Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (13)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Haemorrhage, Exhumed, Impaled
- Membre : Firebird, Trigger The Bloodshed, Candlemass, Carnage, Aosoth, Spiritual Beggars
- Style + Membre : Napalm Death, Aborted, Arch Enemy, Brujeria

CARCASS - Heartwork (1993)
Par POSSOPO le 29 Mars 2004          Consultée 8596 fois
Terminé, fini et qu’on n’en reparle plus. Necrotism, Descanting The Insalubrious était encore riche de quelques éléments grind, mais le formol semble s’être en cette année 1993 totalement évaporé du bocal. Les tripes et boyaux ont vite moisi et Bill Steer, Jeff Walker et Michael Owen ont jeté le récipient et son contenu tandis que Michael Amott, de moins en moins intéressé par sa formation originelle, fume un bang avec ses acolytes de SPIRITUAL BEGGARS. Les textes ne nécessitent plus la présence à portée de poignet d’un dictionnaire anatomique et du Vidal, et le célèbre logo a disparu, remplacé par des caractère écrits dans une police d’une sobriété presque énervante.

La pochette réalisée par HR Giger n’est certainement pas le travail le plus réussi du graphiste mais elle est la seule véritable faute de goût de ce disque très réussi de death-thrash-rock ou un truc dans le genre.

Les guitares ont plongé dans un bain heavy metal duquel elles sont ressorties méticuleusement aiguisées et lustrées. Ossature transformée, elles nous assènent de nombreuses saccades au tranchant irréprochable, tout en nous charmant de leurs harmonies diaboliques. Leurs joutes verbales dévoilent un sens de la mélodie énorme et une versatilité originale, les deux discoureurs usant d’un vocabulaire tantôt rock tantôt heavy speed afin d’émerveiller leur auditoire de leur talents linguistiques.

Certains éléments du passé ressurgissent encore telle la voix de Jeff Walker, très loin des grommellements caverneux typiquement death et probablement inspiratrice du mouvement black. Grinçante et délicieusement nasale, elle développe une puissance qui relève de l’exploit physique pour ce type de timbre torturant le larynx et la trachée (à moins que ce ne soit plus simplement la gorge ou le palais, je ne suis pas expert en anatomie comme les responsables de ce disque). De même, le batteur n’a oublié ni sa technique de grosse caisse, ni sa précision et augmente son jeu d’une variété appréciable, agrémentant un fond très influencé blues rock d’accélérations épicées et de maniaqueries au charleston rappelant quelques souvenirs charcutiers.

Heartwork est un voile tiré sur le passé et les premiers fans du groupe ont incendié ce linceul après avoir versé dessus l’alcool le plus combustible. CARCASS n’est plus ce mini rassemblement de jeunes cons se moquant des règles et cherchant à choquer leur audience, il est devenu un groupe mature et professionnel. Chacun décidera en son âme et conscience du mal ou du bien-fondé de cette évolution. Sachez seulement que ces britanniques sont devenus accessibles mais que son efficacité jouant sur un tableau différent est tout aussi redoutable qu’autrefois.




Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
   BIONIC2802

 
   (2 chroniques)



- Jeff Walker (chant, basse)
- Bill Steer (guitare)
- Mike Amott (guitare)
- Ken Owen (batterie)


1. Buried Dreams
2. Carnal Forge
3. No Love Lost
4. Heartwork
5. Embodiment
6. This Mortal Coil
7. Arbeit Macht Fleisch
8. Blind Bleeding The Blind
9. Doctrinal Expletives
10. Death Certificate



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod