Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER MéLODIQUE  |  STUDIO

Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Kamelot, Darkwater, Myrath
- Membre : Dreamland, Dream Evil, Dignity, Mekong Delta, Annihilator, At Vance, Shining, Sinergy, Dimension Zero, Luca Turilli's Rhapsody, In Flames, Hammerfall, Axxis, 21 Octayne
- Style + Membre : Amaranthe
 

 Site Officiel (69)
 Facebook (32)

CYHRA - No Halos In Hell (2019)
Par HAPLO le 22 Décembre 2019          Consultée 1180 fois

Très cher lecteur… Avant de débuter cette chronique, par laquelle je me dois d’être totalement transparent et honnête, je me sens obligé de te révéler ce qui a failli constituer ma première grosse gaffe dans ma toute jeune carrière de chroniqueur sur NIME. Cette presque-bévue, en lien direct avec le dernier album studio de la récente formation suédoise power-mélodico-métallique CYHRA, loin de t’embarquer dans des circonvolutions stériles et nombrilesques, t’aidera j’espère à mieux comprendre le nombre d’étoiles joliment dorées qui figurent en haut à droite de la présente page.

À ma décharge, les torts sont partagés : les nombreux coups de fouets menaçant les chroniqueurs insuffisamment productifs sur NIME ajoutés à une paresse passagère ainsi qu’un léger penchant à la facilité en étant responsables de mon côté.

Je m’explique.

Désigné comme un « supergroupe » dès sa naissance en 2017 par ses propres membres et géniteurs, CYHRA se veut avant tout une formation de Power Metal Mélodique dynamique et volontairement catchy. Côté marketing (si, si, c’est important d’en parler !), la ligne de feu et la cible potentielle sont toutes trouvées : rassemblement de multi-instrumentistes talentueux et expérimentés, dont les réputations ne sont plus à faire, car œuvrant dans des combos connus de tous, CYHRA se veut un concentré de bonnes choses efficaces et agréables à écouter…
C’est ainsi que Jake E (ex-AMARANTHE), Jesper Strömblad et Peter Iwers (ex-IN FLAMES), Euge Valovirta (ex-SHINING) sans oublier le tentaculaire Alex Landenburg (ex-Luca Turilli’s RHAPSODY) vont mettre leurs « ex » à la benne pour tenter de réunir les forces vives du Metal suédois et mettre en commun leurs métiers afin de nous proposer un projet novateur, et par delà même un style unique !

C’est l’album "Letters To Myself" paru en 2018 qui annonce ainsi la couleur : grosse prod, gros son, grosse énergie… Mais également grosse ficelle ! Chaque titre est profilé comme un hit potentiel où tous les classiques du genre sont consciencieusement respectés : mélodies consensuelles et accrocheuses, refrains outrageusement catchy, mid-tempo Roi, lignes rythmiques et soli minimalistes mais super entraînant… Bref, le méchant missile sol-air avec le sticker « success please » collé à proximité de la tête chercheuse.
Doté d’un caractère pugnace, mais bon public par nature, j’ai, il est vrai, accordé à cette sucrerie énergisante une reconnaissance d’estime comme l’indique la chronique de l’album concerné. Pas vraiment converti néanmoins par la réelle sincérité du produit, j’estimais alors que le talent inhérent des musiciens (franchement bridé pour l’occasion !) nous laissait quand même une belle marge de progression… Certains morceaux laissant d’ailleurs clairement entrevoir cette perspective.

Novembre 2019 : sortie mondiale annoncée du second bébé studio de CYHRA (qui a entre temps laissé tomber son épithète de « supergroupe ») dont les membres ne sont plus désormais que quatre, le sieur Euge Valovirta, passé du statut de guest à celui de membre officiel, s’étant himself chargé des parties basse.
Et pour te la faire courte, ô lecteur attentif, l’écoute affamée des six premiers morceaux de cette galette survitaminée à peine sortie du four me plongeait dans une perplexité pas loin d’égaler ma notion des calculs de points liés à la réforme du régime des retraites actuellement tant décriée !
Moi qui espérais une évolution musicale, je me retrouve devant un copié-collé du premier album à peine dissimulé sous un semblant de maquillage made in 2019 ("Out Of My Life"), moi qui appelais des soli plus présents et un brin de technicité en plus, voilà qu’on me balance du bon gros bateau standardisé ("Battle From Within")… Moi qui rêvais d’un CYHRA conquérant, j’écoute du prévisible et du rangé ("Bye Bye Forever") ! bref, mémé qui sort des toilettes avec les bas qui tombent sur les jambes. Une impression tenace que même les petits mais sympathiques soli de "No Halos In Hell" et de "I Am The One" ou encore le bridge quelque peu original de l’entraînant "Dreams Gone Wrong" ne pourront malheureusement pas rattraper.

Sans aller plus loin sur cet album, je m’imaginais déjà rédiger cette chronique sous la forme d’un énorme copié-collé habilement adapté de celle du premier opus (quand même…), histoire de :
- ne pas perdre plus de temps à me tartiner la seconde partie de "No Halos In Hell",
- livrer une chronique rapide sur laquelle seuls le nom de l’album et des titres changeraient puis claquer un 2/5 dans la foulée (parce que que quand même, faut pas pousser !),
- écouter d’autres trucs sympas et passer rapidement à ma prochaine chronique !

Me dissimulant derrière ces faux prétextes aussi fallacieux que difficilement avouables, je retardais ainsi de plusieurs semaines l’écoute du reste des titres de l’album… Et c’est bien là que résida mon erreur !

Remettant finalement l’ouvrage sur le plan de travail en écoutant les six morceaux suivants (je ne compte pas ici les bonus tracks livrées sur le second CD du digipack qui va bien !) et reprenant mes notes pour finaliser cette chronique, quelle ne fut pas ma surprise à l’écoute de cette seconde moitié de "No Halos In Hell" où un groupe transformé nous propose un Power Metal riche, armé de bonnes transitions et d’alternance de tempo, de rythmiques travaillées et comble de tout : de soli, dépassant les 5’5 s, techniques et mélodiques… Honte et stupéfaction !
C’est ainsi que devant mes oreilles éblouies (heu… Il s’agit bien du même album ?), la jeune et pulpeuse CYHRA enroule ses jambes longilignes autour du poteau en acier chromé et, toute illuminée de sa tenue gainée à paillettes, me propose un voyage interdit avec ses yeux lascifs !

Introduites par la balade épurée mais chantante "Lost In Time" sur laquelle la voix de Jack E donne toute sa mesure, des compos en rupture totale avec la première partie de l’opus entraînent l’auditeur dans une échappée rythmée, diversifiée, attrayante, où les musiciens donnent (enfin) l’impression de laisser libre cours à leur talent et à leurs envies en empruntant des chemins sur lesquels ils lâchent un tantinet les chiens…

Ainsi, pilotés par un chanteur plus libre et plus imaginatif que jamais, tout en bénéficiant de la baguette magique de Mister Jacob Hansen en matière de son puissant et riche, le combo éjecte cinq torpilles qui dérogent complètement au formatage scrupuleusement respecté jusqu’alors. Dans le désordre, on dégustera les deux (oui, deux !) soli accompagnant le rapide et diversifié "Man Of Eternal Rain", les bridges bienvenus et les variations originales de "Kings Tonight", la ligne rythmique joliment travaillé ou les accélérations de "I Had Your Back", éléments révélateur d’un CYHRA proposant ici un Power Metal Mélodique de qualité, entraînant, agressif et surprenant, qui n’est pas sans rappeler les meilleures heures des géants du genre (KAMELOT pour ne citer qu’eux !). Prenant d’ailleurs leurs auditeurs à contre-pied, les Suédois savent néanmoins conserver une marque de fabrique musicale reconnaissable et concrétisent, avec cette seconde partie d’album, le fait d’allier qualité et efficacité… Les schémas n’en sont pas absents, mais bien plus libres !

Tu auras donc sans doute deviné, frère lecteur, le dilemme tellement humain face auquel je me suis retrouvé à l’issue de cette aventure kroniquesque : comment et sur quelles bases vais-je évaluer "No Halos In Hell" : Miss Jekyll (jeune allumeuse gogo danseuse) ou Miss Hyde (mémé aux bas qui tombent) ? La parole étant en dernier ressort à la défense et restant personnellement sur une très bonne impression des morceaux composés, joués et proposés sur la seconde partie de cet album, c’est en indécrottable optimiste que je décide de miser sur la mutation définitive de CYHRA en coinçant un 4/5 dans le porte-jarretelles de la danseuse. Vivre, c’est espérer !

- pour ne pas mourir idiot : de "Kings Tonight" à "Man Of Eternal Rain",
- pour une jolie balade : "Lost In Time",
- pour les nostalgiques de "Letters To Myself" : le reste.

A lire aussi en POWER METAL par HAPLO :


DARKWATER
Human (2019)
Piège en eau trouble!




WITHERFALL
Vintage (2019)
La belle parenthèse endeuillée


Marquez et partagez




 
   HAPLO

 
  N/A



- Jake E (voix)
- Jesper Strömblad (guitares / claviers)
- Euge Valovirta – (lead guitare backing vocals - basse)
- Alex Landenburg (batterie)


1. Out Of My Life
2. No Halos In Hell
3. Battle From Within
4. I Am The One
5. Bye Bye Forever
6. Dreams Gone Wrong
7. Lost In Time
8. Kings Tonight
9. I Had Your Back
10. Blood Brothers
11. Hit Me
12. Man Of Eternal Rain
- Édition 2 Cd:
13. Kings And Queens
14. Lies
15. Lost In Time (full Band)
16. Dreams Gone Wrong (acoustic)
17. Kings Tonight (acoustic)
18. I Am The One (acoustic)



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod