Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL INDUS  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Black Sabbath, Revolution Saints
- Style + Membre : Fear Factory

G//Z/R - Black Science (1997)
Par MOMO HEARTBREAKER le 27 Mai 2003          Consultée 5005 fois

Après un « Plastic Planet » monstrueux, le gang de papy Butler fait de la résistance et nous balance une seconde galette élevée au napalm, bourrée de riffs destructeurs et d’idées novatrices. Accrochez vous bien, car bien qu’armé d’un line up moins prestigieux (Burton C. Bell ayant regagné le navire Fear Factory), le magicien noir de la basse réussit à faire évoluer sa potion magique en synthétisant à la perfection la totalité de ses influences. Ainsi, sur chaque composition, vous retrouverez bien sur l’ombre du Sabbath (la plus sombre et agressive) passée à la moulinette heavy / thrash enrobée de sonorité rappelant tour à tour Fear Factory voire le Paradise Lost contemporain (celui de génialissisme « Symbol of life ») du grand art. Le résultat : un album unique et intemporel que tout amateur de décibels se doit d’avoir dans sa discothèque.

D’entrée de jeu, l’album débute très fort avec deux titres énormes « Man In A Suitcase » et « Box Of Six », deux morceaux hyper agressifs mais totalement différent l’un de l’autre. Le premier groovy à souhait, gorgé de guitares en forme de super glue, n’aurait pas été dédaigné par le Suicidal Tendencies de la grande époque (« The Art of Rebellion »). Le second s’articule autour d’un riff heavy/trash pachydermique à faire passer Pantera pour les filles du Docteur March. Dans les deux cas tout y est : agressivité, finesse instrumentale, refrain killer…bref du rarement entendu et que trop rarement égalé depuis ! Ces constantes, dès lors ne lâcheront plus l’auditeur, comme le démontre avec brio, après un intermède plus atmosphérique, « Justified », une boucherie heavy d’une classe incroyable. Prenez un riff lourd, ajouter lui une section rythmique qui tue, un refrain à la « Enter Sandman » et vous avez là un hit imparable.

Des titres plus calmes comme« Mysterions » ou «Aera Code 51 », nous permettent de reprendre nos esprit…mais attention là aussi c’est du très grand : ambiance sombre, sonorité futuriste c’est comme si le Sabbath des seventies se tapait un jam avec Devin Townsend. Ce type est flippant, je persiste et signe : Geezer aurait du se tirer de Black Sabbath après le période Dio (« Heaven and Hell » et « Mob Rules » étant les deux derniers joyaux de la bande Iommi) et monter son propre groupe. Franchement quand on voit le potentiel créatif du bonhomme, qui contrairement à d’autres grands anciens comme Halford ( j’aurais pu en citer d’autres icônes de générations différentes dont je suis par ailleurs fan mais qui n’invente plus rien : Iron Maiden, Helloween, Stratovarius…) qui se contente d’appliquer un formule heavy hyper efficace mais qui n’est qu’une redite de « Painkiller », on en peut qu’avoir un goût d’amertume dans la bouche.

Geezer Butler est un compositeur de génie, un de ceux capable de faire avancer la musique que nous aimons (d’ailleurs, il l’a crée. Il n’y a donc rien d’étonnant qu’il soit capable de la projeter vers son futur !) : « Among the Cyberman » middle tempo à l’ambiance éthérée transporte littéralement votre âme (ce titre, il me hante depuis 6 ans), le paradise lostien avant l’heure « Xodiac » vous fera remuer les fesses, « Number 5 » vous retournera l’estomac avec ses riffs ciselés comme des lames de rasoir (tous les amateurs de Grip Inc grimperont au septième ciel en écoutant ce titre) et « Trinity Road » plein d’une furie néo-futuriste que ne renierait le Strapping young Lad de « City » transformera vos neurones en marmelade pour épileptique…

Au final, vous l’aurez compris, « Black Science » est un authentique chef d’œuvre réconciliant le métal d’hier et d’aujourd’hui pour inventer celui de demain.

A lire aussi en METAL INDUS :


KILLING JOKE
Killing Joke (1980)
La légende commence ici




GODFLESH
Selfless (1994)
Godflesh touche le ciel


Marquez et partagez




 
   MOMO HEARTBREAKER

 
  N/A



- Clark Brown (chant)
- Pedro Howse (guitare)
- Geezer Butler (basse)
- Deen Castronovo (batterie)


1. Man In Suitcase
2. Box Of Six
3. Mysterons
4. Justified
5. Departement S
6. Area Code 51
7. Has To Be
8. Number 5
9. Among The Cybermen
10. Unspeakable Elvis
11. Xodiak
12. Nothern Wisdom
13. Trinity Road



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod