Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Aina, Ainur, Universal Mind Project, Shaman, The Chronicles Project, Angra, Ayreon, Tobias Sammet's Avantasia, Avaland
- Style + Membre : Hibria
 

 Site Officiel (505)
 Facebook (475)
 Bandcamp (401)

SOULSPELL - Act Iii: Hollow's Gathering (2012)
Par HAPLO le 24 Septembre 2023          Consultée 534 fois

Oser ambitionner de marier harmonieusement des lignes électriques cavalcadantes propres au Power Mélodique saillantes de résonances savoureusement épiques à un fond narratif science-fictionnesque mâtiné de voyages temporels et d’intrigues labyrinthesques imbibées d’heroic-fantasy… C’est le rêve (un peu fou !) qu’a dû faire un jeune batteur brésilien au seuil des années 2000 alors qu’il était complètement inconnu du grand public et que ses potes ne juraient probablement que par les Dieux d’ANGRA ou de leurs jeunes outsiders de SHAMAN…

Cet inconnu n’était autre que Mister Heleno Vale compositeur – batteur – mentor d’un collectif musical qui depuis est devenu un magnifique pied de nez aux grincheux qui ne croyaient pas en ce mélange des fluides qui donnerait naissance à une référence en matière d’Opéra Metal… Mesdames Messieurs, sous vos applaudissements : SOULSPELL !

Et pourtant… Pourtant les débuts ne sont pas convaincants au point de tordre les ailes d’un Grand Dragon des Glaces : sorti en 2008, le premier acte nommé "A Legacy Of Honor", tout en ayant le mérite de rassembler la fine fleur Metallique Do Brazil au travers d’un storytelling spatio-temporel alambiqué à souhait, reste somme toute très conventionnel dans sa musique comme dans ses prestations. SOULSPELL naît ainsi sous les aulnes d’un Power Metal chromé et burné comme les Sud-américains savent alors si bien en faire mais ne révolutionne pas la planète même si pour le coup l’ami Vale a su rassembler autour de son rêve une belle brochette d’artistes que nous allons retrouver avec plaisir par la suite !

Les pérégrinations historico-transcendentales du jeune Tobit se poursuivent ainsi par un chapitre 2 qui paraît en 2010 sous le titre de "The Labyrinth Of Truths", mettant en scène (et en musique !) les multiples protagonistes qui peuplent progressivement les aventures du héro, de sa compagne et de leur fils dans des réalités légendaires. Pour le coup, changement de braquet ; les artistes brésiliens sont rejoints par de belles pointures métalliques made in US ou in Europe et en parallèle la production comme la qualité de composition sont tirées vers le haut, ce qui aboutit à un opus très fréquentable ainsi qu’une bonne surprise de ce coin du monde (comme l’indiquait très justement Maître Bast dans sa Kro d’alors).

En outre, l’Opéra Metal est un genre plutôt rare mais ayant la particularité de dicter ses propres lois, d’autant plus quand la recette a bien fonctionné et que tout le monde en redemande ! Fort des retombées positives de ce Chapter II, et disposant d’un fond narratif multi-personnage digne d’une telenovela locale, l’ami Vale, en verve, va rapidement se remettre sur sa planche à dessin pour donner une suite musicale aux péripéties de son héro au travers de sa compagne Judith, de son nouvel petit ami (Toryn) mais surtout de son rejeton Timo (alors transformé en ectoplasme après sa rencontre avec le "Saint Arbre Mort") et de leur entourage immédiat.

Et pour l’occasion, le bougre va non seulement seulement rallier un nombre réellement impressionnant de musiciens (pas moins de vingt vocalistes, six guitaristes, trois claviéristes, deux bassistes et deux batteurs !) mais s’offrir également un joli carré VIP digne d’une soirée people au Maxim’s un soir de victoire présidentielle… que je te laisse le soin d’apprécier ô lecteur Métallo-cultivé ! Ce ne sont en effet pas moins qu’un Tim "Ripper" Owens (ICED EARTH – JUDAS PRIEST), un Blaze Bayley (IRON MAIDEN), un Mike Vescera (LOUDNESS, YNGWIE MALMSTEEN), une Amanda Somerville (des grands frères fondateurs d’AINA) ou un Matt Smith (THEOCRACY) qui viennent prêter leurs voix, un Frank Tischer (AVANTASIA – EDGUY) son clavier, et un Markus Grosskopf (HELLOWEEN – AVANTASIA) sa jolie basse sans oublier le très polyvalent Tito Falaschi (frérot d’Edu et voix-guitares-basse plus accessoirement production !) qui se joignent à ce collectif digne d’un hall de gare francilienne aux heures de pointe pour y joindre leurs talents respectifs.

Cette véritable fanfare mexicaine pouvant laisser craindre le pire côté cohérence artistique, il faut pourtant reconnaître cette première grande vertu au maestro-batteur, à savoir que ces individualités potentiellement bouillonnantes rentrent très sagement, et pour le plus grand plaisir de l’auditeur, dans l’écrin que leur a concocté SOULSPELL pour ce troisième chapitre. Sorti en octobre 2012 "Act III: Hollow's Gathering" surprend tout d’abord par sa musicalité nerveuse, son énergie à revendre mais surtout par la (très) grande qualité des prestations tant instrumentales que vocales qui constituent les dix torpilles qu’il abrite en soute : lignes rythmiques acérées et délicieusement boostées à la double grosse caisse, riffs accrocheurs qui s’effacent pour une ligne de piano solitaire au détour d’une transition de derrière les fagots… le tout porté par un son/mix couplant adroitement
la sécheresse du fouet à l’épaisseur de la masse d’arme, sans oublier une intelligence de composition bien présente : Heleno Vale sort clairement ici l’argenterie des grands soirs, offrant à sa team de vocalistes un terrain de jeu idéal pour s’éclater !

Et il faut bien reconnaître que côté voix, célébrités comme parfaits inconnus s’en donnent à cœur joie avec des performances tant remarquables en termes de puissance que de nuances millimétrées. Les personnages / interprètes se succèdent ainsi les uns après les autres au balcon, chacun(e) nous gratifiant de son coffre hors-normes, de sa capacité à grimper dans les aigus, de sa hargne ou de sa retenue : ce collectif bigarré propose ainsi un beau florilège de ce que le Metal offre de mieux en matière de variation au chant voix claire. SOULSPELL enfonce le clou en fournissant aux vocalistes son lot de mélodies accrocheuses et de refrains épiques aux élans fédérateurs comme on les aime : le menu Power Mélodique est chargé et les invités particulièrement gâtés !

Côté setlist, ça envoie donc plutôt du pâté Label Rouge avec une prédominance de titres / séquences Speed mélodiques à souhait, ce qui n’a rien d’handicapant pour mes oreilles, ô combien délicates de petit progueux chochotte dès que l’on monte trop dans les tours, car les arrangements s’avérant millimétriques et nos chers bastonneurs sachant lâcher du lest sur de jolis passages plus nuancés. Si l’on ne tient pas compte de l’intrigue narrative (au fil de laquelle, je l’avoue, je me suis un tantinet paumé !), ce sont logiquement ces compos légèrement plus nuancées que la moyenne qui ont retenu mes faveurs, à l’image du varié et technique "A Rescue Into The Storm" qui délivre une très appréciable ligne basse-batterie syncopée à ravir puis une montée en puissance accompagnée d’un solo guitare(s) baroque fleurtant avec le dissonant, ou encore du très accrocheur "The Keeper's Game" lancé par son intro monumentale puis enchaînant avec un art consommé du rouleau-compresseur son refrain tapageur (Blaze Bayley y excelle !) et ses multiples soli tailladants menés sur les chapeaux de roues… Je dois d’ailleurs même reconnaître m’être laissé un chouïa séduire par les voix langoureuses des sirènes latines Daísa Munhoz et Manuela Saggioro sur la power-ballade "Anymore" au crescendo plein de feeling et qui évite soigneusement le plan-plan pouêt-pouêt pourtant si courant dès que l’on se colle à cet exercice !

Le principe de base d’un Opéra Metal étant de raconter une histoire, et "Act III: Hollow's Gathering" réunissant une intrigue tortueuse et une foule de personnages, c’est pour moi ici que l’on touche un peu les limites du modèle : car la verbosité générale qui en résulte, avec moult invités présents dans les tribunes qui se passent fébrilement le micro, abouti sur un léger mais réel excès de poids sur l’ensemble de l’opus… Ce qui réjouira les Croisés de la Sainte Cause qui en plus se niqueront allègrement les yeux sur les lyrics durant l’écoute (pour ne pas perdre une miette de l’intrigue puzzlesque !), mais qui risque néanmoins d’effrayer un chouïa les visiteurs de passage qui ne sont pas toujours coutumiers du genre... et plus particulièrement de ces bousculades vocales !
SOULSPELL signe néanmoins ici un très bon album, épique, bourré d’énergie, avec, il faut le reconnaître, des prestations irréprochables. En outre, si deux trois titres restent dans une lignée assez classique, ils sont tout à fait écoutables. Carton plein donc pour ce chapitre trois !

Serrant de toutes mes forces le pommeau de mon Épée Flamboyante, je m’apprête à bondir de derrière le rocher qui me dissimule du Dragon de Feu présidant le Conclave des Démons ("Hollow’s Gathering") : dans une lente inspiration, mon esprit replonge dans la fougue et la beauté de ce troisième opus offert par SOULSPELL… et dont le 4/5 ainsi offert ornera sans doute ma pierre tombale… C’est le bon moment : je fonce !!!

- syncopé mais épique : "A Rescue Into The Storm".
- sévèrement burné et accrocheur : "The Keeper's Game".
- rapide et agréable : "Adrian's Call".

A lire aussi en POWER METAL par HAPLO :


DARKWATER
Human (2019)
Piège en eau trouble!




WITHERFALL
A Prelude To Sorrow (2018)
Quand les larmes deviennent joyaux !


Marquez et partagez




 
   HAPLO

 
  N/A



- Heleno Vale (composition, batterie sur 1,4,8,9)
- Guests :
- Pedro Campos (voix timo's mystical body,)
- Tim 'ripper' Owens (voix the holy dead tree)
- Blaze Bayley (voix banneth, loyal keeper of the tree, choeurs)
- Mike Vescera (voix charon, the ferryman)
- Amanda Somerville (voix wayna, the phoenix, chœurs)
- Matt Smith (voix livy, the serpent, chœurs)
- Nando Fernandes (voix samael, the prince of devils, chœurs)
- Lucas Martins (voix toryn, the woodcutter)
- Manuela Saggioro (voix the talking diary)
- Gui Antonioli (voix amaranth, the vampire)
- Michel Souza (voix yared the new diary, chœurs)
- Iuri Sanson (voix amon, the egyptian god)
- Jefferson Albert (voix padyal, the worshipful master)
- Mario Pastore (voix timo, tobit's son)
- Lígia Ishitani (voix sybil, the mermaid)
- Carlos Zema (voix hollow, the dragon)
- Victor Emeka (voix adrian, the apprentice)
- Daísa Munhoz (voix judith, the princess, choeurs sur 1,2,4,5,8,9)
- Leandro Caçoilo (voix tobit)
- Tito Falaschi (voix arlim, the dark angel, basse 3,8, guitare 2,8)
- Marco Lambert (guitare sur 3,4,6,9)
- Rodolfo Pagotto (guitare sur 2,7)
- Leandro Erba (guitare sur 1,3)
- Cleiton Carvalho (guitare sur 5)
- Thiago Amendola (guitare sur 9)
- Rollie Feldman (guitare sur 3)
- Gabriel Magioni (claviers sur 2-10)
- Fábiano Laguna (claviers sur 1)
- Frank Tischer (piano sur 10)
- Fernando Giovannetti (basse sur 1,5,8)
- Markus Grosskopf (basse sur 2,4)
- Gabriel Viotto (batterie sur 3, 5)
- Edu Santos (batterie sur 2)


1. Hollow's Gathering
2. A Rescue Into The Storm
3. To Crawl Or To Fly
4. Anymore
5. Adrian's Call
6. Change The Tide
7. Echoes From Hell
8. The Keeper's Game
9. The Dead Tree
10. A Whisper Inside



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod