pig de 8 minutes, mais comprenant 5 minutes de blanc avant de partir dans un court délire, puis le guitariste de nous montrer de quoi il est capable (pas grand chose) sur un ridicule petit solo interrompu brusquement par la reprise du délire cradingue (rots en tout genres), bref je vous passe les détails…

Avec Coal Chamber, la bande a Dez Fafara nous a montré son meilleur visage, bien maigre d’ailleurs, mais les fans du genre seront ravis. Par contre, je conseille plutôt à ceux qui désirent découvrir le néo de jeter une oreille sur le Awake de Godsmack, beaucoup plus réussi que tout ce que Coal Chamber a pu faire dans sa courte carrière.




Marquez et partagez




 
   JEREMY

 
   DEADCOM

 
   (2 chroniques)



- Dez Fafara (chant)
- Meegs Rascon (guitare,chant,claviers)
- Rayna Foss-rose (basse)
- Mike Bug Cox (batterie)


1. Loco
2. Bradley
3. Oddity
4. Unspoiled
5. Big Truck
6. Sway
7. First
8. Maricon Puto
9. I
10. Clock
11. My Frustation
12. Amir Of The Desert
13. Dreamtime
14. Pig



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod