Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2010 The Grand Design
2017 Solitary League
 

- Style : Deep Purple, Graphic Light Theory, Porcupine Tree, Odd Logic, Riverside, Rush
 

 Site Officiel (127)
 Facebook (129)
 Bandcamp (125)

DAY SIX - Solitary League (2017)
Par HAPLO le 18 Novembre 2022          Consultée 223 fois

J’adore les Artisans ! En matière musicale, cette appellation concerne plus particulièrement les petits groupes divinement confidentiels, formés pour la plupart de bons potes s’étant connu au lycée ou à la fac, tournant pour certains depuis des dizaines d’années, et dont les fans, à l’image des motards se saluant quand ils se croisent, forment un cercle bienheureux d’habitués qui, quand ils se reconnaissent, partagent cette complicité unique de ceux qui vivent le même secret et le même bonheur.

Jouant la musique qui leur plaît, programmant leurs scènes quand ça les arrange en profitant de leur petite mais solide notoriété, ces sympathiques combos nous épargnent en outre la première page érotico-scandaleuse des magasines peoples, les cuites qui finissent dans le fossé du 20h, les dérapages plus ou moins incontrôlés en matière de commentaires inadaptés d’une actualité souvent tristounette ou fait-diveresque… Bref ils font le job et seulement le job pour lequel on les apprécie : de la musique !

Conscient que la vie n’est cependant pas toujours aussi parfaite que dans les productions télévisuelles savonneuses aux répliques en toc dont nous abreuvent nos écrans préférés, j’aime néanmoins imaginer ces formations composées d’amateurs talentueux dans des moments tant conviviaux que chaleureux… autour d’une bonne assiette de charcutaille au milieux du studio d’enregistrement avec un verre de rouge moelleux à la main après une saine journée de répète. Les copains ne sont pas loin, il va falloir ranger tous les instruments et vérifier les pistes, mais on a transpiré et on s’est bien éclaté ! Petits tout en étant heureux !

Plus que d’autres, les Néerlandais de DAY SIX s’insèrent à merveille dans ce cadre aux contours harmonieux : Fondé à la fin des 90’ par une brochette de potes élevés aux tétons charnus d’un DEEP PURPLE, d’un PINK FLOYD ou encore d’un YES, ces musiciens inspirés vont mélanger ces influences à leur patte artistique personnelle pour servir un Metal Prog authentique où les riffs râpeux soutenus par des claviers au doux son analogique croisent avec un certain bonheur des orientations plus Blues-groovy, fortes une basse dynamique et ronde à ravir… Le tout emmené par la voix faussement nasillarde mais étonnamment puissante d’un Robbie Van Stiphout aussi adroit dans ses vocalises qu’avec sa guitare. Ne s’interdisant aucune pirouette synchronisée entre des styles qu’ils marient adroitement, ces drôles de Hollandais insolents vont parvenir à se construire un style propre fort d’un son immédiatement reconnaissable : ils le rôdent sur un premier album "Eternal Dignity" (2003) qui, il faut bien le reconnaître, ne fera pas chavirer la belle caravelle du Metal mondial, l’aiguisent sur une seconde réalisation plus qu’honorable ("The Grand Design" en 2010) leur permettant d’acquérir une jolie petite notoriété en Europe du nord ainsi que dans les îles anglo-saxonnes. Ce Metal Prog technico-mélodique aux relents vintage si cher à DAY SIX séduit indiscutablement car appelle en chacun de nous cette douce époque durant laquelle les cheveux longs n’avaient d’égal que les nuages de fumée dans les salles de concert, une époque dont les excès ne tombaient pas encore sous la coulpe d’un militanto-écologisme aux dogmes parfois tyranniques et où l’abus d’alcool tuait déjà sans que cela ne soit marqué sur la bouteille… mystique et urticant à la fois !

Mais revenons à nos Frisons ! C’est après sept longues années de silence studioesque (je ne tiens pas compte de la compil "Samples Of Genetic Wisdom" parue en 2012) et un line-up à 50 % remanié que DAY SIX se remet à l’ouvrage pour nous offrir en décembre 2017 un "Solitary League" que plus grand-monde n’espérait. Rutger Vlek est dorénavant installé derrière les claviers tandis que Eric Smits s’empare de la basse et vient même en appui de Van Stiphout pour les chœurs ou la seconde voix… Quelle genre de surprise nous réservent les Hollandais ? Cassure stylistique totale ou évolution harmonieuse ?

Ni l’un ni l’autre m’sieur ! Avec "Solitary League", la première chose qui frappe l’auditeur est d’abord le sentiment d’être tombé dans une brèche du continuum spatio-temporel pour écouter purement et simplement la suite de "The Grand Design" après avoir découvert comment débloquer les niveaux cachés : Un Metal Prog simple, direct, aux rythmiques lentes et enjôleuses, elle-mêmes ponctuellement ornées de riffs massifs et hachés ouvrant sur des bridges groovy ou à l’inverse accélérant… le tout enrobé par un mix très propre mettant en valeur chaque instrument et soignant ce son simultanément chaleureux et unique qui fait la signature artistique principale de DAY SIX. La synchronisation entre les musiciens est parfaite ; les Néerlandais ne se refusant aucune bifurcation vers des séquences jazzy – Jazz Fusion, voire des plans rappelant nettement des envolées atmo-mythiques dignes de PINK FLOYD, y développant un sens avéré des mélodies accrocheuses et de l’art des variations. Tout comme dans son opus de 2010, DAY SIX s’avère être passé maître dans l’art de manier subtilement l’alternance de passage chargés et velus à ravir en opposition à des séquences dépouillées où l’instrumentalisation minimaliste contrebalance judicieusement le riffing plombant et la double grosse caisse… la science de la nuance a du être inventée par des Hollandais !

Et c’est vrai que l’on retrouve immédiatement dans ce cru 2017 ce qui nous avait tant séduit dans l’opus précédent : Une musique accrocheuse et immersive portée par des synthés tout droit sortis des années 70 lâchant des lignes pleines de groove ("Flight To Mars"), des titres bourrés de feeling en pente douce dont les lignes syncopées s’achèvent dans de belles orchestrations symphoniques pas toc pour un sou ("The Cloud"), des riffs massifs à décrocher les lustres en opposition avec de jolies séquences pleines d’arpèges et de retenue ("Myriad Scars") ou encore des pièces aux orientations clairement métalliques portées par des guitares très présentes accolées à une double grosse caisse en embuscade ("Hypervigilant")… DAY SIX s’amuse avec nos souvenirs et nos codes pour nous servir un Metal Prog de qualité, riche, vivant, sans filtre, et qui sent bon la qualité des choses non trafiquées…

À ces joyeuses retrouvailles succède imperceptiblement il faut l’avouer, un petit sentiment de "déjà-vu" comme le reprennent si bien nos amis anglo-saxons, car tout en appréciant cette chaleur brute de décoffrage, on n’est quand même amené à s’interroger sur ce qui a bien pu progresser depuis 2010 chez DAY SIX : la voix si typique et reconnaissable même durant une soirée de tempête de l’ami Van Stiphout ? Les structures en crescendo partant sur des arpèges poignants et se poursuivant par un refrain mélodique pour continuer sur un bridge en accélération quand celui-ci n’est pas enjolivé par une ligne basse groovy ? La conformité génétique avec les ambiances de "The Grand Design" ajouté au fait que certains titres de "Solitary League", qui sans être pour autant des clonages purs et durs, présentent néanmoins de grandes similitudes, font que l’on reste un tantinet sur sa faim après sept (longues) années d’attente. Sans parler de prise de risque obligée, les Hollandais ne semblent pas vraiment s’être posés la question de faire autre chose que du DAY SIX, à l’identique d’un album sorti presque une décennie plus tôt… Et c’est un tout petit peu frustrant !
Seule tentative pour sortir un chouïa la tête du lot, le massif "Deadlock", fort de ses guitares archi-saturées, de sa voix avec effets ou encore de sa double grosse caisse martelante à souhait, loupe selon moi sa cible en chargeant trop la mule et en s’éloignant de ce qui fait justement le charme d’un DAY SIX dont le gros son bourrin n’est pas la cour de récré habituelle… L’essai est louable mais la direction pas forcément pertinente.

Que l’on ne s’y trompe pas, "Solitary League" demeure un bon album à l’armature solide et à la musique accrocheuse mais il donne l’impression de ne rien apporter de neuf pour un combo pourtant si vertueux et sympathique que peu l’être DAY SIX. Les Hollandais ne déçoivent pas, mais ils ne surprennent pas non plus… Les indéboulonnables fans du genre y trouveront largement leur compte, quand aux autres dont je fais partie, ils souhaiteront que DAY SIX progresse sur son chemin et que, sans attendre un autre septennat, ce très talentueux combo nous sorte une jolie petite perle de derrière les fagots !

Seul dans la pénombre du studio déserté, je finis mon verre de vin en singeant les mimiques d’un connaisseur alors que je n’ai aucun palais. Les potes et leurs instruments sont partis, tout est rangé, seule la table sur laquelle je m’étais endormi trône encore au milieu de la pièce… Ces moments sont précieux ! Je trace un exigeant 3/5 parmi les miettes qui jonchent la nappe pour ce "Solitary League" dont j’attendais peut-être un peu trop : DAY SIX suinte de talent, il est donc foutrementcompliqué de rester dans la demi-mesure !

- pour le grand classique qui fait du bien :"Flight To Mars",
- pour le feeling et la jolie progression : "The Cloud",
- pour entendre ce qu’il ne faut surtout pas (re)faire sur le prochain album : "Deadlock".

A lire aussi en METAL PROG par HAPLO :


SPHERIC UNIVERSE EXPERIENCE
Back Home (2022)
Retour en fanfare !




TOMORROW'S EVE
Mirror Of Creation Iii - Project Ikaros (2018)
Quand poésie rime avec retour réussi !


Marquez et partagez




 
   HAPLO

 
  N/A



- Robbie Van Stiphout (voix, guitares,)
- Rutger Vlek (claviers,)
- Eric Smits (basse, voix additionnelle,)
- Daan Liebregts (batterie,)


1. Hypervigilant
2. Flight To Mars
3. Myriad Scars
4. Math’s Patterns
5. The Cloud
6. Grace In Words
7. 3:09
8. Deadlock
9. Modern Solitude



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod