Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (7)
Questions / Réponses (1 / 2)
Metalhit
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Hammerfall, Dream Evil, Armory, Hibria, Lionsoul
- Membre : Heed
 

 Site Officiel Du Groupe (507)

LOST HORIZON - Awakening The World (2001)
Par FENRYL le 20 Février 2008          Consultée 5578 fois

Pendant mes dernières vacances, je suis allé vider le grenier d'un parent éloigné (que l'on appellera ici pudiquement tonton Stef, pour le remercier de m'avoir laissé cette réécriture !). Sous une pile de dossiers, j'ai mis la main sur un ouvrage des plus appréciables : un guide, un manuel, un routard du Metal en général, un « le Speed Metal pour les nuls » en particulier. Histoire de voir ce que ce type de produit pouvait donner, je me propose de l'utiliser de suite !
J'attaque donc fébrilement les premières pages de l'outil.

MANUEL DU PARFAIT PETIT SPEED METALLEUX
Chapitre 1: les règles de l'art... l'apprenti speedeux...

1- Formez un groupe originaire du Nord de l'Europe ou germanique au moins...
Contrat rempli de ce côté: le groupe, formé en 1998, est originaire de suède.

2- Trouvez vous un concept, une ligne directrice, une idée forte...
De ce côté, comme les autres membres de la confrérie sont passés avant eux et que leurs textes font fréquemment référence à l'univers heroic-fantasy ou à des images oniriques positives, le challenge s'annonçait largement plus relevé. Qu'à cela ne tienne !
Une pochette que certains jugeront kitsch (seulement mégalo !) plus tard, histoire de bien enfoncer le clou du concept, on nous sert ici une intro et une outro (*), sans omettre la présence d'un titre instrumental ("The Song Of Air").
Comment ne pas entrevoir la référence à leur ancienne appellation HIGHLANDER lorsque "The Quickening" s'achève par un « The quickening's power is mine!!!!!! » hurlé... (rappel : Lorsqu'un Immortel est tué, son vainqueur reçoit sa puissance et son essence à travers un processus mystique connu sous le nom de « Quickening »). "Welcome Back" ne ferait-il pas allusion à cette faculté d'être immortel ?
Première référence s'il en est que celle à Duncan McLeod (entre autres), mais nos bougres n'en restent pas là et s'orientent vers un délire cosmico-écolo-intersidéral suite à une inspiration spirituelle provoquée par un appel sacré (no comment) les poussant à se rebaptiser ! Alors accrochez-vous bien : Transcendental Protagonist, Cosmic Antagonist, Perspicacious Protector et Preternatural Transmogrifyer, sans oublier au chant Ethereal Magnanimus, arrivé une année après les autres.
De cette idée sont tirés des textes des plus oniriques, au sens ultra positif, poussant au dépassement de soi, à la quête de la liberté à travers le rejet de la tyrannie ("The Kingdom Of My Will") ou la découverte de la beauté du monde ("World Through My Fateless Eyes")...

3- Proposez une style immédiatement reconnaissable, basé sur des rythmiques au tempo ultra rapide, porté par une double grosse caisse galopante...
La section rythmique assure un maximum en nous délivrant des envolées chevaleresques de batterie avant des breaks de basse du plus bel effet ("Sworn In The Metal Wind").
Les gratteux ne sont pas en reste et délivrent une partie parfaitement soignée (aaahhh, ce "Sworn In The Metal Wind" et son envolée ! ou "Perfect Warrior" pour ne citer qu'eux), à la hauteur des espérances que suscite la galette : ça joue, vite, très vite (normal pour du Speed) mais surtout vraiment bien ! J'apprécie tout particulièrement l'absence de plans pompeux, inscrit dans une volonté de se prendre trop au sérieux ou de cacher la misère de titres trop « vides »... Vif, efficace et chiadé : assurément les qualificatifs les plus prégnants («"Denial Of Fate" simpliste mais tellement efficace).
Ici, c'est indéniablement la diversité qui prime. Avec un grand « D », s'il vous plaît ! On nous livre ainsi, primo, un hymne en puissance à travers un "Heart Of Storm" qui, malgré des chœurs un poil trop basiques, nous offre une entrée en matière des plus brillantes : un morceau parfaitement dans les codes du genre, ponctué d'un break/solo central des plus réussis et achevé par de superbes nappes de clavier avant des samples de tonnerre. Puis, deuxio, une tuerie absolue avec "World Through My Fateless Eyes", mon morceau préféré : riff ultra accrocheur (comme l'immense majorité de ceux gravés sur cet album). Et enfin, tertio, un morceau épique en la personne de "The Kingdom Of My Will". Tout y est : grandeur, décadence, les « oh, oh » Dickinson-iens, le refrain entêtant, les 9 minutes, le riff saccadé d'intro, le break avant la volée de soli (mazette et quelle volée !!)... Bref, du tout bon !

Outre les temps forts précédemment cités, on trouvera un superbe mid-tempo ("Perfect Warrior" parfaitement situé dans la track-list), un faux-frère débutant par une intro mid-tempo qui est balayée au bout d'une minute par une véritable chevauchée de batterie – c'est véritablement la sensation qui vous envahit, je vous assure ! - qui déclenche un riff des plus endiablés ("Welcome Back").

4- Dégotez-vous un chanteur hors norme, capable d’œuvrer dans des médiums et des aigus sans sourciller...
C'est assurément à ce niveau que l'album est des plus bluffants : ce Daniel Heiman est tout simplement hallucinant de maîtrise et d'émotions. Rien que cela, me direz-vous ? Je l'assume ! Ce type est véritablement le joyau de cet opus : rarement une voix aura eu le mérite de vous marquer de la sorte (l'ouverture de "Perfect Warrior" ponctué par un cri suraigu) tout au long de ligne de chant alternant classicisme du genre et variation autour d'un même thème. On notera à ce niveau les envolées lyriques du frontman passant d'un registre médium à aigu avec une facilité des plus déconcertantes (écoutez la fin de "Welcome Back"). Quelle maîtrise, quelle maestria ! Bravo, cher Monsieur !

Au moment d'achever cette chronique, force est de constater que le contrat est méchamment rempli ! Lorgnant ouvertement vers les HAMMERFALL et autre BLIND GUARDIAN côté son (chant excepté), voire par moments IRON MAIDEN (l'avenir nous prouvera que cela n'était pas qu'une passade...), LOST HORIZON nous délivre un album absolument superbe et marquant, à la production des plus sérieuses.


Verdict: 4,5/5.

(*) Seul bémol finalement, ces deux titres remplissage...

A lire aussi en POWER METAL par FENRYL :


ARMORY
The Dawn Of Enlightenment (2007)
Une baffe Power Speed Metal made in USA !




ARMORY
Empyrean Realms (2013)
Vent de fraîcheur sur le Power Speed Mélo...


Marquez et partagez



Par STEF




 
   FENRYL

 
   DARK SCHNEIDER

 
   (2 chroniques)



- Fredrik Olsson (guitare)
- Attila Publik (clavier)
- Daniel Heiman (chant)
- Christian Nyqvist (batterie)
- Martin Furängen (basse)


1. The Quickening
2. Heart Of Storm
3. Sworn In The Metal Wind
4. The Song Of Air
5. World Through My Fateless Eyes
6. Perfect Warrior
7. Denial Of Fate
8. Welcome Back
9. The Kingdom Of My Will
10. The Redintegration



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod