Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL INSTRUMENTAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

1990 Return To Metalopolis
 

- Membre : Megadeth

Chris POLAND - Return To Metalopolis (1990)
Par MYLES le 23 Septembre 2022          Consultée 608 fois

Chris Poland ? L’homme fit certes un passage éclair chez MEGADETH mais mis son empreinte et son talent au service des deux premiers albums et surtout du premier chef d’œuvre de la bande à Mega Dave : le bien-nommé "Peace Sells But Who’s Buying".

Et puis la came à haute dose finira par le faire virer (ce n’est pas qu’il se camait plus que Dave c’est juste que lui, ça le rendait encore plus ingérable et inégal sur scène). Bref la poudre verra Chris et son pote Gar Samuelson le batteur (le meilleur qu’ait jamais eu le groupe selon moi) plier bagage loin de Mustaine. Après ce passage rapide au côté de MEGADETH, il va lentement mais sûrement sombrer dans l’oubli. Guitariste passionné de Jazz Rock d’abord et surtout il va, une fois ses soucis réglés, tenter sa chance avec un album instrumental, et c’est celui dont nous allons parler ici.

On parle donc de Jazz Rock et Poland lui-même se dit fan de McLaughlin période MAHAVISHNU ORCHESTRA ou encore d’Allan Holdsworth. Mais attention quand bien même il a certaines inclinaisons pour ce style, il n’en délaisse pas moins son histoire et le son de sa guitare fait bien penser à sa période MEGADETH. D’ailleurs à la production on retrouve ce cher Randy Burns déjà vu… sur le "Peace Sells" de qui vous savez.
Chris s’occupe de la guitare, de la basse (avec un talent certain comme le laisse bien entendre le dernier morceau) et sort même un sitar à un moment sur "Row Of Crows" ; ici on a rétrospectivement un petit côté Vai sur ses futurs travaux comme "Fire Garden". Sur le moment Poland a un léger coup d’avance !
Son frère prend la batterie et l’on peut dire que bon sang ne saurait mentir car le frangin se débrouille très bien (un peu dans l’esprit de Samuelson justement).

Le premier titre (au jeu de mots sur son ancien groupe) sonne un peu comme un inédit de "Peace Sells", de par le son et les riffs très MAIDEN/MEGADETH. Là on peut bien écouter et se délecter des interventions de Poland. C’est donc un bon point. Le mauvais c’est que Dave, a certes un caractère de cochon, mais sait bien riffer… ce qui n’est malheureusement, pas le cas de notre ami. Il n’est pas manchot mais ses riffs et rythmiques sont assez génériques. Le morceau éponyme lui aussi encore très proche de son ancien groupe aurait vraiment gagné à avoir les idées d’un Mustaine car au niveau structure et rythmique c’est classique au point de devenir cliché !

Quand on parle de Fusion on en a un exemple assez rapide dès le second titre : ici ça se fait jour avec des interventions à la fois fluides et bien plus travaillées que le sempiternel shred sans consistance auquel on a pu être habitué lors d’autres essais en solitaire. La rythmique et le son de la guitare quant à elles rappellent bien son origine. "Heinous Interruptus" voit Chris s’aventurer dans une sorte de Blues mid tempo où ses parties sont vibrantes de talent. "The Fall Of Babylon", lui sonne dans sa partie acoustique très proche des travaux de McLaughlin, Meola et De Lucia (un gage de bon goût) ! Ses parties lead sur ce morceau sont belles et servent le feeling du morceau. Un côté Jeff Beck s’y fait jour et sa maîtrise du legato ici rappelle par instant l’immense Holdsworth... "Theatre Of The Damned" fait encore partie de ces morceaux qu’on aurait pu tout à fait imaginer chez Mega Dave. Ici les différences sont bien sûr l’absence de chant et la large place laissée à la guitare ; manque de bol le son général de l’album assez étouffé, s'il aurait été crédible au milieu des années 80, manque clairement de pêche et de dynamique. Burns n’a jamais été un génie et clairement, au hasard, pour le côté MEGADETH un Max Norman aurait pu faire bien mieux.

"Khazad Dûm" semble être le morceau où notre ami fait le résumé de son concept général : une orchestration plutôt bien travaillée (quelques consonances Jazzy) des mélodies en dehors des schémas Blues Rock classiques et une mise en avant d’un legato fluide et assez aérien. Un album solo permet aussi de monter d’où l’on vient et "30 Days Due" nous montre son idée du Blues : on pense au niveau des effets à Robin Trower ou Leslie West. Ce dernier a eu selon Chris une forte influence sur son vibrato et au gré de l’album que ce soit ce morceau ou "The Fall Of Babylon" on voit que la leçon a été bien apprise.
Le titre clôturant l’album est très typé en mode Jazz Fusion et permet à Poland qui n’aura eu de cesse de faire des clins d’œil à son ancien groupe de vraiment s’émanciper et de montrer une identité forte. Son jeu de basse est également à l’avenant. Bien sûr Poland n’est pas Mike Stern ou les autres géants Jazz Rock évoqués plus haut mais dans ce style il a tout de même bien plus de crédibilité que les exercices imposés chez les poulains de Shrapnel et Cie ! En plus ce titre étant un peu en roue libre (c’est présenté comme une jam) montre que même dans ce contexte Poland reste un guitariste à l’écoute et non en mode démonstration ce qui rend son jeu intéressant et rafraîchissant.

Au final cet album permet de voir en Poland ce que "Peace Sells" laissait déjà suggérer : un très bon guitariste armé d’une identité forte. On peut le rapprocher dans ce cas de Skolnick de TESTAMENT. Mais à l’instar de ce dernier, il lui faut un groupe pour vraiment exprimer son talent. Réécoutez pour vous en convaincre ses solos sur la version spéciale de "Rust In Peace" ou sur l’intégralité de "The System Has Failed".
Un bon album pour les fans de MEGADETH première période. Certes il n’a pas fait de vagues, mais c’est aussi la faute aussi à une distribution erratique, et a un label minuscule. Ça nous permet de voir aussi que Dave, même si humainement il semble quelque peu spécial (pléonasme), a souvent eu le nez creux pour le choix de ses guitaristes (oui selon moi Jeff Young ou Al Pitrelli ne furent pas les meilleurs choix).

Titres préférés : "The Fall Of Babylon", "Club Ded", "30 Day Due", "The Heavy Guitar Jam" et "Row Of Crows"

Il est à noter que même si l’album est bien sorti en 1990 la version ici chroniquée, est celle de 2002 car elle inclut les deux derniers titres !

A lire aussi en METAL INSTRUMENTAL par MYLES :


Steve VAI
Alien Love Secrets (1995)
Alien : comme Mulder, I want to believe !




Steve STEVENS
Memory Crash (2008)
Steve le magicien !


Marquez et partagez




 
   MYLES

 
  N/A



- Chris Poland (guitare, sitar, basse)
- Mark Poland (batterie)
- Scott Menzies (gong)


1. Club Ded
2. Alexandria
3. Return To Metalopolis
4. Heinous Interruptus
5. The Fall Of Babylon
6. Row Of Crows
7. Theatré Of The Damned
8. Beelzebub Bop
9. Apparition Station
10. Khazad Dûm
11. 30 Day Due
12. The Heavy Guitar Jam



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod