Recherche avancée       Liste groupes



      
GROOVE METAL  |  STUDIO

Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Facebook (36)
 Myspace (28)

DAGOBA - Black Nova (2017)
Par JEFF KANJI le 10 Mars 2018          Consultée 1367 fois

Que réservait DAGOBA au successeur de "Tales Of The Black Dawn" ? Album réalisé dans un timing très court, il avait permis au groupe de tourner aux États-Unis vers lesquels son regard semblait ne plus dévier. Z a lâché l'affaire pour raisons privées et c'est donc avec un nouveau six-cordistes que l'on retrouve le quartette français avec JL Ducroiset (déjà parti à l'heure où j'écris ces lignes). Fait beaucoup plus marquant pour les fans : l'éviction de son batteur historique et emblématique Franky Costanza ! En effet les conflits d'agenda concernant leur tournée canadienne de 2016 (qui n'a finalement jamais eu lieu pour d'autres raisons) et l'intransigeance du leader de DAGOBA, qui lui a permis de mener le groupe là où il est aujourd'hui, distribué par Sony en France et par de très grosses structures américaines et européennes (Century Media), ont sonné le glas d'une collaboration de dix-huit ans. C'est pas rien. Après, le groupe nous a rassurés rapidement, avec l'annonce de son remplaçant, rien de moins que Nicolas Bastos, le cogneur invétéré de L'ESPRIT DU CLAN.

On l'aura compris, même si Werther demeure un membre d'origine, l'identité et la personnalité des membres n'a pas autant d'intérêt que leur niveau technique et leur engagement pour le stakhanoviste Shawter, qui en plus de la composition, des textes, des samples, des orchestrations, se charge aussi d'enregistrer une partie des basses et des guitares (il se saisit par ailleurs de plus en plus souvent d'une guitare sur scène). En outre, quand Z et Franky sont débarqués, ce "Black Nova", sixième album de DAGOBA est déjà intégralement composé et les session-men envisagés pour la tournée canadienne sont enrôlés pour enregistrer l'album et les quatre membres œuvrent en répétition à laisser de l'espace d'expression à chacun, participant sans doute à la saveur plus particulière de "Black Nova". Quand on écoute les démos réalisés au Vamacara studios, on remarque par ailleurs que le travail est déjà plutôt abouti quand vient le moment de décoller pour le Danemark.

Professionnel et pragmatique, DAGOBA, après deux albums produits par Logan Mader, lui permettant de côtoyer l'un des faiseurs du succès de ses héros d'hier MACHINE HEAD, et de vivre d'une autre façon son rêve américain, fait souffler le vent du changement sur son Groove Metal. À ceux qui ont toujours trouvé que la musique des Marseillais était trop monolithique, ce disque est fait pour vous ! EVERGREY a influencé sans le vouloir le choix de Jacob Hansen et le côté plus européen du Metal délivré par DAGOBA sur ce dernier album.

Plus organique, mais pas seulement dans le son, "Black Nova" est vu par ses géniteurs comme une forme de nouveau commencement. Pour autant il ne cède pas sur ses acquis (le visuel signé Seth Anton Siro) et réinsuffle même des côtés Electro qui avaient disparu de la musique du groupe depuis une dizaine d'années. Ne vous attendez pas pour autant à un retour aux sources, c'est pas le genre de la maison ! Un mot sur les arrangements, facette vitale du son de DAGOBA ; les orchestrations sont toujours présents (notamment ces cuivres massifs et saturés à la SEPTICFLESH – "The Grand Emptiness") mais mêlés à des samples beaucoup plus Electro, qui viennent colorer les morceaux, accentuant leur côté moderne. Mais je le répète, ce sont véritablement les compos qui priment ici, et DAGOBA vient de délivrer sans doute son meilleur album, et en tout cas, le meilleur depuis dix ans c'est certain !

Ce qui pourra surprendre, c'est ce côté presque radiophonique. En effet, le chant clair règne ici en maître, même si Shawter éructe toujours ("Fire Dies" et ses orchestrations épiques, quelque part entre DIMMU BORGIR et SEPTICFLESH). Les "Inner Sun", "Lost Gravity" ou "The Grand Emptiness" ont tout pour devenir des hymnes en concert, surpassant avec une insolence folle le MACHINE HEAD de ces dernières années. Shawter est incroyablement bon, surtout quand on a connu ses premières sorties en chant clair sur "Release The Fury" et "Dagoba". Reste encore à transformer l'essai en live.

A lire aussi en THRASH METAL :


DRIFTING BREED
Hope Hereafter (2005)
Une tuerie que cet EP 5 titres!




ANACRUSIS
Screams And Whispers (1993)
Le thrash du futur aujourd'hui décédé


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Shawter (chant, guitare, machines)
- Jl Ducroiset (guitare)
- Werther (basse)
- Nicolas Bastos (batterie)


1. Tenebra
2. Inner Sun
3. The Legacy Of Ares
4. Stone Ocean
5. The Infinite Chase
6. The Grand Emptiness
7. Lost Gravity
8. Fire Dies
9. Phoenix & Corvus
10. Vantablack



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod