Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  LIVE

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Khonsu, Irreversible Mechanism, Orakle
- Membre : Thorns, Peccatum, Vond, Thou Shalt Suffer, Enslaved
- Style + Membre : Ihsahn, Thorns Vs Emperor

EMPEROR - Emperial Live Ceremony (2000)
Par JULIEN le 28 Janvier 2004          Consultée 4007 fois

S’il était réputé mondialement pour l’extrême qualité de ses enregistrements studio, qui le portèrent au firmament de l’art Black Metal, larguant ses plus opiniâtres disciples, bouleversant à chaque sortie la conception du Metal Noir, il est un domaine où EMPEROR se montra longtemps inconsistant : l’exercice Live. C’est pourquoi on pouvait légitimement craindre la sortie de cet enregistrement en public officiel, même si le caractère plus direct et Death Metal de « IX Equilibrium », qui venait de sortir, montrait la voie du présent d’EMPEROR.

On fut vite rassuré, avouons-le : impeccable, puissant, très précis, parfaitement en place, le EMPEROR qui nous est donné d’entendre lors de ce concert donné à Londres en 1999 n’a plus rien du combo maladroit des premiers temps, et s’apparenterait bien davantage à une redoutable machine de guerre, dévastant tous sur son passage, à commencer par les oreilles du public : « Curse You All Men ! » pour entamer les hostilités, l’inévitable « I Am The Black Wizards » pour maintenir la pression, « Ye Entrancemperium » pour achever l’audience, on a déjà vu traitement plus charitable ! Surtout quand c’est le monumental Trym qui tempête derrière les fûts, assurant l’assise rythmique et ultra complexe nécessaire au déploiement du génie Black du groupe norvégien, qui faisait enfin honneur à sa légende, sur scène.

Il y a là toutefois un élément, précisément, qui en heurtera quelques uns : car c’est une certitude, l’aura ténébreuse et mystérieuse d’EMPEROR ne pouvait que s’effilocher au cours de l’exercice Live, révélant au monde un groupe de musiciens, et non pas cette assemblée quasi fantasmatique que l’on ne connectait que trop complaisamment à de regrettables événements passés, polémiques et spectaculaires, liés aux remous de l’époque d’émergence du Black en Norvège. D’ailleurs, « IX Equilibrium » témoignait déjà d’une volonté du groupe de se débarrasser de toute cette enveloppe collante comme de la poix, et qui semblait refuser à EMPEROR le statut de musiciens : en cela, ce Live pourra rebuter les jusqu’aux boutistes d’une certaine idéologie Black, qui voit en la scène une forme de trahison d’une prétendue éthique contraignant à l’humidité des caves les formations oeuvrant dans le style. Il serait temps de grandir, et EMPEROR, en se prêtant à l’exercice Live avec maestria et précision, ne faisait pas autre chose que tuer cette chimère harcelante, réclamant par la même au public un échange différent, de musiciens à auditeurs, et non plus de légendes maléfiques (prétendument) à adorateurs quêtant leur dose de frissons d’opérette. Un travail courageux (tuer le fantasme né d’une légende n’est jamais facile) mais nécessaire, le génial guitariste chanteur Ihsahn, leader et compositeur principal du groupe, s’étant maintes fois exprimé sur son désir absolu de chasser le plus loin possible les remugles d’un passé extrémiste, fertile en « sensationnel » immature.

Bon, fermons là cette parenthèse polémique, et puisque cet aparté n’avait d’autre objectif que d’amener cette conclusion sur la table, concentrons nous sur ce qui nous intéresse avant tout : la musique ! Et bon sang, en la matière, quelle démonstration de Black complexe et orchestral que ce « Emperial Live Ceremony » ! Piochant allégrement dans toute sa discographie, EMPEROR nous expose en un peu moins d’une heure toute sa science d’un Black Metal luxuriant, travaillé, magique, élaboré en l’occasion par le trio inébranlable Ihsahn – Samoth – Trym, accompagné par un Tyr à la basse, et Charmand Grimloch, claviériste de scène du groupe depuis 1997, et seul maître à bord du vaisseau fantôme TARTAROS, excellent groupe de Black Symphonique et horrifique, fort recommandé !

De l’antique « Night Of The Graveless souls » extirpé du split-cd avec ENSLAVED jusqu’au récent et excellent «An Elegy Of Icaros », en passant par les chefs d’œuvres absolus que sont « With Strength I Burn » et « Inno A Satana », EMPEROR fait quasiment un sans faute (quelques tueries manquent cruelllement à l'appel, "The Loss And Curse Of Reverence" en tête) et nous livre un disque Live parfaitement réussi, parvenant à fondre des titres tirées d’époque différentes dans une masse homogène, totalement respectueuse des difficultés inhérentes aux compositions, qu’il parvient à interpréter sans failles. Ce qui relevait de la gageure pour qui connaît la complexité phénoménale du Black d’EMPEROR

Parfaitement maître de sa créature, fort d’une production adéquate, soutenu par deux musiciens complémentaires et talentueux, EMPEROR ne s’est pas loupé en gravant, pour la postérité, ce témoignage brûlant d’une suprématie artistique que peu oseraient contester, prouvant à ceux qui en doutaient que, non contents de régner sur le style depuis l’antre obscure des studios, EMPEROR pouvait également s’arroger la couronne dévolue à ces rares formations Black parvenant à vivre pleinement dans le cadre du Live. Ainsi EMPEROR n’avait, désormais, plus de points faibles…

A lire aussi en BLACK METAL par JULIEN :


The LEGION
Unseen To Creation (2003)
Black metal




MARDUK
Infernal Eternal (2000)
Black Live qui fout le feu aux fosses françaises


Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
  N/A



- Ihsahn (chant, guitare)
- Samoth (guitare)
- Alver (basse)
- Trym (batterie)
- Charmand Grimloch (claviers)


1. Curse You All Men !
2. Thus Spake The Nightspirit
3. I Am The Black Wizards
4. An Elegy Of Icaros
5. With Strength I Burn
6. Sworn
7. Night Of The Graveless Souls
8. Inno A Satana
9. Ye Entrancemperium



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod