Recherche avancée       Liste groupes



      
GROOVE METAL  |  STUDIO

Lexique groove metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

2018 White Colossus
2022 We Are Disconnected

E.P

2021 The Downtime
 

- Style : Evergrey, Scar Symmetry
- Membre : Heavy Duty, Lokurah, Melted Space, Satan Jokers, Adagio
 

 Bandcamp (400)
 Soundcloud (377)
 Chaîne Youtube (966)

DISCONNECTED - We Are Disconnected (2022)
Par JEFF KANJI le 22 Octobre 2022          Consultée 985 fois

Les Troyens de DISCONNECTED ont, comme beaucoup de musiciens, souffert de l'isolation décidée par nos gouvernants dans le but de nous protéger d'une pandémie. Leur line-up s'est ainsi trouvé éprouvé et renforcé par cette conjoncture, même si les conséquences liées au contexte et au fait de devoir désormais autoproduire son art (après le dépôt de bilan d'Apathia Records) ont eu des répercussions non-négligeables. Qui aura ainsi entendu parler de son EP "The Downtime" paru l'an dernier ? Cet EP est néanmoins apparu nécessaire au groupe, et a sans doute avant tout servi à maintenir une activité, suite au trop long silence qui a suivi la sortie de "White Colossus".

Le retour se fera en couleur. "We Are Disconnected" se pose en cri de ralliement, quand bien même la musique n'est pas tant énervée hormis au travers des vocaux parfois MACHINE HEADesques d'Ivan Pavlakovic. Le Metal résolument moderne des Français, qui aime toujours autant les rythmiques triturées et parfois subtilement complexes (et ce dès l'ouverture au titre reprenant une phrase marquante de Jurassic Park) a évolué sur un point notable et qui m'aura le plus fait accrocher à ce deuxième album : l'utilisation des claviers.

Dans un registre similaire, VOLA avait réussi à me séduire de la même manière avec son "Applause Of A Distant Crowd". Si DISCONNECTED s'en rapproche désormais davantage, ça ne peut être qu'une bonne nouvelle pour moi, ne goûtant que moyennement les influences très fin nineties début 2000 qu'arborait le groupe auparavant, entre un Metalcore pas assumé, un Groove Metal qui cherche à être plus subtil que la moyenne, et Djent pas toujours mieux utilisé qu'en tant que tel, ce qui n'est jamais suffisant quand l'éventail du style repose sur si peu d'éléments.

Ainsi, DISCONNECTED se fait plus accrocheur, ne nous agresse plus quand bien même le chant se fait régulièrement rugueux. Le travail sur le rythme est au moins aussi intense que celui d'Aurélien Ouzoulias sur "White Colossus", mais il y a une cohérence avec les guitares qui rend le tout plus lisible, c'est assez flagrant. La musique de DISCONNECTED a gagné en ampleur ce qu'elle a, sans doute malgré elle, sacrifié en puissance. Ainsi, le haut du spectre sonore, dominé par les synthés, texturent avec beaucoup d'habileté les "King of The World", la pépite "Your Way To Kill", le titre qui m'a le plus fait voyager avec la plus aventureuse "A World Of Futile Pains", menée une nouvelle fois par des claviers entre U2 et THIRTY SECONDS TO MARS, ce qui est un gros compliment dans ma bouche.

Il manque cependant toujours quelque chose aux Troyens. Et si je devais trouver comment adapter davantage DISCONNECTED à mes goûts, j'aurais besoin d'un chant moins mélancolique par moments, ce dont Ivan est largement capable, il l'a déjà prouvé, et surtout de mélodies bien plus fortes, notamment sur les refrains. Ici les textes semblent contraindre les ardeurs du vocaliste, qui souvent les articule sur des mélodies un poil stéréotypées (après c'est mon goût à moi, cette approche très américaine ne m'a jamais séduit, même chez des formations beaucoup plus reconnues). Mais parfois il trouve le truc, comme sur "The Only Truth" avec son côté The OLD DEAD TREE. La quasi absence de soli (quels qu'ils soient) est également selon moi dommageable, dans le sens où les claviers sont les seuls éléments qui viennent casser le côté monolithique des compositions toujours plus ou moins construites sur les mêmes bases : un couple batterie-basse-guitare concentré sur une base commune sur laquelle le chant doit construire tout le reste, et c'était déjà le défaut du premier album quand bien même il proposait sans doute plus de variations rythmiques. Mais cela ne me suffit pas. Développez les idées texturelles d'un "I Fall Again" m'apparaît comme une bonne idée, dommage d'en répéter l'élément thématique à l'envi.

Je retiendrai tout de même une nette progression chez DISCONNECTED qui tient visiblement beaucoup mieux la route avec cette nouvelle formation portée à bout de bras par Adrian Martinot et Ivan Pavlakovic. "We Are Disconnected" a le bon goût de ne pas trop bavarder, de ne pas digresser non plus, si bien que l'album est bien digeste, compact, bien produit (même si ça semble être le minimum syndical de nos jours).

A lire aussi en GROOVE METAL par JEFF KANJI :


DAGOBA
Black Nova (2017)
Une nouvelle ère prometteuse




DAGOBA
Post Mortem Nihil Est (2013)
Une mue salvatrice qui révèle un talent


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Adrian Martinot (guitare)
- Ivan Pavlakovic (chant)
- Romain Laure (basse)
- Florian Merindol (guitare)
- Jelly Cardarelli (batterie)


1. Life Will Always Find Its Way
2. King Of The World
3. Your Way To Kill
4. The Only Truth
5. I Fall Again
6. That's How I'll Face The End
7. Primal Rage
8. A World Of Futile Pains



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod