Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Fates Warning, Kansas, Rush, Thank You Scientist, Earthside, King's X, Porcupine Tree, The Vicious Head Society
 

 Site Officiel (85)
 Facebook (70)
 Bandcamp (75)

ODD LOGIC - Last Watch Of The Nightingale (2019)
Par HAPLO le 17 Avril 2020          Consultée 1506 fois

« Hey ho Capt’ain Jengu ! Le sale grain qui nous suit depuis le Cap Horn ne cesse de se rapprocher… J’ai peur qu’il se déchaîne et nous avale d’ici la nuit..
- Oui Mr Dick. J’ai vu. Il ne s’agit pas d’un simple grain comme nous en avons affronté des dizaines vous et moi… Mais d’autre chose… De plus malin… De plus puissant ! Et cela va… Nous submerger... Ainsi que ce monde qui est le nôtre.
- Mais Capt’ain, je n’ai jamais vu chez vous ce regard et cette détresse. Notre navire, le « Nightingale », a pourtant affronté plus d’une tempête. Vous, le Capt’ain Jengu, avez aujourd’hui une solide réputation et en plus le fameux porte-bonheur que vous confie votre fiancé, ce beau rossignol qui vous accompagne dans tous vos voyages.
- Oui, la douce Anlia m’a confié cet oiseaux comme protection… Mais je crains que celle-ci ne suffise pas pour nous épargner ce qui est sur le point de nous rejoindre… Mr Dick, faites tomber les voiles, nous allons tenter d’éviter de casser les mâts... »
La première déferlante fit trembler le « Nightingale » comme un vulgaire jouet. La coque résonna lugubrement sous ce premier coup de bélier... Et dans le silence qui s’en suivit, l’équipage incrédule entendit le chant du rossignol à qui le Capitaine Jengu venait de rendre sa liberté !

Sean Thompson, guitariste-chanteur-claviériste-bassiste-aussi, créateur et principal musicien d’ODD LOGIC est complètement barré.. Et j’aime ça ! Fan de KINGS’X, YES, KANSAS, RUSH ou encore QUEENSRΫCHE, il est également un grand amateur de concept album. À l’image de sa musique riche, complexe et mélodique, notre petit prodige multi-instrumentiste adore raconter, mettre en scène, simuler et surprendre ! Avec "Last Watch Of The Nightingale" sorti fin septembre 2019, ODD LOGIC n’en est évidemment pas à son coup d’essai : huitième album studio qui arrive après les chapitres légendaires ("Legends Of Monta: Part I" & "Legends Of Monta: Part II"), les concept-albums multi personnages ("Parallax Panorama", "Over The Underworld" et "Penny For Your Thoughts"), ou encore un faux Live afin de contenter les fans frustrés par ce groupe unipersonnel (et d’inventer encore un truc irréel) avec "If We Were Live" en 2013... Le mentor d’ODD LOGIC va cependant changer son violon d’épaule avec le recrutement d’un vrai groupe pour l’interprétation de "Effigy" en 2017 (commenté sur NiME, et ben oui !). Le passage en mode « collectif », en apportant une richesse propre à chaque instrumentiste, offrait la possibilité au sieur Sean d’élargir son horizon et par-delà même sa musique… La promesse "Effigy" allait-elle être tenue ?

À moitié, mon capitaine : Sean Thompson vire le second guitariste et le bassiste (instrument qu’il reprend à son compte tout comme les claviers), mais conserve l’époustouflant et très compact batteur Pete Hanson, qui comme sur l’opus précédent, s’occupe des voix gutturales. Un album très orienté guitares/batterie donc…

Côté histoire, et comme mon introduction romancée était sensée te le susurrer cher lecteur, nous avons affaire ici à un drame teinté d’amour, de magie et de séparation. Le Capitaine Jengu s’embarque pour un dernier voyage sur son navire le « Nightingale » (rossignol en anglais) sans oublier son homologue en chair et en plumes, don de sa fiancée, la belle Anlia, sensé lui porter bonheur… Le reste te sera révélé lors de l’écoute des huit titres qui composent ce huitième album (tiens, tiens… Y aurait-il un lien ?). C’est donc avec son style très reconnaissable qu’ODD LOGIC, illustre ce dernier voyage maritime au travers d’un Metal Progressif varié, complexe, résolument mélodique que porte la voix puissante et expressive de Sean Thompson (dont les capacités de montée dans les aigus ne lassent pas de m’étonner !).

Multi-instrumentale (piano, violoncelle, chœurs…) cette musique se distingue avant tout par les alternances incessantes entre des passages particulièrement chargés, où des lignes rythmiques agressives aux riffs acérés martèlent et oppressent, et des plages plus mesurées, aux relents groovy-Jazzy, qui délivrent de vraies respirations au sein d’ambiances prenantes. Le style d’ODD LOGIC s’écoute ainsi comme une bande-son, le déroulé de l’histoire et le vécu des héros face aux évènements auxquels ils sont confrontés… Ce n’est pas pour rien qu’il est vivement et très officiellement recommandé de lire le booklet en écoutant le Cd.
Le haut degré de maîtrise technique des deux instrumentistes facilite, il est vrai, grandement les choses, en calant en arrière plan une synchronisation parfaite reposant elle-même sur une grande musicalité et un feeling indéniable. Les guitares et la batterie sont omniprésentes et impériales mais ne vont pas jusqu’à phagocyter l’œuvre elle-même : on écoute et on apprécie les autres instruments quand ceux-ci sont invités à se glisser dans les interstices…

Le fil de l’histoire du Capitaine Jengu et de sa douce Anlia se déroule ainsi devant nos oreilles attentives, aux travers d’un métal riche et épique intelligemment introduit par l’instrumental "Last Watch" ; morceau « témoin » qui prépare l’auditeur curieux aux nombreuses alternances et autres variations qui vont suivre… Et qui caractérisent tant la musique d’ODD LOGIC que le reste de cet album sur lequel les fans retrouveront avec bonheur ce qu’ils aiment et où Sean Thompson joue ce qu’il fait le mieux : son style mélodico-alambiqué unique !
Aucun des sept premiers morceaux ne déméritant vraiment, j’ai néanmoins particulièrement apprécié le cœur le plus sombre de cette aventure, illustrée par des morceaux complexes et prenants comme peuvent l’être le syncopé "Absence", titre d’une grande musicalité fort de son refrain super mélodique et rythmé, mais surtout le très agressif et sombre "Chance Of Gods" où l’angoisse liée à la tempête déchaînée se traduit par moult variations rythmiques, des montées mélodiques enivrantes, le tout soutenu par une ligne de piano limite obsédante… Du grand art !
Mais qu’il s’agisse du dynamique "Garden Of Thorne", du très rythmique "Dreaming In Colour" ou du bipolaire "Of The Nightingale" qui reprend en partie la dichotomie core/mélodique si bien rendu par le titre "Mercenary" sur l’opus "Effigy", nos deux musiciens déploient un talent et une finesse indéniable dans l’art d’enchaîner toutes ces variations, en parfaite synchronisation l’un avec l’autre et surtout surtout en sachant retenir notre attention… Jusqu’au dernier titre.

Parce que oui mais voilà ! le dernier titre en question, à savoir "Boundary Division", nous emmène sur une longue promenade de 23 min au travers des figures de style préférées et des genres de prédilection de nos deux compagnons : du Nü Metal à la Fusion en passant par du Prog groovy, le tout parsemé de breaks, de changements ou de transitions diverses et variées… Le gâteau peut être dur à digérer après l’écoute des morceaux qui précédent et dont la durée moyenne fleurte quand même avec les six minutes ! Heureux de voir que cette épopée labyrinthesque, contrairement à l’album précédent, est placée en fin de galette, je me pose quand même la question de l’intérêt de la présence de ce qui pourrait se résumer comme une longue suite d’enchaînements techniques… La virtuosité des musiciens étant quant à elle déjà acquise depuis belle lurette, en l’espèce, la piste initiale…

Mise à part cette dernière remarque (et le nombre réduit des musiciens !), ODD LOGIC livre ici un album très recommandable pour tous les curieux épris de Prog exotique et de belles ambiances bien prenantes. Léché tout en sachant être bourrin (mais en demeurant surtout complexe), le Metal de "Last Watch Of The Nightingale" s’apprivoise et se déguste comme un plat du dimanche… On est loin des goûts fadasses de la cantine !

C’est donc en catimini que je me faufile dans la grande bâtisse silencieuse de Dame Anlia. Celle-ci, pleurant en serrant contre son cœur un jeune rossignol épuisé, signe que la chance a abandonné son aimé, ne se rend pas compte que je glisse un 4/5 sous la carte marine laissée là par le Capitaine Jengu. Merci pour le voyage !

- pour ne pas mourir idiot : "Absence",
- pour continuer à se faire plaisir : "Chance Of Gods"
- pour se frotter au titre le plus long jamais enregistré par ODD LOGIC : "Boundary Division"

PS : je dédie cette chronique à tous les effrayés de la vie, en manque cruel de rêve et d’imagination (et donc de recul), qui placent leurs priorités immédiates sur le PQ et les nouilles ! Vivre, c’est risquer… Mais surtout espérer.

A lire aussi en METAL PROG par HAPLO :


SHATTERED SKIES
The World We Used To Know (2015)
Vous n'auriez pas vu passer mon Djent ?




FRACTAL CYPHER
Prelude To An Impending Outcome (2018)
Comme des grands !


Marquez et partagez




 
   HAPLO

 
  N/A



- Sean Thompson (voix, guitares, claviers et basse)
- Pete Hanson (batterie, voix gutturale)


1. Last Watch
2. Garden Of Thorns
3. Absence
4. Chance Of Gods
5. Dreaming In Color
6. Of The Nightingale
7. Sorrow
8. Boundary Division



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod